Sur les traces du CdE Savarin, artillerie de la Garde 1815

Tous les sujets relatifs aux guerres de la Révolution et de l'Empire (1792-1815) ont leur place ici. Le but est qu'il en soit débattu de manière sérieuse, voire studieuse. Les questions amenant des développements importants ou nouveaux pourront voir ces derniers se transformer en articles "permanents" sur le site.

Modérateurs: FONTANEL Patrick, MANÉ John-Alexandre

Re: Sur les traces du CdE Savarin, artillerie de la Garde 1815

Messagepar MANÉ Diégo sur 30 Sep 2020, 21:11

Extraits de «Waterloo 1815, Les Carnets de la Campagne - N° 9
La Belle Alliance (3) Les carrés de la Vieille Garde

P 31. Le colonel Duchand et l’artillerie à cheval de la Garde

(Je pense que l’épisode concerne la 3e ou 4e Cie, soit une des deux engagées à gauche de la Haie-Sainte.

«Ce fut aussi dans ce moment critique, que le colonel Duchand, commandant l’artillerie à cheval de la garde impériale, le désespoir au coeur, se mit à la tête de six bouches à feu de son régiment qu’il conduisit à portée de pistolet d’un carré écossais qu’il avait devant lui.

L’Empereur, apercevant ce mouvement, qu’il n’avait point ordonné, et à la tête duquel il reconnaît le colonel Duchand, s’écria : «Ne dirait-on pas que Duchand déserte ?...» - «Non, lui répondit le général Drouot, c’est une de ses manoeuvres.» Paroles flatteuses pour cet officier supérieur, de la fidélité duquel Napoléon n’avait jamais douté, et qu’il mérita par l’audace de cette manoeuvre qui, un instant, laissa ce même carré dans l’incertitude sur les intentions de cette batterie légère ; mais en la voyant faire demi-tour au galop pour le battre en brèche à cent pas, il fut bientôt désillusionné, car chaque décharge lui ouvrait une large brèche !
Cette batterie ne tarda point cependant à être réduite à moitié par le feu du carré anglais, et ne put bientôt le foudroyer qu’avec trois et ensuite deux de ses pièces ; elle ne se retira néanmoins qu’à la vue d’une forte colonne de cavalerie prête à fondre sur elle et la salua de sa dernière décharge.
"

Commentaire DM : L'Empereur avait un oeil d'aigle ai-je lu partout. Cependant, même un aigle, aurait été bien incapable de voir à 1,5 km de distance le mouvement d'une batterie au milieu de la fumée de plus de cent canons des deux camps se tirant dessus depuis des heures... Quant à reconnaître un individu en particulier, alors là, même avec "une excellente lunette", j'en doute fort.
Et donc la mise en scène de l'Empereur dans ce texte doit relever de l'hagiographie du colonel Duchand.

En revanche le fait lui-même, bien dans le caractère du bonhomme*, est probablement vrai, même s'il n'aurait pas du s'approcher autant des Écossais. Notez l'expression "dernière décharge", que l'on peut comprendre "avant de partir", mais qui peut aussi recouper la bien réelle pénurie de munitions.

* Son ex-chef de Wagram et actuel subordonné de Waterloo, Marin, était de la même "veine". Il fit quelque chose de semblable de l'autre côté de la Haie-Sainte, s'arrêtant plus loin de l'ennemi, lui, mais comme il s'agissait de Rifles le résultat fut le même.
-----------

"Nous devons rapporter encore ici un beau trait de ce mâle courage qui caractérisait si essentiellement l’artillerie légère de la garde.
Vers huit heures et demie du soir, le général Drouot ayant rencontré le colonel Duchand avec une autre compagnie de son régiment lui dit : «Colonel, portez-vous avec cette batterie à la gauche de ces troupes (en lui désignant des détachements du 6e corps), pour faire feu sur la colonne prussienne qui se déploie sur notre droite.» - «Je n’ai pas un coup à tirer, reprit le colonel Duchand» - «N’importe : allez toujours !..»
Le colonel comprit les paroles du général et se rendit au galop sur cette position, où la présence seule de ces artilleurs de la garde remonta le moral des troupes, un instant ébranlé par l’apparition de l’ennemi sur leur flanc.
La compagnie se mit en batterie en arrière d’un chemin creux qui lui servait de fossé, et là elle perdit plusieurs de ses braves sous les coups des tirailleurs prussiens que son silence forcé encourageait à s’approcher. Les canonniers supportaient ce rôle passif avec un courage admirable, croyant toujours voir arriver des munitions pour prendre leur revanche, mais ces munitions ne devaient point arriver !!... Quelle affreuse position !!... et de quelle grandeur d’âme il fallait être doué pour s’y maintenir ainsi les bras croisés !...
" (Sergent Mauduit, 2e bataillon du 1er grenadiers).

Commentaire DM : Après les deux précédentes voici une troisième batterie d'artillerie à cheval de la Garde mise à mal, sur les quatre présentes à Waterloo. La "manquante" fut probablement celle de Mancel qui semble avoir été mise hors de combat par le feu de plusieurs batteries ennemies.

À suivre...
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3303
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: Sur les traces du CdE Savarin, artillerie de la Garde 1815

Messagepar MANÉ Diégo sur 18 Oct 2020, 13:41

Les Carnets... P 35. «The French artillerymen, seeing the utter impossibility of withdrawing their guns, staid to fire their last destructive rounds at the English army in advance.» (Ensign Robert Batty, 1st Foot Guards).

Traduction : "Les artilleurs français, voyant l'impossibilité totale de sauver leurs pièces, restèrent à tirer leurs dernières décharges destructrices sur l'armée anglaise qui avançait."

Tuer quelques Anglais de plus, quitte à en mourir... Amen !

Alors s'il est certain que de telles circonstances se produisirent, elles ne furent pas "générales"* mais bien plutôt isolées, et le fait de gens n'ayant plus de retraite possible et vendant leur peau au plus cher à qui n'allait de toutes façons pas leur faire merci après les dégâts qu'ils venaient d'occasionner.

* Sinon tous les artilleurs auraient été tués ou pris et les éléments que j'ai pu établir sont loin de montrer une telle "hécatombe" parmi leurs effectifs, malgré le "lyrisme" des auteurs des deux camps.

------------

Les Carnets... P 53. "We had the good fortune to take twelve or fourteen more Guns of the Guards, in full play on us (in full retreat after Siborne). On our advance the sharpshooters, supported by a Company, where sent among a mass of Guns, and by their fire increased the confusion, made many prisoners, and cut the horses from the leading Guns. Next morning I found marked on these Guns 52nd, 71st, &c., ..." (Lieutenant-Colonel William Halkett, 3rd Hanoverian Brigade). Waterloo Letters, n° 130.

Traduction : "Nous eûmes la bonne fortune de prendre douze ou quatorze pièces de la Garde supplémentaires (1), en pleine action contre nous (en pleine retraite d'après Siborne)(2). Lors de notre avance, les tirailleurs, soutenus par une compagnie, furent envoyés contre une masse de canons, et par leur feu augmentèrent la confusion, faisant beaucoup de prisonniers, et coupant les traits des chevaux des canons de tête (3). Le lendemain suivant je trouvais marqué sur ces canons 52e, 71e, &c., ... (4)".

Image

1) Douze ou quatorze, de la Garde, et "supplémentaires", alors qu'il n'y en eut au plus que douze dans le secteur. De toutes façons c'est invérifiable (voir plus loin) et cela fait bien mieux dans le rapport.

2) "En pleine action" suppose qu'on les a héroïquement enlevées malgré leur feu (voir juste ci-dessus), alors que "en pleine retraite" est plus facile, surtout si elles ne sont pas soutenues, ce qui était le cas.

3) "... coupant les traits de chevaux des canons de tête" confirme bien que les canons capturés étaient alors attelés, et donc "en retraite", non "en action". Quoi qu'il en soit c'était de bonne prise.

4) D'où le dépit du Lieutenant-Colonel Halkett de voir "ses" canons marqués par d'autres unités, passées par là après lui, le privant du conséquent "Prize Money" relatif.

Money, Money, Money... Au plus il y en a et au plus les vainqueurs se le disputent !

Et tiens, parlant de Prize Money, allez donc voir sur le post dédié à l'artillerie française à Waterloo car je viens de découvrir une fort jolie "Prize" trouvée par le 71st Regiment au soir de la bataille.

viewtopic.php?f=1&t=2038&p=14309#p14309

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3303
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: Sur les traces du CdE Savarin, artillerie de la Garde 1815

Messagepar MANÉ Diégo sur 12 Nov 2020, 16:17

J'informe de l'ouverture d'un nouveau post apportant des compléments majeurs à celui-ci :

Le Régiment d'Artillerie à Cheval de la Garde en 1815

viewtopic.php?f=1&t=2062&p=14400#p14400

Il est en effet appelé à recevoir trop d'informations pour les déposer ici.

On y trouvera en effet déclinés un par un avec leur CV particulier tous les membres de cette prestigieuse unité et donc, bien sûr aussi, et surtout pour l'inventeur de ce post, la 1ère Cie où officiait son ancêtre, le CdE Savarin.

Bon, il y a bien du monde à l'État-Major avant d'arriver à notre homme, alors patience !

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3303
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: Sur les traces du CdE Savarin, artillerie de la Garde 1815

Messagepar BRULOIS Jacques sur 12 Nov 2020, 16:44

Bonsoir Diégo pour ce très intéressant sujet qui semble terminé.
Je vais aller voir le nouveau sujet.
Bonne soirée et encore merci.
Jacques.
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).



Image
Décor "simpliste" sur lequel nous avions rejoué, à 9 joueurs, la Bataille d'Eylau en 1807.
BRULOIS Jacques
 
Messages: 57
Inscrit le: 08 Mai 2011, 22:04
Localisation: 93 + 83 + 22

Re: Sur les traces du CdE Savarin, artillerie de la Garde 1815

Messagepar MANÉ Diégo sur 14 Nov 2020, 11:12

Salut Jacques,

Un sujet comme celui-ci n'est jamais vraiment terminé.

Il faudra que j'en fasse une synthèse, voire un article "en dur" sur le site... Quand j'en aurai le temps !

Pour l'instant ce lâche (le temps) me fuit sans cesse devant, profitant que je cours plusieurs lièvres à la fois... Ce qui, nonobstant, rend la chasse variée...

Alors, en effet, rendez-vous, aussi, sur d'autres posts, dont plusieurs, cela n'aura pas échappé au lectorat attentif, sont relativement "connexes" avec celui-ci et se complètent mutuellement.

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3303
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Précédent

Retourner vers Histoire Militaire

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités