Baltazar DARCY, Baron d'Empire

Tous les sujets relatifs aux guerres de la Révolution et de l'Empire (1792-1815) ont leur place ici. Le but est qu'il en soit débattu de manière sérieuse, voire studieuse. Les questions amenant des développements importants ou nouveaux pourront voir ces derniers se transformer en articles "permanents" sur le site.

Modérateurs: FONTANEL Patrick, MANÉ John-Alexandre

Baltazar DARCY, Baron d'Empire

Messagepar MANÉ Diégo sur 15 Juil 2021, 20:06

Je relaie un message de Frédéric Du Manoir, déjà à l'origine de recherches sur un de ses ancêtres et qui ont motivé les articles relatifs suivants :

Sur les traces du chef d'escadron Dumanoir, 1er chevau-légers lanciers (1812-1815)
http://www.planete-napoleon.com/docs/Dumanoir.pdf

et

Sur les traces du capitaine Dumanoir, aux "Dragons d'Espagne", 1808-1811
http://www.planete-napoleon.com/docs/DragonsEspagne.pdf

Il nous lance cette fois sur les traces de Baltazar Darcy, qui fut Baron d'Empire et dont la carrière, pour être très différente de celle de l'officier supérieur de lanciers tué à Waterloo, n'en est pas moins intéressante, qui nous montre un autre type de parcours.

----------------
FDM => DM

"... / ...

Dans le cadre de mes recherches généalogiques, je suis tombé sur un autre ancêtre qui a eu une carrière militaire notable. Et j’espère que vous pourrez compléter via quelques anecdotes ou renseignements, et ainsi me donner encore plus de détails.
"
---------------

Était joint une sorte de résumé de la carrière dudit ancêtre, que j'ai recopié pour le lectorat :

Baltazar DARCY (Jacques Henry, Baron) est né à Paris le 15 juillet 1776, fils de Henry Noël Baltazar, avocat au parlement, et d’Anne Geneviève MÉTAS.

Soldat à la 7e demi-brigade d’infanterie de ligne 25 août 1798, il y sert comme caporal 5 janvier 1800 et fourrier 27 janvier 1800, faisant campagne aux Armées du Danube, d’Helvétie et du Rhin. Passé à la 6e demi-brigade d’infanterie de ligne 22 avril 1800. Il y obtient le grade de sergent 23 mai 1800 et les épaulettes de sous-lieutenant 22 novembre 1800. Employé à l’Armée d’Observation du Midi puis à celle d’Italie, il est nommé lieutenant à titre provisoire 31 mai 1803 et confirmé dans ce grade 8 septembre 1803 à la 6e de ligne, devenue 6e régiment d’infanterie de ligne à l’organisation du 24 septembre 1803.

Son régiment faisant partie de l’Armée d’Italie 1805, puis de l’Armée de Naples 1806, il accède au grade de capitaine 16 octobre 1806. Aide de camp du général Gouvion-Saint-Cyr 3 janvier 1807, il l’accompagne en Catalogne 1808 et est maintenu dans ses fonctions après sa nomination au grade de chef de bataillon 20 septembre 1809. Admis avec son grade au régiment des gardes nationales de la Garde impériale 17 novembre 1810, il est mis à la disposition du général Caffarelli 3 décembre 1810 et exerce à titre provisoire les fonctions de commandant de la place de Santona janvier 1811.

Major en second 1er février 1812 disponible 4 août 1812, il devient aide de camp du ministre de la Guerre 1er octobre 1812. Promu colonel 22 décembre 1813 à l’âge de 37 ans et après 15 ans de services, il conserve ses fonctions auprès du ministre de la Guerre. Entré comme sous-lieutenant aux Gardes du corps du Roi, compagnie de Raguse 2 juin 1814, il est nommé colonel commandant le 1er régiment d’infanterie de la Garde royale 8 septembre 1815 et est maintenu dans son emploi lorsqu’il est promu maréchal de camp 22 décembre 1817.

Remplacé dans son commandement et disponible 30 décembre 1823, il exerce ensuite les fonction ci-après : inspecteur général du 9e arrondissement d’infanterie 29 juin 1825, membre de la commission sur les manoeuvres de l’infanterie 1er janvier 1826, commandant supérieur de la place de Pampelune en Espagne 3 janvier 1827. Commandant la 2e brigade de la 1ère division d’infanterie de la Garde royale 25 avril 1828, il est mis en disponibilité après la révolution de Juillet, 21 août 1830, et compris comme tel dans le cadre d’activité de l’état-major général 22 mars 1831. Admis à faire valoir ses droits à la retraite 17 novembre 1837, il est retraité par ordonnance du 24 janvier 1838 avec jouissance du 16 décembre 1837.

Décédé à Paris (1er arrt), rue Richepance n° 3, le 10 juillet 1847 à onze heures un quart du matin : inhumé le 12 juillet à Paris cimetière de l’Est où la sépulture existe encore de nos jours (1ère division).

Décorations et distinctions

Légion d'honneur : Chevalier le 7 août 1806 ; Officier le 10 août 1814 ; Commandeur le 18 mai 1820.

Saint-Louis : Chevalier le 1er juillet 1814.

Baron de l’Empire par décret du 29 décembre 1812 ; confirmé dans le titre de baron héréditaire par lettres patentes du 23 décembre 1815.

Bénéficiaire d’une dotation de 4000 F le 29 décembre 1812.

Gentilhomme de la chambre du Roi.
----------------

Je ferai prochainement quelques commentaires, mais en attendant le texte ci-dessus permet déjà à tout intéressé où dépositaire d'éléments en rapport d'apporter sa pierre au nouvel édifice de Frédéric.

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3554
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: Baltazar DARCY, Baron d'Empire

Messagepar MANÉ Diégo sur 09 Aoû 2021, 10:56

Les renseignements permettant de «suivre» Darcy ne mentionnent aucune bataille.
Partant, lui en attribuer ne peut relever que d’hypothèses plus ou moins fiables.

Son parcours à la 7e Demi-Brigade de Ligne, que l’on peut réduire aux actions possibles de cette unité en 1799, permet d’imaginer une participation aux batailles d’Ostrach et de Stockach qui virent les défaites de l’Armée (française) du Danube du général Jourdan, infligées par l’armée autrichienne de l’archiduc Charles les 21 et 25 mars.

La 7e DBL faisait alors partie de la Division Souham.

2ème Division : GD SOUHAM, 6.470 h
Gauche, GB Goullus, 2.443 h
83e Demi-Brigade de Ligne, 3 bataillons, 2.081 h
6e Dragons, 4 escadrons, 362 h
4e Cie/7e d'Artillerie à cheval, 62 h
Droite, GB Decaen, 4.032 h
2e Demi-Brigade de Ligne, 3 bataillons, 2.174 h
7e Demi-Brigade de Ligne, 2 bataillons, 1.395 h
1er Dragons, 4 escadrons, 463 h
3 Cie/7e d'Artillerie à cheval, 62 h
Artillerie et Génie, 355 h
15e Cie/2e d'Artillerie à pied, 82 h
13e Cie/7e d'Artillerie à pied, 112 h
1ère Cie/3e Bon de Sapeurs, 161 h

Darcy passe ensuite à l’Armée d’Italie. Il est lieutenant au 6e de Ligne en 1803.
À l’Armée de Naples en 1806, il devient le 3 janvier 1807 capitaine aide de camp du LG Gouvion Saint-Cyr qu’il accompagnera en Catalogne en 1808 et 1809, devenant CdB le 20 septembre.

On peut donc supposer qu’il vécut au service de son chef les péripéties de la campagne, soit les victoires de Vich, Molins del Rey et Valls, qui permirent le succès final du difficile siège de Gerona. Mais, peu avant sa fin, l’inimitié de Verdier qui en était chargé obtint la disgrâce de Saint-Cyr, et la capitulation fut portée au crédit d’Augereau à peine arrivé.

Après une logique «traversée du désert» nous retrouvons Darcy affecté le 17 novembre 1810 en Espagne au bataillon de Garde Nationale de la Garde... Qui probablement ne le vit même pas puisque le 3 décembre 1810 nous le donne aide de camp de Caffarelli, le commandant supérieur de la province de Biscaye.

Darcy est Major le 1er février 1812, et «disponible» le 4 août, lorsqu’il est nommé aide de camp de Clarke, le Ministre de la Guerre, ce qui situe notre homme à Paris qu’il ne quittera plus car dès lors, avec un tel "protecteur", sa "fortune" est faite. Passé Colonel le 22 décembre 1813.

Général de Brigade en 1817, son parcours doré dans la Garde Royale conclut une «carrière» réussie.

Son poste de Gouverneur de Pampelune en 1827 nous rappelle que l’occupation de l'Espagne par la France en 1823, au nom de la Sainte Alliance (des rois contre les peuples), s’est assortie longtemps de «sûretés» contre une possible «contagion» des idées libérales que les «Cent mille fils de Saint-Louis» venaient d’étouffer.

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3554
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)


Retourner vers Histoire Militaire

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités