"Paris 2015 à Lyon", les 21-22 novembre

Histoire militaire de la Révolution et de l'Empire.

Modérateurs: FONTANEL Patrick, MANÉ John-Alexandre

Re: "Paris 2015 à Lyon", les 21-22 novembre

Messagepar FONTANEL Patrick sur 09 Nov 2015, 00:36

Et j'ajoute que je serai aussi de l'assemblée gustative vespérale, ou du comité de cuisine lyonnaise d'après-guerre, voire même du tribunal militaire de la cantine du soir.

Bref, moi manger resto ensemble samedi soir !
La force d'une armée, comme la quantité de mouvement en mécanique, s'évalue par la masse multipliée par la vitesse.
[Napoléon Bonaparte]
FONTANEL Patrick
 
Messages: 1063
Inscrit le: 13 Fév 2004, 17:15
Localisation: Tournon sur Rhône (07)

Re: "Paris 2015 à Lyon", les 21-22 novembre

Messagepar CAILLE Hervé sur 09 Nov 2015, 15:05

Bonjour

C'est Hervé du Club Achille. Je intéresse de plus en plus à la période Napoléonienne. J'aimerai bien participer à l’événement afin de voir un peu à quoi ressemble une bataille avec L3C. Je n'ai jamais joué mais je crois avoir compris déjà quelques principes.

Si possible je jouerai bien quelques bataillons de Prussiens. Je suis dispo le Samedi mais pas encore certain pour le Dimanche.

Cordialement
Hervé
CAILLE Hervé
 

Re: "Paris 2015 à Lyon", les 21-22 novembre

Messagepar REMY Nicolas-Denis sur 09 Nov 2015, 16:26

CAILLE Hervé a écrit:Bonjour

C'est Hervé du Club Achille. Je intéresse de plus en plus à la période Napoléonienne. J'aimerai bien participer à l’événement afin de voir un peu à quoi ressemble une bataille avec L3C. Je n'ai jamais joué mais je crois avoir compris déjà quelques principes.

Si possible je jouerai bien quelques bataillons de Prussiens. Je suis dispo le Samedi mais pas encore certain pour le Dimanche.

Cordialement
Hervé


Hervé, pour moi tu seras le bienvenu et disposer d'un brigadier prussien pourrait être un vrai plaisir :!: :mrgreen:
Image
A plusieurs, le jeu c'est mieux ;)
REMY Nicolas-Denis
 
Messages: 699
Inscrit le: 26 Sep 2010, 07:24
Localisation: Lyon (69)

Re: "Paris 2015 à Lyon", les 21-22 novembre

Messagepar MARIE Jean-Luc sur 09 Nov 2015, 18:47

Salut la compagnie,
Je serai présent pour cette rencontre au sommet...de la colline...
En revanche, pas la pour le restau du soir...
Jean-Luc :roll:
MARIE Jean-Luc
 
Messages: 123
Inscrit le: 21 Oct 2014, 18:29
Localisation: Lyon (69)

Re: "Paris 2015 à Lyon", les 21-22 novembre

Messagepar MANÉ Diégo sur 11 Nov 2015, 21:32

La dernière proposition de Napoléon

Décidé à partir pour Rochefort dans la journée du 29 juin 1815, il suffit des «Vive l’Empereur» hurlés par un détachement d’infanterie passant sur la route pour émouvoir Napoléon...

Il se penche alors sur sa carte, toujours renseignée de la position des troupes, y déplace quelques épingles, relève la tête et, les yeux brillants, déclare : «La France ne doit pas être soumise par une poignée de Prussiens. Je puis encore arrêter l’ennemi et donner au gouvernement le temps de négocier avec les puissances. Après je partirai pour les Etats-Unis afin d’y accomplir ma destinée.»

Le général Becker est aussitôt envoyé à la Commission de gouvernement pour demander le commandement, «non comme empereur, mais comme un général dont le nom et la réputation peuvent encore exercer une grande influence sur le sort de la nation. Je promets, foi de soldat, de citoyen et de Français, de partir pour l’Amérique... le jour-même où j’aurai repoussé l’ennemi».

Becker parti, la reine Hortense, informée, demanda à l’Empereur «si l’on serait en forces». Non, répondit Napoléon, mais que ne fait-on pas avec les Français !».

Est-il utile de préciser ici quelle fut la réponse, non de la Commission de gouvernement, mais du seul Fouché qui, dictateur de fait, décidait de tout au nom de tous restés muets ?

Même parti pour Rochefort Napoléon faisait peur car la crainte demeura jusqu’au bout de le voir revenir se mettre à la tête de l’Armée de la Loire ! Tout ce (pas très) beau monde ne fut rassuré qu’à la nouvelle que l’empereur déchu se trouvait enfin à bord du Bellerophon.

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3548
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: "Paris 2015 à Lyon", les 21-22 novembre

Messagepar MANÉ Diégo sur 15 Nov 2015, 16:33

A une semaine de l'événement voici la liste des participants potentiels.

LES 20 PARTICIPANTS au 15/11 au soir (* = repas du samedi soir)

BAUZIN Yann (niveau 4)(PRU)

BEYER Olivier (5)(FRA)

CAILLE Hervé (4)(PRU), le samedi

CHAMBON François (6)(FRA), le samedi

*DAVID Gilles (4)(PRU)

DOMINIQUE Cédric (6)(FRA), le dimanche

*FOURNIER Jean-Marc (5)(PRU)

*FONTANEL Patrick (6)(FRA)

*KERDAL Thierry (7)(PRU)

KRACHT Thomas (4)(FRA)

*MANÉ Diégo (7) (ORG FRA)

*MANÉ Michaël-W.(7)(FRA)

MARIE Jean-Luc (6)(PRU)

*MASSON Bruno (6)(ORG PRU)

*MASSON Denis (6)(PRU)

MORTIER J.-B. (4)(FRA)

*MOURGUES Georges (4)(FRA)

PARRIN Stéphane (4)(PRU), le dimanche

*REMŸ Nicolas-Denis (6)(PRU)

*SINTES Jean-Gilles (4)(FRA)

-----------------

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3548
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: "Paris 2015 à Lyon", les 21-22 novembre

Messagepar MORTIER JeanBaptiste sur 15 Nov 2015, 19:46

Je ne serai pas là le soir et arriverai un peu plus tard le dimanche matin, il me faut mes 16 heures journalières de repos.
MORTIER JeanBaptiste
 

Re: "Paris 2015 à Lyon", les 21-22 novembre

Messagepar CAILLE Hervé sur 16 Nov 2015, 16:19

Bonjour

A quelle heure faut il arriver le samedi ?
J'ai compris que le matin était réservé à l'installation ?
Si je viens en début d'après midi (14h00) c'est bon ?

Merci
Hervé
CAILLE Hervé
 

Re: "Paris 2015 à Lyon", les 21-22 novembre

Messagepar MANÉ Diégo sur 16 Nov 2015, 17:35

Salut Hervé,

Oui, 14 h 00 c'est bon, mais stricto sensu, soit quatorze heures zéro zéro, qui est l'heure où je souhaite commencer la manifestation.

De fait arriver un peu avant, à partir de 13 h 30, permet de saluer les copains et de prendre ses marques avant de passer au vif du sujet...

Mais comme d'habitude, les "présents sous les armes" se comptent au premier coup de canon !

A bientôt,

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3548
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: "Paris 2015 à Lyon", les 21-22 novembre

Messagepar MANÉ Diégo sur 17 Nov 2015, 22:04

Etat d’esprit des Français au moment de l’arrêt des combats le 3 juillet 1815*
(soit au moment où les nôtres commenceront !) * D’après le «1815» de Houssaye.

«Le canon grondait. Dès avant le lever du soleil, le feu avait repris. L’occupation d’Issy donnant à Vandamme des préoccupations pour sa droite, il avait, d’accord avec Davout, prescrit au général Vichery de reprendre cette position en préparant l’attaque par une très violente canonnade. Le prince d’Eckmühl s’attendait à être contraint à la bataille.

Suit la répartition des troupes.

Bignon et Bondy* arrivèrent dans la plaine de Montrouge vers six heures du matin.

* Les envoyés de Fouché, porteurs d’une demande d’armistice à l’effet de traiter la capitulation.

A la droite, la division Vichery, soutenue maintenant par la division Hulot, se ruait pour la troisième fois à l’assaut du village et du parc d’Issy où les Prussiens tenaient intrépidement.

Davout était à cheval, la lorgnette à la main, un peu en arrière de la ligne de bataille.
Des généraux qui l’entouraient lui parlaient avec beaucoup d’animation.

Les troupes semblaient inquiètes, turbulentes, colères ; leurs propos, leurs yeux ardents témoignaient l’impatience d’aborder l’ennemi.

Bignon exposa à Davout l’objet de sa mission. Davout parut hésiter. Il dit qu’il était en bonne position, et qu’il pourrait obtenir un avantage marqué en faisant une attaque générale.

En substance Bignon lui répond : «Monsieur le maréchal, ... c’est à vous de juger ce que vous avez à faire...» Le visage de Davout s’assombrit. «Ce n’était pas là son compte, remarque Bignon. Il sentait le besoin d’un arrangement, il le voulait, mais pour ne pas perdre sa popularité auprès de quelques têtes ardentes et de la foule à leurs ordres, il aurait voulu avoir la main forcée."

Le maréchal enverra un parlementaire à Ziethen qui répondra par son aide de camp qu’il n’osait même informer Blücher d’une telle demande, mais que si Paris veut se rendre aujourd’hui même et l’armée veut se rendre aussi il acceptera une suspension d’armes.

Vous je ne sais pas, mais moi, à la place de Davout, je n’aurai vu qu’une seule manière de répondre, celle qu’il pratiqua à Hambourg, à coups de canons...

Mais en l’occurrence il laissa passer l’instant de l’attaque générale évoquée à 6 heures, et à 6 h 45 «le feu avait cessé sur toute la ligne. Vers huit heures l’ennemi replia à la hauteur d’Issy les troupes qu’il avait avancées au sud-ouest de Vaugirard.

En attendant la réponse de Blücher, Bignon et Bondy causaient sur le terrain avec Davout, Guilleminot et plusieurs officiers généraux venus tour à tour se mêler au groupe de l’état-major.

Drouot, grave et sombre, reconnaissait la nécessité d’un accord. Mais la plupart de ses camarades repoussaient cette idée avec indignation. Ils voulaient absolument la bataille. Exelmans et Flahaut se faisaient remarquer parmi les plus animés ; ils demandèrent à Bignon «s’il voulait les déshonorer ?»

Les mêmes sentiments dominaient chez les troupes. Derrière les faisceaux qu’ils avaient formés, les soldats parlaient à voix basse, exprimant leur surprise et leur irritation de ce brusque arrêt du feu «qui sentait la trahison».

Entre-temps Blücher, ramené à la raison par Wellington, et trop heureux d’obtenir sans combattre un résultat qui n’était pas dans ses moyens, avait finalement autorisé Ziethen à adoucir la forme sinon le fonds de ses exigences. Il invitait désormais les commissaires français au château de Saint-Cloud afin d’y traiter de la reddition de Paris.

... à suivre ...

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3548
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: "Paris 2015 à Lyon", les 21-22 novembre

Messagepar MANÉ Diégo sur 19 Nov 2015, 22:31

Etat d’esprit des soldats Français après la non-bataille du 3 juillet 1815

(juste pour que vous voyiez que l'armée était vraiment dans la disposition d'esprit adéquate pour livrer la oui-bataille de Paris que je vous propose samedi prochain !)

«L’arrêt subit du combat, le matin du 3 juillet, commença d’alarmer tous ces braves. Ils comprenaient qu’on allait les empêcher de se battre. «On est entrain de nous vendre», disaient-ils. La journée entière, puis la nuit et la matinée du lendemain se passèrent dans une attente irritante. Les hommes bivouaquaient en ligne derrière les faisceaux. Chaque heure qui s’écoulait augmentait l’inquiétude, le trouble, l’indiscipline. Vers midi, le 4 juillet, la nouvelle de la capitulation arriva aux troupes.

Elles devaient abandonner leurs positions, fuir devant l’ennemi, et, sans un coup de fusil ni un coup de sabre, lui livrer Paris et trente lieues de pays jusqu’à la Loire. La colère saisit l’armée. Les rangs sont rompus. Au milieu des murmures et des clameurs, on entend : «nous sommes toujours trahis ! C’est comme dimanche soir. - Combien le maréchal Davout a-t-il reçu pour livrer Paris ?- On nous vend comme des bêtes à cornes !- Restons ici. Nous nous battrons pour notre compte.- Que les Prussiens viennent nous faire partir !- Si l’empereur était là !- Vive l’empereur !- Paris est rempli de royalistes et de brigands.- Faisons-nous justice. - Brûlons cette ville de traîtres !- Ne nous en allons que quand tout sera brûlé.»

J’en passe mais pas des meilleures (quoique).
Au nord des artilleurs en révolte canonnent toute la journée les positions anglaises.

Les officiers de troupe et nombre de généraux sont aussi indignés, aussi furieux que les soldats. on veut retirer à Davout le commandement dont on le juge désormais indigne. Exelmans, Fressinet et plusieurs de leurs camarades abordent Vandamme et l’adjurent de se mettre à la tête de l’armée pour marcher contre l’ennemi. Mais Vandamme est converti depuis deux jours aux idées de Davout (avec pour dénominateur commun une rencontre avec Fouché !). Ainsi éconduits les généraux se cherchent un nouveau chef.

Dénoncés comme prêts à se mettre à la tête des troupes, Daumesnil et Hulin sont mis sous surveillance. On en appelle à Carnot (pour calmer les troupes), le seul membre de la commission à ne pas être suspect pour les soldats, qui voient toujours en lui «le grand Carnot». L’intervention de Drouot, le fidèle de l’Empereur, porte plus encore. Les grognards grognent une dernière fois, puis rentrent dans l’obéissance. L’exemple de la Garde entraîne la ligne à sa suite.

C’est fini ? Non, pas encore. La troupe refuse de s’en aller avant d’avoir touché ses arriérés de solde, or il n’y a plus d’argent. La commission est au désespoir. On pense enfin à s’adresser au banquier Laffite, qui consent à avancer les fonds en échange de garanties adéquates. Il est cocasse de mentionner que ces fonds si généreusement avancés par l’homme d’argent sont justement plusieurs millions or que Napoléon lui a confiés en dépôt huit jours plus tôt. Ce n’était certes pas la première fois que le trésor privé de l’Empereur servait à la solde de l’armée, mais ce fut la dernière !

Le lendemain, 5 juillet, et le surlendemain, l’armée tout entière évacua paris, farouche et furieuse, «en rugissant». Les soldats disaient que ce n’était pas fini, qu’ils reviendraient avec Napoléon, d’où la crainte sérieuse entretenue par Fouché et sa clique jusqu’à savoir Napoléon aux mains d’Albion, qui du coup parût un peu moins perfide, comparée à eux.

L’armée partie avec Davout, laissait Fouché maître de Paris, et libre de traiter avec Louis XVIII. Le roi sur le trône, lui au ministère. C’est que l’homme avait si bien manoeuvré qu’il était, pour l’instant du moins, «incontournable». La bourgeoisie parisienne le regardait comme son sauveur, car c’est à lui qu’elle devait «cette capitulation inespérée», qualificatif qu’aurait pu lui donner Blücher avec infiniment plus d’à-propos !

Heureusement que nous allons changer cette histoire-là samedi car elle n'est pas jolie-jolie !

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3548
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: "Paris 2015 à Lyon", les 21-22 novembre

Messagepar DAVID Gilles sur 20 Nov 2015, 11:12

Donc, je serais Prussien ! J'entends déjà la douce voix de Thierry qui m'apportera son soutien : "Bon écoute, tu te démerdes mais tu me les massacres !". Ce sera comme au resto du samedi soir : comme nous serons 4 prussiens pour 6 français, on risque de manger beaucoup plus ! :lol:

Je vais arriver vers 13 h 30. Cela dépend un peu de la chance pour le stationnement. Au fait, les prussiens n'ont-ils pas récupérés quelques batteries de 12 "oubliées" par les français, dans une morne plaine belge ? Et pour le moral, c'est plus combien ?

Et pour les dés, est-ce qu'on en jette 2 et on garde le meilleur ? Dans mon cas, en général, 1 et 1 cela fait Ein et pas Zwei et pour l'apéro c'est dry.

Bref, je suis bien content d'être prussien car à la fin si c'est une défaite, nous dirons "Oui mais ... c'est normal ..." alors que si les français échouent ou font jeu égal, là, vous n'avez pas fini de nous entendre ! Alors dans tous les cas nous aurons bien mieux manœuvré que les français qui "n'auront pas su tirer partie de leurs avantages". il faut dire qu'une armée probablement entièrement constitué de vieillards et de gardes nationaux planqués ... On va leur Fouché la victoire ! Il faut dire que quand t'as les rangs en vrac, ça fait désordre, voir même déroute ! :lol:
DAVID Gilles
 
Messages: 2
Inscrit le: 01 Nov 2015, 12:15
Localisation: Chambéry (73)

Re: "Paris 2015 à Lyon", les 21-22 novembre

Messagepar MANÉ Diégo sur 20 Nov 2015, 14:51

J'ajoute aux précédents quelques commentaires de Gilles David qui, sortis du même tonneau, méritent leur place ici. Dont'acte.
-------------
Gilles dixit :

Pourquoi faut-il des marqueurs de pertes ? Réponse, pour les donner aux Français.

Dès qu'ils verront nos fiers soldats et nos nobles cavaliers, ils fuiront, à part un ou deux comme Vandamme qui voudra faire son cake ... J'apporterai 2 Fixin (c'est du vin rouge "cuvée Napoléon") car c'est tout ce qui nous reste de Napoléon ! En plus, cela va dans le bon sens car, après étude de la carte, nous devons tous atteindre mon rouge ... (Montrouge).

Si j'ai bien compris, on aurait pu avoir d'autres troupes mais c'était blus cher ...

Je compte sur Bruno pour en ajouter une couche.

--------------
MANÉ Diégo
 
Messages: 3548
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: "Paris 2015 à Lyon", les 21-22 novembre

Messagepar MANÉ Diégo sur 20 Nov 2015, 15:06

J'ai adressé ce matin par mail à chaque joueur participant un dossier complet (du moins j'espère) pour notre "Paris 2015 à Lyon". Quelques documents restant cependant "nationaux" n'ont pas été communiqués à l'ennemi, cela va de soi (mais on n'est pas à l'abri de "fuites" entre ennemis voyageant ensemble !).

C'est en réaction à cet envoi que nous devons les commentaires de Gilles David.

En réponse à ses questionnements, cités ou non :

Je ferai tout mon possible pour que les troupes de première ligne soient déjà disposées sur les tables.

Les Saxons (qui restent après le démembrement de leur armée par les Prussiens) ne jouissent d'aucun bonus de haine contre les Français (et ne peuvent l'exprimer contre les Prussiens). Ils ont toutefois le bonus moral général, mais partent de plus bas. Quoi qu'il en soit ces bonus et malus sont pris en compte dans les OBs communiqués.

Les unités historiques qui sont mentionnées sur les OBs pour la compréhension générale du même métal, sont déclinées (ou pas d'ailleurs) en unités ludiques habituelles, comme dit dans les Règles Spéciales (limitées à peu de chose et à quelques rappels des adaptations aux hexagones que nous jouerons).

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3548
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: "Paris 2015 à Lyon", les 21-22 novembre

Messagepar MANÉ Diégo sur 20 Nov 2015, 15:19

Je serai sur place à la salle du club demain matin 08 h 00 (ou pas loin d'arriver) avec Michaël-William Mané. Mais comme je suis "vieux et fatigué" (© TK) j'apprécierai si quelques bras pouvaient nous prêter main forte pour la mise en place des tables, quitte à repartir après la petite demi-heure nécessaire.

En principe Patrick Fontanel et Thierry Kerdal rejoindront vers 10 h 00, mais la problématique des tables se situe vers 08 h 00, alors...

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3548
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

PrécédentSuivant

Retourner vers HISTOIRE MILITAIRE 1792-1815

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités