1815. Armée (française) du Nord

Tous les sujets relatifs aux guerres de la Révolution et de l'Empire (1792-1815) ont leur place ici. Le but est qu'il en soit débattu de manière sérieuse, voire studieuse. Les questions amenant des développements importants ou nouveaux pourront voir ces derniers se transformer en articles "permanents" sur le site.

Modérateurs: FONTANEL Patrick, MANÉ John-Alexandre

Re: 1815. Armée (française) du Nord

Messagepar MANÉ Diégo sur 24 Sep 2020, 20:39

Cherchant des éléments sur l'artillerie à Waterloo j'en trouve sur l'infanterie !

Sergent-Major Laréguy de Civrieux, 93e de ligne.

Rien sur l’artillerie, à part sa fuite finale... Mais il termine son témoignage par ceci :

«... un régiment de cuirassiers qui, oublié dans sa position, avait été anéanti sans murmurer, ainsi que le 4e bataillon de notre régiment...»

La présence en Belgique de ce 4e bataillon, absent de tous les OBs (sauf du mien), je l’ai déjà mentionnée, mais la citation ci-dessus la confirme une fois de plus.

Ce pauvre bataillon, probablement commis à la garde du Parc d’Artillerie du IIe corps, à donc eu la malchance d’être oublié par tous les auteurs pendant deux siècles après l’avoir été sur le champ de bataille par ses chefs du jour... Tout comme s’il n’avait jamais existé !
MANÉ Diégo
 
Messages: 3548
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: 1815. Armée (française) du Nord

Messagepar MANÉ Diégo sur 12 Oct 2020, 14:47

Travaillant sur l'attaque du 1er corps d'Erlon à Waterloo * je trouve un passage des mémoires du caporal Canler du 28e de Ligne qui va dans le sens déjà évoqué, entre autres dans le message juste précédent, d'effectifs présents à la bataille plus élevés que les officiels.

* = viewtopic.php?f=1&t=2037

"Lorsque nous étions entrés en campagne, le régiment comptait quatorze cents hommes..." nous dit le caporal. Or j’ai dans mes OBs 898 hommes en deux bataillons au 10 juin 1815.

Peut-être ce régiment là aussi reçut-il des renforts entre le 10 et le 15 juin, comme j’ai pu le constater pour plusieurs autres. En l'occurrence il s'agirait de son 3e bataillon, fort d'environ 500 hommes.

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3548
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: 1815. Armée (française) du Nord

Messagepar MANÉ Diégo sur 27 Oct 2020, 14:48

Je relaie une communication de Jean-Marc Boisnard en forme de complément à mon message précédent.
-------------

JMB=>DM

Bonjour Diégo,

J'ai lu que vous vous interrogiez sur le 28ème de Ligne en juin 1815.

Je vous donne ce que j'ai succintement (je n'ai pas revu ce régiment et il faudra que je le fasse).

Tous les officiers blessés repris au Martinien (et même un peu plus) font partie des 1er et 2ème bataillons du Corps et ce qui reste au dépôt (200 à 300 hommes) ne permet pas de former un bataillon ni même 4 Cies et se trouve placé dans les 3ème et 4ème bataillon‌s.

D'autre part, les officiers des 3ème et 4ème bataillons ne sont pas mentionnés à l'Armée du Nord, Belgique ou France 1815 dans leur dossier du 28ème ni dans leur dossier de la Légion d'honneur, et ce, pour aucun d'entre-eux. Le 28ème semble donc bien un régiment à 2 bataillons.
------------

DM : Dont'acte ! C'est indiscutable. Il n'y avait donc que deux bataillons du 28e présents en Belgique. Toutefois, et le travail de Jean-marc Boisnard permet de le vérifier une fois de plus, le 28e présentait davantage d'hommes à Waterloo le 18 juin 1815 que ceux chiffrés dans les OBs officiels du 10 juin.

Un historique succinct (quoique, "succinct", pour Jean-Marc Boisnard, peut s'assimiler à "détaillé" pour d'autres !) que je vous ai donné dans le post dédié au 28e de Ligne à cette occasion, ici :

viewtopic.php?f=1&t=2058

Il sera suivi du listé de toute l'officialité du régiment en 1815, avec le CV détaillé de plusieurs.

In fine le régiment, y-compris un État-Major de 4 officiers et 25 hommes du petit état-major, aligna en Belgique 44 officiers et 1002 sous-officiers et soldats, soit 1046 hommes.
---------------

Voici un échange relatif :

DM=>JMB
 
Merci pour cette nouvelle "perle" qui mérite dores et déjà l'ouverture d'un post dédié au 28e sur Planète Napoléon.
 
Cela m'a permis de préciser (par édit) quelques détails sur ce que j'ai commenté des souvenirs du caporal Canler dans le post dédié à l'attaque du 1er corps.

viewtopic.php?f=1&t=2037&p=14276#p14276
-------------

JMB=>DM
A noter que le caporal Canler écrit dans ses Mémoires page 17 que le régiment comptait « 1400 » hommes à l'entrée en campagne (y compris ceux des 3ème et 4ème bataillon à Amiens et en formation).

DM=>JMB
Ce qui est entre parenthèses ci-dessus ne figure pas dans l'extrait que j'ai pu consulter. Est-ce de Canler ou une supposition de votre part ?
 
Votre travail "rend" 1046 h. Le différentiel pour aller à environ 1400 peut bien relever des 3e et 4e Bons... Mais puisque Canler dit qu'il ne reste que 200 hommes à Laon, qui sont manifestement les "survivants" de Waterloo (j'ai 300 dans mes Obs) cela ne doit pas comprendre les 3e et 4e Bons. Alors "catastrophisme" délibéré, ou erreur quelque part ?
-----------

JMB=>DM
D'après Le 28ème Régiment de Ligne-page 243 : le 28ème a présent sous les armes le 18/06, 1045 hommes.

DM=>JMB
Cette information corrobore la vôtre... à 1 homme près. Ne serait-ce pas le Colonel Limozin ?  En effet, le Saint-Chamant donne le CdB Sénac commandant le régiment.

Les OBs officiels donnent 898 h le 10 juin. Vous en donnez 1046. Soit 148 h de plus ayant "fait" la campagne, et donc potentiellement présents à Waterloo.
 
Régiment après régiment nous constatons ces différences "en plus" qui confirment que les OBs du 10 juin sont plus faibles que ceux des présents le 18 juin...
 
Si l'on ajoute de la sorte 100 ou 150 h par régiment (je suis preneur de ce genre d'information) ce sont plusieurs milliers de combattants supplémentaires...
 
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3548
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: 1815. Armée (française) du Nord

Messagepar MANÉ Diégo sur 27 Oct 2020, 15:16

JMB=>DM le 26/10/2020

JMB : Concernant les parenthèses, c'est moi qui les ai rajoutées; il est aussi possible que Canler ait confondu 1040 avec 1400 ? (je ne suis pas sûr que beaucoup de caporaux connaissaient leurs "lettres" ni leurs "chiffres" comme disait ma grand-mère, même si théoriquement, oui... il suffit de voir quelques signatures sur des doc. administratifs post Premier Empire comme le mariage pour se rendre compte que... ben non...).

RDM : Certes, mais il peut y avoir des exceptions ! Et Canler écrit fort bien pour un petit caporal... Mieux que beaucoup d'officiers !
-------------

JMB : Concernant Canler, disons "catastrophisme"... à son niveau de simple caporal. De même qu'avec la force de son régiment en début de campagne, qu'est-ce-qu'un caporal peut bien savoir de celle-ci après la défaite ?

RDM : Se compter deux-cents à Laon (avant le ralliement de cent de plus) n'a pas du être "difficile".
-------------

JMB : Concernant Limozin, il a bien fait campagne et il le paiera de trois ans de mise au placard. Saint-Hilaire (Marco) a bien vu que le colonel de Saint-Hilaire a été remplacé mais il faut chercher plus loin dans le registre 1815 du 28ème de Ligne pour trouver Limozin d'où la méprise et l'impression qu'il n'y a pas de colonel à la tête du Corps. De toute façon, il y a pléthore de majors en non-activité et ne serait-ce que Preux aurait pris la place du colonel si besoin. Sans compter que l'erreur d'un homme est possiblement de mon fait^^.

RDM : Puisque Limozin a fait la campagne il faut supposer qu'il n'a rejoint son poste qu'après le 10 juin, ce qui est parfaitement possible. J'ai vu d'autres cas du genre, tiens, au hasard, Ney !
--------------

JMB : Concernant la force des régiments, comme je vous l'avais déjà noté, les registres (et ce sont ceux de la Garde et de l'artillerie de ligne donc normalement bien tenus...) montrent que les scribouillards reprennent les chiffres de la semaine précédente tant qu'il n'y a pas de grosses variations (par exemple, chiffres différents au début des Cent-Jours puis mêmes chiffres puis re-changement fin mai début juin puis mêmes chiffres jusqu'en juillet voire août...).

RDM : Oui, j'ai constaté ce genre de "facilités" coupables tout au long de la Révolution et de l'Empire.
--------------

JMB : Bien sûr, l'Armée du Nord ne fera jamais 200000 hommes mais je parie qu'elle faisait entre 130 et 150000 hommes.

RDM : Plus de 130000 c'est déjà sûr en comptant les renforts arrivés après le 10 juin et avant le 18, tels que j'ai pu les établir (voir les messages relatifs plus haut).

Les 135000 sont pratiquement atteints avec les détachements sur le point de rejoindre et avec les quelques unités dont Jean-Marc Boisnard m'a communiqué un détail plus fort que l'officiel (toutes). La dernière en date étant le 28e de Ligne qui "rend" 148 hommes de plus que son effectif officiel du 10 juin 1815. Que chaque régiment reçoive de la sorte 100 ou 150 hommes, et cela ferait 10000 hommes de plus.

Mais voici un revers de cette "médaille". Les pertes de la campagne ont été établies "par différence" entre les OBs officiels du 10 juin et les effectifs ralliés à Laon et Soissons par Soult et Grouchy du 23 au 26 juin. Et donc l'augmentation -bien réelle, on l'a vu- des effectifs engagés, entraîne mathématiquement une augmentation identique des pertes subies, donc en rapport étroit bien plus fortes que ce qui a toujours été dit. On peut dès lors comprendre que personne n'ait à l'époque trop "gratté" la question, d'autant que le nombre des déserteurs, avant comme surtout après l'abdication de l'Empereur, est resté mi-flou mi-tabou. Là aussi le travail de Jean-Marc Boisnard est précieux.
--------------
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3548
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: 1815. Armée (française) du Nord

Messagepar MANÉ Diégo sur 31 Oct 2020, 16:16

J'ai pu consulter l'Historique du 3e d'ARC qui livre quelques informations.

Page 217. Les 3e, 4e et 5e Cies ont seules fait la campagne de Belgique de 1815.

Respectivement capitaines Tortel, Romand et Montrocq.

Les deux premières étaient déjà "notoires", mais le nom du capitaine de la deuxième manquait.

La troisième, qu'à ma connaissance je suis le seul à mentionner dans un OB de 1815, est donc une sorte de "légitimation" d'autant plus intéressante qu'il s'agit de la Cie d'artillerie à cheval dite "auxiliaire" de la ligne rattachée à la Garde, dont je n'avais toutefois pas encore trouvé le capitaine. C'est désormais fait.

En matière de pertes l'Historique ne précise que les tués :

3e Cie (IVe CA de Gérard), 3 tués à Ligny, 1 à Waterloo (où la Cie n'était pas, il doit s'agir d'une perte subie à Wavre).

4e Cie (4e CC de Milhaud), 2 tués à Ligny, 2 tués à Waterloo.

5e Cie (Artillerie Auxiliaire de la Ligne rattachée à la Garde), 1 tué à Waterloo (la Cie était alors détachée auprès du VIe CA de Mouton).

"Un grand nombre de blessés sont pris, presque tout le matériel est perdu" conclut l'Historique.

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3548
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: 1815. Armée (française) du Nord

Messagepar MANÉ Diégo sur 03 Nov 2020, 17:22

Quelques éléments supplémentaires communiqués par Jean-Marc Boisnard :

Quelques précisions sur les officiers du 3ème RAC pour les Cies présentes à l'Armée du Nord :

3ème Cie : Capt J.P.P. Tortel Lt E.F. Marandet Lt en 2e A.N. Lyautey Lt en 2e J. Saint-Denis;

4ème Cie : Capt P.E.F. Romand Lt L.F. Foulc Lt en 2e A. Pelletier Descarrières normalement détaché à Saumur ? Lt en 2e V. Godet.

5ème Cie : Capt L.M. Montrocq ex- capt en 2 Lt F.H. Guilland Lt en 2e A.J.N. Sauvage.

d'après le Registre de l'artillerie de 1815-XD 360
-------------

Concernant le caporal Canler (du 28e de Ligne), comme il entre dans la police en 1820 en tant qu'inspecteur, on peut dire qu'il sait au moins lire, écrire et compter à cette époque. De toute façon, ce n'est pas lui qui tenait la compta de son régiment en 1815 et il écrit ses mémoires vers 1860 ce qui peu expliquer les nombreuses approximations (qui rendent le récit d'autant plus intéressant).

Voila ce que j'ai le concernant (caporal à la 2ème Cie de Fusiliers du 1er bataillon) :

Pierre Louis CANLER
Né le 04/04/1797 à Saint-Omer (Pas-de-Calais), fils de Louis Joseph (vétéran pensionné) et de Marie Anne Généreuse. Il entre au service comme soldat, enrôlé volontaire, au 1er bataillon du 28ème de Ligne le 20/12/1811 et fait les campagnes de 1813 et 1814 en Hollande à la défense de la place d'Anvers, ayant été nommé caporal le 21/08/1813. A la première Restauration, il est maintenu en poste à son régiment le 06/07/1814.

Aux Cent-Jours, il est en fonction comme caporal à la 2ème Cie de Fusiliers du 1er bataillon du 28ème de Ligne et fera la campagne de Belgique de juin 1815. A la seconde Restauration, il sera licencié le 29/09/1815 et concourra à la formation de la Légion du Pas-de-Calais
(N° matricule 132 du GR 21 YC 264-page 26 et matricule 9614 du GR 21 YC 261-page 11, Les carnets de la campagne-N°3, Registre d'état civil de la commune de Saint-Omer de l'an III à l'an VI-page 611)
MANÉ Diégo
 
Messages: 3548
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: 1815. Armée (française) du Nord

Messagepar BRULOIS Jacques sur 06 Nov 2020, 09:00

Salut Diégo.
Bravo et merci pour tout ce que tu publies.
J'hésite souvent à intervenir, même pour te féliciter et te remercier de crainte de "polluer" tes messages.
Je ne suis qu'un des 20.627 visiteurs.
Bonne journée et à plus tard.
Jacques.
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).



Image
Décor "simpliste" sur lequel nous avions rejoué, à 9 joueurs, la Bataille d'Eylau en 1807.
BRULOIS Jacques
 
Messages: 65
Inscrit le: 08 Mai 2011, 22:04
Localisation: 93 + 83 + 22

Re: 1815. Armée (française) du Nord

Messagepar MANÉ Diégo sur 10 Nov 2020, 11:19

Merci Jacques, pour tes gentils remerciements.

Je l'ai déjà dit, mais certaines choses ne se répèteront jamais assez.

La seule récompense de l'auteur bénévole est la satisfaction déclarée par ses lecteurs.

Le progrès apporté par internet est qu'au moins nous sommes informés du nombre de "visites" anonymes, en l'occurrence 846 en quatre jours sur ce post, monté à 21473 vues depuis ton message.

Mais cela ne remplacera jamais les trop rares satisfecits exprimés, surtout venant de lecteurs de qualité.

Tout ce que dessus ne concerne pas le seul Diégo Mané, mais TOUS les auteurs bénévoles qui permettent, sur Planète Napoléon comme ailleurs, au lectorat attentif de disposer sans bourse délier d'articles de qualité parfois supérieure à ce qu'ils pourraient acheter.

C.Q.F.R. (Ce Qu'il Fallait Répéter).

Diégo Mané,
Qui, après ce petit hors-sujet pas "polluant" du tout, au contraire, retourne à ses recherches...
MANÉ Diégo
 
Messages: 3548
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: 1815. Armée (française) du Nord

Messagepar MANÉ Diégo sur 10 Nov 2020, 13:15

Je relaie un message de Jean-Marc Boisnard, toujours intéressant, auquel je répondrai ultérieurement.
-------------

‌Bonjour Diégo,
J'ai vu sur le rapport de la Garde Impériale du 10/06/1815 que le 1er Grenadiers a 255 soldats et 5 officiers disponibles. Font-ils partie de l'escorte de Napoléon (je sais qu'un piquet suit l'Empereur dans ses déplacements pour couvrir son lieu de résidence) ? car ils rejoindront sans nul doute l'armée du Nord, la force du 1er grenadiers étant de 40 officiers et de 1302 sous-off. et grenadiers (ça, ce sont mes chiffres, après épluchage des registres matricules du Corps des Grenadiers à pied de la Garde 1814-1815-SHD/GR 20 YC 13 et 14).
-------------

Et tant que je suis avec le 1er Grenadiers à pied, le CV de de Mauduit :

Hyacinthe Hippolyte de MAUDUIT

Né le 12/05/1794 à Moëlan (Finistère), fils de Gabriel Hippolyte (capitaine au régiment Royal de la Marine) et d'Anne Hyacinthe Théodose Mahé de Berdouaré. Il entre au service comme cavalier à la 3e Cie du 3e escadron du 3e Gardes d'Honneur de la Garde Impériale le 05/06/1813 pour la campagne de Saxe de cette année. Nommé brigadier-fourrier le 24/07, il fait encore la campagne de France de 1814, étant blessé d'un coup de lance à la jambe droite à Reims le 15/03.

À la première Restauration, il est d'abord mis en congé avec le grade de sous-lieutenant de cavalerie puis passe sergent à la suite du 5e bataillon du Corps royal des Grenadiers à pied de France le 11/11/1814.

Aux Cent-Jours, il sert avec son grade de sergent au petit état-major du 1er Grenadiers à pied de la Garde le 01/04/1815 et fera la campagne de Belgique de juin suivant (Waterloo).

À la seconde Restauration, il sera rayé des contrôles le 21/08/1815 étant resté en arrière du Corps le 06/07 précédent. Il retrouvera un poste de sergent-major au 5e régiment d'Infanterie de la Garde Royale le 26/11 suivant, deviendra adjudant sous-officier le 01/04/1816 pour intégrer comme sous-lieutenant la Légion du Finistère le 02/10 suivant.

Admis avec son grade au 5e régiment d'Infanterie de la Garde Royale le 03/06/1820, il sera promu lieutenant le 31/03/1825 et capitaine le 11/08/1830 avant de démissionner le 12/02/1831, refusant de prêter serment à Louis-Philippe.

C'est lui qui écrira le livre sur Waterloo qui fera référence en la matière « Les derniers jours de la Grande Armée ». Il ralliera Napoléon III au moment du coup d'état, aura une mission dans le Caucase durant la guerre de Crimée et deviendra consul de France en Colombie par la suite. Il décédera le 13/10/1862 à Sainte-Marthe (Nouvelle-Grenade).

(N° matricule 1889 du GR 20 YC 13 et matricule 475 du GR 20 YC 171, Les Gardes d'Honneur de la Dordogne sous le Premier Empire-page 342, La Sabretache-1920, Les Carnets de la Campagne de 1815-N°3, https://gw.geneanet.org/alaing44?n=de+m ... +hippolyte)
-------------------

Ce qui amène une autre question : sergent au petit état-major, pour la garde du Coucou ? ou alors autre fonction ?
(dans la Ligne, il y a en plus du porte-Aigle, qui est un officier, des 2ème et 3ème porte-Aigle qui sont des sous-officiers, 6 autres sous-officiers pour la garde de l'emblème soit 9 soldats au total, enfin théoriquement...).

Cordialement
JM Boisnard
MANÉ Diégo
 
Messages: 3548
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: 1815. Armée (française) du Nord

Messagepar MANÉ Diégo sur 14 Nov 2020, 11:54

Question de JMBoisnard (Novembre 2020).

Cette question fait suite au CV de l’alors Sergent de Mauduit du Petit État-Major du 1er Grenadiers à Pied de la Garde.

«Ce qui amène une autre question : sergent au petit état-major, pour la garde du Coucou ? ou alors autre fonction ?
(dans la Ligne, il y a en plus du porte-Aigle, qui est un officier, des 2ème et 3ème porte-Aigle qui sont des sous-officiers, 6 autres sous-officiers pour la garde de l'emblème soit 9 soldats au total, enfin théoriquement...).»


Par décret impérial du 18 février 1808, L’Aigle est portée par un officier (Lieutenant ou Sous-lieutenant), flanqué d’un 2e et d’un 3e porte-aigles sous-officiers qui (contrairement à l’antérieur qui l’excluait) font partie de l’État-major du régiment.

Précision pour 1815 : le règlement sur les 2e et 3e porte-aigles est «rétabli» (ce qui indique donc qu’il avait été «supprimé») mais «la rapidité de l’entrée en campagne n’a pas permis de distribuer les espontons» (ce qui peut présenter de l’intérêt pour ceux désireux de les modéliser !

Pour la suite il faut se référer à ce qui se faisait avant (de 1791 à 1808) puisque le nouveau décret n’en parle pas.

Derrière les trois ci-dessus s’ajoutent sur deux rangs «six caporaux fourriers» dit le règlement de 1791... Mais le registre d’ordres du 64e de ligne daté du 4 juin 1805 indique, sans que l’on puisse en inférer que la mesure soit générale, que :

«La garde du drapeau dans chaque bataillon (à cette époque il y avait un drapeau par bataillon de neuf compagnies) sera composée à l’avenir de 8 sergents en remplacement des caporaux fourriers qui sont indiqués par le règlement.»

Voici pour la théorie.

Pour la pratique je ne sais pas, n’ayant pas «pratiqué» la descente à ce niveau de précision dans mes OBs. Avait-on bien tant de sous-officiers disponibles pour en affecter de la sorte huit à chaque «Coucou» ? ...
Alors que la désignation en 1808 d’un officier (au lieu jusque-là d’un sous-officier) pour le poste de 1er porte-aigles, visait à récupérer des sous-officiers, dont apparemment on manquait, pour encadrer les troupes ?

Il reste possible de voir «pièces en mains» s’il existait dans le «Petit État-Major» de chaque régiment suffisamment de sous-officiers disponibles pour le rôle. J’ai noté au 4e Grenadiers à pied de la Garde en 1815 la présence de 8 «sergents à la suite»... Mais ce régiment n’avait pas d’Aigle !

Ceci dit je n'ai pas lu le Mauduit (hors les extraits donnés ici où là), mais s'il avait été commis à l'honneur de garder le "Coucou" ne l'aurait-il pas dit ?

CHARRIÉ, Pierre, Drapeaux et étendards de la Révolution et de l’Empire, paris, 1982.

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3548
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: 1815. Armée (française) du Nord

Messagepar MANÉ Diégo sur 23 Nov 2020, 14:00

Si vous voulez enfin comprendre vraiment pourquoi et comment l'attaque du 1er corps d'Erlon à Waterloo a échoué et les "dommages collatéraux" qui en sont résultés pour la "Grande batterie", rendez-vous ici :

http://www.planete-napoleon.com/docs/WaterlooFigs.pdf

"Un petit dessin m'en dit plus long qu'un grand discours" disait volontiers Napoléon. Mais la photographie n'avait pas encore été inventée, sinon je n'aurai pu, à mon tour, vous proposer cette démonstration !

Bon "visionnage" !

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3548
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: 1815. Armée (française) du Nord

Messagepar MANÉ Diégo sur 14 Déc 2020, 23:02

J'ai pu l'an passé, grâce à Stephen Beckett, avoir connaissance du Journal du 1er corps en 1815.

D'abord à travers la retranscription qui en fut donnée dans son ouvrage "Operations of the Armée du Nord;1815", ensuite et surtout grâce au scan du document original qu'il m'a communiqué.

J'ai ainsi pu en faire la relecture appliquée que méritait un si important et si méconnu document historique.

Plusieurs découvertes majeures en sont sorties, mettant fin à des polémiques bi-séculaires, et expliquant enfin bien plus logiquement un certain nombre de choses incompréhensibles jusque-là.

C'est pourquoi je me suis prêté à les commenter afin que désormais nul -du moins parmi ceux qui me lisent- ne les ignore ou les discute encore à l'avenir.

Stephen Beckett m'avait alors fait l'honneur de mel compilation et commentaires sur son site :

https://www.mapleflowerhouse.com/commen ... rps-diary/

Je viens d'améliorer ce travail en précisant certains de mes commentaires, mais aussi en les illustrant, apportant une réelle plus-value à l'article initial qui n'avait pas été déposé ici et qui est donc une nouveauté sur Planète Napoléon !

http://www.planete-napoleon.com/docs/18 ... rCorps.pdf

L'Histoire est un champ fertile pour qui aime le cultiver (je ne sais pas qui a dit cela, à moins que je vienne de l'inventer), et il est gratifiant d'y trouver encore des choses, surtout aussi énormes, passées inaperçues de tous les grands auteurs ou commentateurs pendant plus de deux siècles.

Quel superbe Eurêka que celui-là !

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3548
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Précédent

Retourner vers Histoire Militaire

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités