Le Régiment d'Artillerie à Cheval de la Garde en juin 1815

Tous les sujets relatifs aux guerres de la Révolution et de l'Empire (1792-1815) ont leur place ici. Le but est qu'il en soit débattu de manière sérieuse, voire studieuse. Les questions amenant des développements importants ou nouveaux pourront voir ces derniers se transformer en articles "permanents" sur le site.

Modérateurs: FONTANEL Patrick, MANÉ John-Alexandre

Le Régiment d'Artillerie à Cheval de la Garde en juin 1815

Messagepar MANÉ Diégo sur 12 Nov 2020, 15:31

Le Régiment d'Artillerie à Cheval de la Garde en juin 1815

J’ouvre ce post appelé a des développements intéressants et distincts du vécu particulier par le CdE Savarin de la 1ère Cie d’ARC de la Garde en 1815 et qui dispose de son post dédié ici :

viewtopic.php?f=1&t=1998

En effet, la masse d’informations présentes sur le premier et en route pour celui-ci sont telles qu’elles justifient pleinement ces deux posts.

Pour l’ARC Garde, qui alignait quatre Cies en 1815, le travail communiqué par Jean-Marc Boisnard qui a collationné homme par homme tous ceux relevant de cette prestigieuse unité, m’a permis bien des avancées sur le plan historique dont, bien sûr, je vous ferai profiter.

Mais bon (c'est le cas de le dire car c'est vraiment du Beau, du Bon, du Boisnard), commençons par le commencement, le chef !
-------------------

LE RÉGIMENT D’ARTILLERIE À CHEVAL DE LA GARDE EN JUIN 1815
(Communiqué par Jean-Marc Boisnard, pour Planète Napoléon © juin 2020)

ÉTAT-MAJOR

MAJOR-COMMANDANT


Colonel Baron Jean Baptiste dit Auguste DUCHAND (titré de Sancey en 1818)

Né le 11/05/1780 à Grenoble (Isère), fils d'Augustin (trésorier au bureau des finances de la généralité) et de Justine Henriette Piat-Desvial. Mort le 03/01/1849 à Paris (Seine).

Il entre à l’École polytechnique le 11 frimaire an V (01/12/1796), est nommé élève-officier le 23 ventôse an VI (13/03/1798) mais doit quitter l'école du fait des « opinions de ses parents », en fait parce-qu'il n'a pas obtenu de certificat de civisme. Lieutenant en second dans la 5e demi-brigade d'Artillerie de Marine le 14 messidor suivant (02/07/1798), il est fait prisonnier de guerre le 14 fructidor an IX (01/09/1801) alors qu'il sert sur la frégate « Le Succès ». Il est libéré ou il s'évade de Port-Mahon et rentre en France le 1er vendémiaire an X (23/09/1801) pour reprendre ses études à l'École d'application de l'Artillerie de Châlons.

Il en sort pour être envoyé au camp de Boulogne où il est lieutenant en second au 3e d'Artillerie à cheval le 1er vendémiaire an XI (23/09/1802). Le 06 messidor suivant (25/06/1803), il passe au 1er d'Artillerie à cheval puis au 3e de l'arme le 24 messidor an XII (13/07/1804) à l'Armée de Naples et fait la campagne d'Autriche de l'an XIV sous Masséna. Il sert ensuite en 1806 à l'armée d'Italie et est promu lieutenant en premier en décembre de cette année. Le 09/04/1807, il est dirigé sur l'école d'équitation de Versailles avec son grade. Nommé en qualité d'officier d'ordonnance de l'Empereur le 21/07/1808 avec le grade de capitaine le 30/08 suivant, il est rattaché au 6e d'Artillerie à cheval le 22/09.

Il participe alors à la campagne d'Espagne, est nommé chef d'escadron le 16/01/1809 et sert désormais sous le général Sébastiani. Il reçoit la croix de Membre de la Légion d'honneur le 28/08/1810 puis rejoint le VIIIe Corps du maréchal Suchet à l'Armée d'Aragon, se distinguant aux sièges de Tarragone, de Sagonte et à celui de Valence où il est blessé d'un coup de feu à la fesse droite le 30/11/1811.

Puis il reçoit un poste à la Grande Armée fin 1812 dont il rejoint les débris en réorganisation sur l'Oder. De là, il participe à la campagne de Saxe sous les ordres des maréchaux Ney puis Oudinot en qualité de chef d'état-major de l'artillerie du XIIe Corps le 23/05/1813. Officier de la Légion d'honneur le 08/07/1813, major d'artillerie le 17/08 et Baron d'Empire le 19/11 suivant, il est à la bataille de Leipzig.

Blessé, il prend part à la campagne de France en tant que chef d'état-major de l'artillerie du VIIe Corps le 18/01/1814. Au retour du Roi, il est fait lieutenant-colonel du 4e d'Artillerie à cheval le 21/06/1814 et Chevalier de l'Ordre de Saint-Louis le 16/01/1815. Son titre de Baron héréditaire est confirmé le 25/11/1814 par lettres patentes.

Se trouvant à Valence lors du retour de l'Empereur de l'île d'Elbe, il le rejoint à Grenoble et prend le poste de colonel, major de l'Artillerie à cheval de la Garde Impériale le 11/04/1815 à 34 ans et après 18 ans et 4 mois de services. Il participera à la campagne de Belgique de juin suivant (Waterloo) et démissionnera de son poste le 09/08/1815, à la seconde Restauration. Il sera emprisonné puis forcé à s'exiler en Italie puis en Suisse par la suite.

Revenu en France, il sera autorisé à ajouter à son nom celui de Sancey* par l'ordonnance royale du 11/03/1818. Ré-intégré après la Révolution de 1830 comme Maréchal-de-camp d'artillerie le 04/09/1830, directeur de l'école d'Artillerie de Metz, il commandera l’École de Vincennes en 1836, deviendra Lieutenant-général le 11/03/1840 et inspecteur général de l'Artillerie. Il sera retraité par l'arrêté du 08/06/1848 avec jouissance au 21/05 précédent.

* Il s'agirait du nom du lieu qu'il aurait défendu lors de la bataille de Leipzig, probablement "francisé" puisqu'on ne trouve pas de "Sancey" sur la carte. Peut-être "Seehausen" hasarde Jean-Marc Boisnard.

(d'après Biographie des célébrités militaires..., Périodiques ABN N°110 et 82, darnault-mil.com, La base Léonore du Ministère de la Culture, Dictionnaire des colonels de Napoléon, Bulletin des Lois du Royaume de France-Tome VI-7e série-1818-page 144, gw.geneanet.org/garric? n=duchand+de+sancey&oc=&p=jean+baptiste, Bulletin des Lois de la République Française-Xe Série- Partie supplémentaire-Tome I-1848-page 434, cité dans le Registre XAB74-Artillerie de la Garde).
----------------

À suivre...
MANÉ Diégo
 
Messages: 3300
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: Le Régiment d'Artillerie à Cheval de la Garde en 1815

Messagepar MANÉ Diégo sur 14 Nov 2020, 11:26

LE RÉGIMENT D’ARTILLERIE À CHEVAL DE LA GARDE EN JUIN 1815
(Communiqué par Jean-Marc Boisnard, pour Planète Napoléon © juin 2020)

Ensuite le "sous-chef" qui, circonstances exceptionnelles de 1815 obligent, se trouve sous les ordres du précédent alors qu'il était, lui, bien plus ancien et avait bien plus de titres au poste... Et cette circonstance se retrouvera dans bien d'autres cas dont celui du CdE Savarin qui a son post propre.

COMMANDANT LE 1er ESCADRON

Major Baron Jean Marin dit MARIN DUBUARD


Né le 24/11/1769 à Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir), fils de Marin (tireur d'étain) et de Louise Madeleine Habert. Mort le 27/01/1837 à La-Fère (Aisne).

Il entre au service comme canonnier au régiment d'Artillerie de Grenoble le 22/11/1787, devenu 4e d'Artillerie en 1791. Il est de l'expédition de Savoie en 1792 et de celle de Nice en 1793 avec l'Armée des Alpes et passe brigadier au 5e d'Artillerie à cheval le 01/08/1793 pour faire la campagne de l'an II, toujours à l'Armée des Alpes. Maréchal-des-logis le 22 thermidor an II (09/08/1794), il participe aux campagnes de l'an III à l'an V à l'Armée du Rhin, étant blessé d'un éclat d'obus à la jambe lors de la prise de Kehl le 06 messidor an IV (24/08/1796).

Puis il part avec l'Armée d'Orient pour l'expédition d'Égypte qui dure de l'an VI à l'an IX où il passe à l'artillerie des Guides montés le 14 vendémiaire an VII (05/10/1798). Blessé d'un coup de feu lors de la révolte du Caire le 30 vendémiaire suivant (21/10), il reçoit, pour sa bravoure au siège d'Acre, où il est de nouveau blessé d'un coup de feu à la jambe, une Grenade d'honneur qui lui est décernée le 14 prairial an IX (03/06/1801). Il est ensuite nommé lieutenant en second sur le champ de bataille d'Aboukir le 07 thermidor an VII (25/07/1799).

Revenu en France après la capitulation d'Alexandrie, il est admis dans l'artillerie de la Garde des Consuls le 13 nivôse an VIII (03/01/1800) avec laquelle il fait la campagne d'Italie. Blessé d'un coup de boulet à la jambe au passage du Pô le 17 prairial suivant (06/06), il est promu lieutenant en premier le 29 messidor (18/07), passant capitaine en second le 25 ventôse an X (16/03/1802). A l'Armée des Côtes-de-l'Océan pendant les ans XII et XIII, il est décoré de la croix de Membre de la Légion d'honneur le 1er vendémiaire an XII (24/09/1803).

À la Grande Armée en l'an XIV pour la campagne d'Autriche, il est promu capitaine en premier, commandant dans l'artillerie à cheval de la Garde Impériale le 4e jour complémentaire an XIII (21/09/1805). Il fait à ce titre les campagnes de Prusse en 1806 et de Pologne en 1807, étant à nouveau blessé d'un éclat d'obus à la bataille d'Eylau le 08/02 de cette dernière année. Chef de bataillon dans l'artillerie à pied de la Garde le 18/08/1808, il suit l'Empereur pour la campagne d'Espagne cette année-là et pour celle d'Autriche de 1809. Nommé Officier de la Légion d'honneur et chef d'escadron dans l'artillerie à cheval de la Garde le 09/07 après la bataille de Wagram puis reconnu major de ce Corps le 12 du même mois à 39 ans et après 21 ans et 7 mois de services.

Il retourne en Espagne où il reste de 1810 à 1811 et où il est créé Baron d'Empire par décret du 15/03/1810 avec lettres patentes du 06/06/1811. Rentré en France début 1812, il part pour la campagne de Russie cette année-là, étant blessé d'un coup de boulet à la cuisse le 24/10 à la bataille de Maloïaroslavets. Remis de sa blessure, il est présent en Saxe en 1813 puis il fait la campagne de France en 1814 où il est blessé d'un éclat d'obus le 01/02 à la bataille de La Rothière. Il reçoit le 02/04 la croix de Commandant de la Légion d'honneur en récompense de sa conduite à la bataille de Brienne le 29/01. Mis en non-activité au retour des Bourbons le 01/08/1814, il est admis à la retraite le 24/12 suivant avec le rang de colonel.

Il reprend du service au retour de l'Empereur durant les Cent-Jours. Le 11/04/1815, il est de nouveau nommé chef d'escadron, major dans l'artillerie à cheval de la Garde Impériale et fera en cette qualité la campagne de Belgique de juin suivant. Il sera blessé d'un coup de sabre à la bataille de Mont-Saint-Jean (Waterloo) le 18/06.

À la seconde Restauration, il sera réformé sans traitement le 06/09/1815 puis sera rétabli dans la jouissance de sa pension de retraite le 04/04/1817. Remis en activité sous la Monarchie de Juillet le 08/12/1830, il sera placé en disponibilité le 27 du même mois et réadmis à la retraite par ordonnance du 12/08/1834 avec jouissance au 01/06 précédent.

(d'après Fastes de la Légion d'honneur-Tome I-page 532, Périodique ABN N°82, darnault-mil.com, Dictionnaire des colonels de Napoléon, Tableau par Corps et par batailles des officiers tués...- Martinien-page 107, La base Léonore du Ministère de la Culture à Dubuat, cité dans le Registre XAB74-Artillerie de la Garde, https://gw.geneanet.org/verdebancoule? n=dubuard&oc=&p=jean+marie+dit+marin).
---------------

À suivre...
MANÉ Diégo
 
Messages: 3300
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: Le Régiment d'Artillerie à Cheval de la Garde en juin 1815

Messagepar MANÉ Diégo sur 18 Nov 2020, 09:47

LE RÉGIMENT D’ARTILLERIE À CHEVAL DE LA GARDE EN JUIN 1815
(Communiqué par Jean-Marc Boisnard, pour Planète Napoléon © juin 2020)

COMMANDANT LE 2e ESCADRON

Chef d'escadron Félix Aimé LASNON

Né le 03/09/1778 à Etoutteville (Seine-Inférieure), fils de Jean Georges (laboureur) et de Marie Marguerite Chantin. Mort le 27/12/1853 à Toulouse (Haute-Garonne).

Conscrit au dépôt des 500 le 1er ventôse an VII (19/02/1799), il entre comme élève à l’École polytechnique le 07 nivôse an VII (27/12/1798) et en sort élève sous-lieutenant pour l'École d'application de l'Artillerie de Châlons le 26 floréal an VIII (16/05/1800). Il obtient son brevet de lieutenant en second au 4e d'Artillerie à pied le 1er vendémiaire an X (23/09/1801) et fait les campagnes des ans XI à XIII à l'Armée des Côtes-de-l'Océan puis rejoint les côtes de la Méditerranée en 1806.

Le 04/02 de cette dernière année, il passe au 6e d'Artillerie à pied où il est promu lieutenant en premier le 14/06. Adjudant-major le 05/04/1807, il est appelé à l'Armée du Portugal et passe capitaine en second le 02/02/1808. Participant aux campagnes de 1808 à 1811 aux armées d'Espagne et de Catalogne, il combat à Vimeiro le 20/08/1808 et devient aide-de-camp du général Noury le 06/06/1809.

Rejoignant la Grande Armée qui entre en Russie en juin 1812, il est promu au grade de capitaine en premier le 24/06 de cette dernière année pour prendre le commandement de la 7e Cie du 6e d'Artillerie à cheval le 01/07 suivant. Il participe aux batailles d'Ostrowno les 25 et 26/07, de Vitebsk, de Smolensk les 16 et 17/08 et de La Moskova le 07/09. Décoré de la croix de Membre de la Légion d'honneur le 11/10/1812, il se trouve aux batailles de Winkovo le 18/10, de Maloïaroslavets le 24 du même mois et est blessé le 29/11 suivant de plusieurs coups de lance.

Revenu du désastre de la retraite de Moscou, il est nommé à la 1ère Cie d'Artillerie à cheval de la Garde Impériale avec le grade de capitaine en second le 27/03/1813. Présent aux batailles de Lützen le 02/05 et de Bautzen les 20 et 21/05, il est fait Officier de la Légion d'honneur le 16/08 suivant lors de la campagne de Saxe et se trouve à la bataille de Dresde les 26 et 27/08, à celle de Leipzig du 16 au 19/10 et à celle de Hanau les 30 et 31/10 suivants.

Participant à la campagne de France de 1814, il combat aux batailles de Brienne le 29/01, de Montereau le 18/02 et de Craonne le 07/03 pour se voir promu chef d'escadron à l'état- major de l'Artillerie de la Garde le 12/03, lendemain de la bataille de Laon où il s'est distingué, à l'âge de 35 ans et après 15 ans de services. Il est encore présent à la bataille sous les murs de Paris les 30 et 31/03. A la première Restauration, il est nommé major sous-directeur à Vincennes le 21/06/1814 et créé Chevalier dans l'Ordre de Saint-Louis le 20/08 suivant.

Aux Cent-Jours, il prend ses fonctions à l'état-major de l'Artillerie du IIe Corps d'observation le 22/04/1815 puis il est rappelé comme chef d'escadron dans l'Artillerie à cheval de la Garde Impériale le 30/04 suivant et fera la campagne de Belgique de juin suivant (Waterloo).

A la seconde Restauration, il commandera le conseil d'administration de son régiment le 20/09/1815, puis, après son licenciement, il sera replacé lieutenant-colonel au régiment de Toulouse-Artillerie à cheval le 11/04/1816. Nommé commandant de l'artillerie de Montpellier le 22/01/1818, il passera au 3e d'Artillerie à cheval le 24/02/1821 puis sera affecté à l’École d'Artillerie de Toulouse en tant qu'adjoint au commandant le 18/05/1822.

Participant à la campagne d'Espagne de 1823 en tant que chef d'état-major de l'Artillerie du IIe Corps le 02/07, il sera nommé colonel à l'état-major de l'artillerie le 09 du même mois pour prendre la tête du 1er d'Artillerie à cheval le 19 suivant. Le 23/09, il prendra le commandement de l'artillerie de l'armée d'occupation d'Espagne en Catalogne. Colonel remplaçant au 1er d'Artillerie à cheval en Espagne le 14/02/1824, il sera nommé commissaire en chef de l'artillerie de Cadix le 23/10 suivant et reviendra en France pour prendre en charge le 3e d'Artillerie à cheval le 05/07/1825.

A la tête du 10e d'Artillerie le 01/06/1830, il sera nommé directeur de l'arsenal de Toulouse le 26/05/1832 et passera directeur de l'artillerie d'Alger le 28/03/1834. Promu Maréchal de camp le 31/12/1835, il commandera l’École d'Artillerie de Rennes le 21/05/1836 et sera placé dans la section de réserve le 04/09/1840. Il sera retraité par l'arrêté du 08/06/1848 avec jouissance au 12/04 précédent.

(Périodique ABN N°82, La base Léonore du Ministère de la Culture, darnault-mil.com, État militaire du Corps royal de l'artillerie de France-1815-pages 94 et 302, Historique de la 10e brigade d'artillerie- page 504, Bulletin des Lois de la République française-Xe série-Partie supplémentaire-Tome I-1848- page 428, cité dans le Registre XAB74-Artillerie de la Garde, https://gw.geneanet.org/philben? n=lasnon&oc=&p=felix+aime).
----------------

À suivre...
MANÉ Diégo
 
Messages: 3300
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: Le Régiment d'Artillerie à Cheval de la Garde en juin 1815

Messagepar MANÉ Diégo sur 29 Nov 2020, 10:50

LE RÉGIMENT D’ARTILLERIE À CHEVAL DE LA GARDE EN JUIN 1815
(Communiqué par Jean-Marc Boisnard, pour Planète Napoléon © juin 2020)

ADJUDANT-MAJOR

Capitaine en second Bravy Joseph MOLIN


Né le 15/08/1785 à Riom (Puy-de-Dôme), fils de Barthélémy Michel (conseiller royal en la sénéchaussée d'Auvergne) et de Marie Dumazet.
Mort le 29/08/1844 au château de Cournon (Puy-de-Dôme).

Il entre le 10 brumaire an XIII (01/11/1804) comme élève à l'École polytechnique et en sort le 01/10/1807 pour l'École d'application de l'Artillerie de Metz en tant qu'élève sous-lieutenant. Il obtient son brevet de lieutenant en second le 24/06/1809 et intègre le 5e d'Artillerie à cheval, rejoignant la Grande Armée en Allemagne pour la campagne d'Autriche et se trouve présent aux batailles de Wagram et de Znaïm.

Nommé lieutenant en premier le 12/05/1810 au 1er d'Artillerie à cheval, il est promu capitaine en second le 15/03/1812 à la 3e Cie du 5e d'Artillerie à cheval qui fait partie de la 1ère division de Cuirassiers pour la campagne de Russie de cette année-là. C'est à Moscou qu'il est nommé lieutenant en second dans la 3e Cie d'Artillerie à cheval de la Garde Impériale le 01/10/1812.

Revenu de la terrible retraite, il est fait lieutenant en premier le 20/02/1813 pour participer à la campagne de Saxe. Il obtient la croix de Membre de la Légion d'honneur le 16/05 après s'être fait remarquer à la bataille de Lützen le 02/05 précédent, et est blessé le 30/10 à la celle de Hanau d'un coup de boulet, perdant un cheval tué sous lui.

Il est promu au grade de capitaine en second le 12/03/1814 lors de la campagne de France, à l'âge de 28 ans et après 9 ans et 4 mois de services. A la première Restauration, il est mis en non-activité à la suite du Corps de l'Artillerie avec le grade de chef d'escadron.

Aux Cent-Jours, il est remis en activité de service comme capitaine adjudant-major de l'Artillerie à cheval de la Garde le 11/04/1815 et fera la campagne de Belgique de juin 1815 (Waterloo).

Il reviendra en France et prendra le commandement de l'artillerie à Pau le 24/09/1815 puis sera mis en demi-solde à la seconde Restauration. Réactivé et placé comme chef d'escadron au 2e d'Artillerie à cheval le 06/03/1821, il fera la campagne d'Espagne de 1823. Promu colonel du 8e d'Artillerie à pied le 28/05/1833, il deviendra Maréchal de Camp le 01/09/1841, commandant de l'Artillerie de la 7e Division Militaire et décédera en fonction.

(d'après Histoire de l’École Polytechnique, l'Almanach Impérial, La base Léonore du Ministère de la Culture, Périodique ABN N°110, État militaire du Corps royal de l'artillerie de France-1815-pages 112 et 364, Tablettes historiques de l'Auvergne...-page 487 et suivantes, cité dans le Registre XAB74- Artillerie de la Garde).
--------------

SOUS-ADJUDANTS-MAJORS

Lieutenant en premier Mathurin Jean Laurent GEORGES


Né le 03/07/1788 à Saint-Méen (Ille-et-Vilaine), fils de Mathurin (notaire) et de Marguerite Joachime Guinot.
Mort le ... à ...

Il entre au service comme vélite canonnier dans l'Artillerie à cheval de la Garde Impériale le 17/07/1807 et fait la fin de la campagne de Prusse de cette année. Venu à l'Armée d'Espagne pour la campagne de 1808, il revient en Allemagne en 1809 pour la guerre contre l'Autriche et passe premier canonnier à la 2e Cie d'Artillerie à cheval de la Garde le 01/08 de cette dernière année.

Promu caporal-fourrier le 15/02/1810, il passe lieutenant en second le 13/08/1811 dans le 2e d'Artillerie à cheval. Il est promu capitaine en second le 09/12/1813 à l'âge de 24 ans et après 5 ans et 7 mois de services. A la première Restauration, il est maintenu en poste avec son grade à la suite du 2e d'Artillerie à cheval.

Aux Cent-Jours, il est rappelé au service comme lieutenant en premier sous-adjudant-major de l'Artillerie à cheval de la Garde le 11/04/1815 et fera la campagne de Belgique de juin suivant (Waterloo). A la seconde Restauration, il sera licencié et placé en demi-solde.

(d'après Périodique ABN N°110, État militaire du Corps royal de l'artillerie de France-1815-pages 178 et 348, N° matricule 25 du GR 20 YC 192 et matricule 366 du GR 20 YC 185, Registre d'état civil de la paroisse de Saint-Méen de 1788-page 10, ses parents à http://gw.geneanet.org/geca? n=georges&oc=&p=mathurin, cité dans le Registre XAB74-Artillerie de la Garde).


Lieutenant en premier François CLAVEY

Né le 28/02/1781 à Belfort (Haut-Rhin), fils de Jean Pierre et de Madeleine Schuler.
Mort le 20/03/1825 à Sevenans (haut-Rhin).

Il entre au service le 04 nivôse an VI (24/12/1797) comme canonnier au 2e d'Artillerie à cheval qu'il rejoint à l'Armée d'Helvétie pour les campagnes des ans VI et VII. Passé à l'Armée du Rhin pour les guerres des ans VIII et IX, il est présent à la bataille de Hohenlinden le 12 frimaire an IX (03/12/1800). Brigadier en l'an X, il est maréchal-des-logis en l'an XII alors qu'il sert à l'Armée des Côtes-de-l'Océan aux ans XII et XIII.

A la Grande Armée en l'an XIV, il participe à la campagne d'Autriche puis à celle de 1806 contre la Prusse où il se bat à Iéna et à celle de Pologne en 1807, étant présent à la bataille d'Eylau et recevant la croix de Membre de la Légion d'honneur le 14/04. Nommé maréchal-des-logis- chef en 1809, il fait la campagne d'Autriche de cette année-là et se trouve aux batailles d'Essling et de Wagram. Il obtient les épaulettes de lieutenant en second le 01/10/1812 participant à la campagne de Russie durant laquelle il est blessé d'un éclat d'obus le 04/10 dans les environs de Moscou.

Revenu du désastre de la retraite de cette capitale, il est placé avec son grade dans l'Artillerie à cheval de la Garde le 14/05/1813 pendant la campagne de Saxe et combat à Lützen, à Bautzen, à Dresde et à Leipzig. Il est promu au grade de lieutenant en premier au terme de la campagne de France le 02/04/1814 à 33 ans et après 16 ans et 3 mois de services.

A la première Restauration, il est placé comme capitaine en second dans le 2e d'Artillerie à cheval le 14/07/1814 puis est mis en non-activité à la suite du régiment le 01/09 suivant.

Aux Cent-Jours, il est appelé comme sous-adjudant-major de l'Artillerie à cheval de la Garde le 11/04/1815 et fera la campagne de Belgique de juin suivant (Waterloo).

A la seconde Restauration, il sera d'abord employé à la manufacture d'armes de Saint-Étienne en 1817, sera placé avec son grade au régiment d'Auxonne Artillerie à pied puis sera attaché à la manufacture d'armes de Tulle. Il sera retraité par l'ordonnance royale du 10/01/1821 avec jouissance au 01/01/1820.

(d'après La base Léonore du Ministère de la Culture, État militaire du Corps royal de l'artillerie de France-1815-pages 192 et 348, Bulletin des Lois du Royaume de France-Tome XII-7e série-1821-N° 429 bis-page 92, Périodique ABN N°110-page 43, gw.geneanet.org/rclavey? n=clavey&oc=&p=francois+xavier, cité dans le Registre XAB74-Artillerie de la Garde).


Lieutenant en second Charles Henri BARRÉ-GALLOIS

Né le 03/05/1789 à Monteaux (Loir-et-Cher), fils d'Henri (notaire et procureur fiscal de la seigneurie de Monteaux) et d'Anne Chevalier.
Mort le 09/04/1843 à Brouage (Charente- Inférieure).

Il entre au service comme conscrit dans le 5e d'Artillerie à cheval le 04/05/1808 et fait la campagne d'Autriche de 1809 avec la Grande Armée, étant présent aux batailles de Landshut le 21/04, d'Eckmühl le lendemain 22/04, de Ratisbonne le 23/04, d'Ebersberg le 03/05, d'Essling le 22/05, de Wagram les 05 et 06/07 et de Znaïm les 10 et 11/07.

Passé à l'armée d'Italie, il est nommé artificier le 01/08/1810 et devient brigadier-fourrier le 01/01/1811 puis maréchal-des-logis le 01/04/1813, maréchal-des-logis-chef le 15/05 et lieutenant en second le 15/06 suivant. Il reçoit la croix de Membre de la Légion d'honneur le 22/07/1813 et passe avec son grade au 4e d'Artillerie à cheval pour participer aux campagnes de 1813 et 1814 en Italie dans le Corps du Vice-Roi Eugène. Après les combats de Bassano le 31/10/1813 et de Caldiero le 15/11, il est nommé lieutenant en premier le 25/01/1814 à 24 ans et après 5 ans et 8 mois de services, se trouvant au passage du Mincio le 08/02/1814, à la prise de Parme le 15 du même mois et au passage du Taro le 02/03 et recevant même une seconde fois la croix de Membre de la Légion d'honneur le 15/03/1814 !

A la Première Restauration, il est placé lieutenant en second le 16/09/1814 à la 2e Cie de son régiment par suite de l'organisation de l'artillerie. Aux Cent-Jours, il est nommé lieutenant en second sous-adjudant-major dans l'Artillerie à cheval de la Garde Impériale le 03/06/1815 et fera la campagne de Belgique de juin suivant (Waterloo).

A la seconde Restauration, il sera licencié le 01/11/1815 et entrera avec son grade de lieutenant au régiment de Toulouse-Artillerie à cheval le 15/04/1816. Il sera promu au grade de capitaine le 22/01/1824 au 7e d'Artillerie et prendra en charge l'artillerie de différentes places de Guerre à compter de 1831, notamment celle de Brouage où il décédera en fonction.

(d'après La base Léonore du Ministère de la Culture, Périodique ABN N°110-page 43, Tables décennales de la commune d'Hiers-Brouage de 1843 à 1852-page 10, cité dans le Registre XAB74- Artillerie de la Garde, État militaire du Corps royal de l'artillerie de France-1815-pages 226 et 352).
--------------

À suivre...
MANÉ Diégo
 
Messages: 3300
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: Le Régiment d'Artillerie à Cheval de la Garde en juin 1815

Messagepar MANÉ Diégo sur 06 Déc 2020, 11:30

LE RÉGIMENT D’ARTILLERIE À CHEVAL DE LA GARDE EN JUIN 1815
(Communiqué par Jean-Marc Boisnard, pour Planète Napoléon © juin 2020)

"Tant qu'on a la santé" !

CHIRURGIEN-MAJOR Michel BELLENAND

Né le 22/04/1780 à Châlon-sur-Saône (Saône-et-Loire), fils de Jean Baptiste (maître pâtissier et traiteur) et de Jeanne Fagès.
Mort le 25/03/1860.

Médecin externe en l'an XII, il est interne en 1806 et passe sa thèse en Médecine en 1808. Il entre au service en qualité de chirurgien aide-major au bataillon bis du Train d'Artillerie de la Garde Impériale le 23/09/1808 et participe à la campagne d'Autriche de 1809. Nommé chirurgien-major le 18/02/1810, il intègre le régiment de Gardes-Nationales de la Garde le 24/09 et rejoint l'Armée d'Espagne pour les campagnes de la Péninsule de 1810 à 1812.
Rappelé avec son grade au 1er régiment du Train d'Artillerie de la Garde le 02/03/1813, il sert à la Grande Armée en Saxe cette année-là et obtient la croix de Membre de la Légion d'honneur le 06/11 suivant. Il fait encore la campagne de France de 1814. A la première Restauration, il est placé dans un hôpital militaire.
Aux Cent-Jours, il est intégré d'abord comme aide-major dans l'Artillerie à cheval de la Garde Impériale le 11/04/1815 puis passe chirurgien major du régiment et fera la campagne de Belgique de juin suivant (Waterloo). A la seconde Restauration, il sera licencié et deviendra docteur en Médecine de la faculté de Paris par la suite puis s'installera à Crèvecoeur dans l'Oise.

(d'après La base Léonore du Ministère de la Culture, cths.fr/an/prosopo.php?id=105242, Périodique ABN N°110-page 43, cité dans le Registre XAB74-Artillerie de la Garde).
---------------

CHIRURGIEN AIDE-MAJOR PICHOT

Né le ... à ...
Mort le ... à ...

En 1810, il est chirurgien sous-aide-major au bataillon bis du Train d'Artillerie de la Garde Impériale et passe aide-major en 1813 au 1er régiment du Train d'Artillerie de la Garde avec lequel il fait les campagnes de Saxe de cette année et de France de 1814.
Aux Cent-Jours, il est chirurgien sous-aide major dans le régiment d'Artillerie à cheval de la Garde le 11/04/1815 puis passe chirurgien aide-major le 22/05 et fera la campagne de Belgique de juin suivant (Waterloo).

(d'après Périodique ABN N°110-page 43, Almanach impérial-1813, cité dans le Registre XAB74- Artillerie de la Garde).
----------------

CHIRURGIEN SOUS-AIDE-MAJOR ROBIN

Né le ... Mort le ...

Aux Cent-Jours, il entre comme chirurgien sous-aide major dans le régiment d'Artillerie à cheval de la Garde le 22/05/1815.
(d'après Périodique ABN N°110-page 43, cité dans le Registre XAB74-Artillerie de la Garde).
----------------

OFFICIER À LA SUITE

Lieutenant en second Honoré Édouard DELON


Né le 02/12/1792 à Montpellier (Hérault), fils d’Édouard (capitaine attaché à l'état-major de la 1ère Division Militaire) et d'Emmanuelle Ouradoux.
Mort le ... à Missolonghi (Grèce).

Il entre comme élève à l’École polytechnique le 01/10/1811 et passe élève sous-lieutenant à l’École d'application de l'Artillerie de Metz le 15/04/1813. Sorti de l'école avec son brevet de sous-lieutenant le 13/11/1813, il prend rang au 5e d'Artillerie et sert avec la garnison de Metz lors du blocus allié de 1814. A la première Restauration, il est maintenu en poste comme lieutenant en second au 5e d'Artillerie à pied et devient lieutenant en premier le 13/09/1814.

Aux Cent-Jours, il est appelé comme lieutenant en second à l'Artillerie à cheval de la Garde Impériale le 03/06/1815, fera la campagne de Belgique (Waterloo) et rejoindra Vincennes où il servira lors du blocus.

Licencié à la seconde Restauration le 30/10/1815, il retrouvera un emploi de lieutenant en premier au régiment de Strasbourg Artillerie à cheval le 28/01/1817 et viendra en stage à l’École d’Équitation de Saumur le 01/06/1819 où il ourdira une conspiration contre le Roi qui sera déjouée le 18/12/1821 ce qui l'obligera à s'enfuir. Il sera condamné à mort par contumace comme l'un des auteurs du complot de Saumur le 20/02/1822. Parti pour la Grèce, il décédera à Missolonghi.

(cité dans le Registre XAB74-Artillerie de la Garde, État militaire du Corps royal de l'artillerie de France-1815-pages 218 et 331, http://saumur-jadis.pagesperso-orange.f ... 0d9pro.htm, L'intermédiaire des chercheurs et curieux-1887-page 397).
----------------

À suivre... Le Petit État-Major (il y en a du monde dont on ne parle jamais !)
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3300
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: Le Régiment d'Artillerie à Cheval de la Garde en juin 1815

Messagepar MANÉ Diégo sur 17 Déc 2020, 11:46

LE RÉGIMENT D’ARTILLERIE À CHEVAL DE LA GARDE EN JUIN 1815
(Communiqué par Jean-Marc Boisnard, pour Planète Napoléon © juin 2020)

PETIT ÉTAT-MAJOR

MARÉCHAL-DES-LOGIS-CHEF VAGUEMESTRE
Joseph Casimir CAPLAIN


Né le 05/08/1782 à Guise (Aisne), fils de Jean Louis Fidèle et de Marguerite Lafosse.

Il entre au service dans la 12e Cie d'Ouvriers d'Artillerie le 09 vendémiaire an X (01/10/1801) et fait les campagnes des ans XII et XIII à l'Armée des Côtes-de-l'Océan. A la Grande Armée pour la campagne d'Autriche de l'an XIV, il fait celle de Prusse de fin 1806 et celle de Pologne l'année suivante, servant notamment aux sièges de Dantzig et de Graudentz, ayant la jambe gauche fracturée par un caisson d'Artillerie en 1807 en travaillant à le retirer d'un fossé. Resté en Pologne en 1808, il obtient son congé de réforme le 15/07/1809.

Il rentre à l'activité comme sergent, chef ouvrier dans l'Artillerie à cheval de la Garde Impériale le 26/03/1812 et fait probablement les campagnes de Russie de cette année, de Saxe de 1813 et de France de 1814. A la première Restauration, il est placé dans le 2e d'Artillerie pied le 10/07/1814.

Aux Cent-Jours, il intègre le petit état-major de l'Artillerie à cheval de la Garde le 01/05/1815 comme maréchal-des-logis-chef avec les fonctions de vaguemestre et fera la campagne de Belgique de juin suivant (Waterloo).

A la seconde Restauration, il sera licencié le 28/10/1815 et retrouvera un poste de sergent-major à la 11e Cie d'Ouvriers d'Artillerie à la seconde Restauration. Passé garde d'Artillerie de seconde classe à Douai (Nord), il sera retraité le 14/01/1828. Remis en activité après la Révolution de Juillet 1830, il sera placé comme garde d'Artillerie de première classe à la direction de Douai le 03/12/1831 et décédera le 23/09/1852 à Douai.

(N° matricule 464 du GR 20 YC 187 et matricule 647 du GR 20 YC 185, Registre d'état civil de la paroisse de Guise de 1781 à 1785-page 64, gw.geneanet.org/odesnoux? n=caplain&oc=&p=joseph+casimir, Bulletin des Lois de la République française-XIe Série-Partie supplémentaire-Tome I-page 676, Etat militaire du Corps de l'artillerie métropolitaine de 1837-page 232-N°20, Registre d'état civil de la commune de Douai de 1850 à 1853-page 1023).
----------------

TROMPETTE-MAJOR
François BISETZKY


Né le 29/11/1778 à Metz (Moselle), fils de Joseph (trompette au régiment d'Esterhazy Hussards) et de Catherine Pofin. Il entre au service comme musicien au 3e Hussards le 06/09/1792 et fait les campagnes de la République de 1792 à l'an VIII. Passé à la 9e demi-brigade Légère le 1er nivôse an X (22/12/1801), il intègre le régiment des Chasseurs à pied de la Garde le 6e jour complémentaire an XI (23/09/1803). Il participe en leur sein à la campagne d'Autriche de l'an XIV et entre le 24/05/1806 dans l'Artillerie à cheval de la Garde Impériale comme brigadier trompette. Il fait alors la campagne de Prusse de cette fin d'année et celle de Pologne l'année suivante, passant trompette-major le 06/02/1807 à l'état-major de son Corps. Venu en Espagne en 1808, il retrouve la Grande Armée en Allemagne en 1809 lors de la guerre contre l'Autriche, obtenant la croix de Membre de la Légion d'honneur le 05/09. Il sert par la suite durant les campagnes de Russie de 1812, de Saxe de 1813 et de France de 1814. A la première Restauration, il est maintenu au service dans les Gardes du Corps du Roi le 01/07/1814.
Aux Cent-Jours, il incorpore comme trompette-major le petit état-major de l'Artillerie à cheval de la Garde Impériale le 01/05/1815 et fera la campagne de Belgique de juin suivant (Waterloo). Il désertera son poste le 05/07/1815 sous le gouvernement provisoire et sera ré-intégré dans les Gardes du Corps du Roi, Cie de Grammont fin 1815. Il quittera plus tard son emploi et deviendra chef de musique sous Charles X. Il décédera le 07/03/1848 à Vraux (Marne).

(N° matricule 467 du GR 20 YC 187 et matricule 151 du GR 20 YC 185 et matricule 1701 du GR 20 YC 37 à Biserzky, La base Léonore du Ministère de la Culture, cartonnagesromantiques.blogspot.fr/2013/01/un-caricaturiste-meconnu-antoine.html, Registre des décès de la commune de Vraux de 1793 à 1860-page 288).
--------------

BRIGADIER TROMPETTE
Claude Georges WALDHAUSER


Né le à Besançon (Doubs).
Aux Cent-Jours, il est admis comme brigadier trompette dans le petit état-major de l'Artillerie à cheval de la Garde le 09/06/1815 et fera la campagne de Belgique de juin suivant (Waterloo). A la seconde Restauration, il sera placé dans l'Artillerie de la Garde Royale le 29/10/1815. Il décédera le 06/01/1823 à Paris (Seine) dans le 10e arrondissement, à l'hôpital de la Garde Royale de Paris.
(N° matricule 468 du GR 20 YC 187 à Waldauzer, gw.geneanet.org/parnes? n=waldhauser&oc=&p=claude+georges, Registre reconstitué des décès de la ville de Paris de Waldeck à Walhain-page 14).
--------------

MAÎTRE TAILLEUR au dépôt
Jean Louis CHERRIER


Né le 26/08/1759 à Sarrebourg (Meurthe), fils de Claude Dieudonné (jardinier) et de Thérèse Petermann. Il entre comme chef tailleur à l'Artillerie à cheval de la Garde Impériale le 12 vendémiaire an XII (05/10/1803) et reste à son poste jusqu'à la première Restauration.
Aux Cent-Jours, il sert comme maître tailleur au petit état-major de l'Artillerie à cheval de la Garde le 11/05/1815. A la seconde Restauration, il sera congédié le 28/10/1815.


(N° matricule 469 du GR 20 YC 187 et matricule 214 du GR 20 YC 184, ses parents à gw.geneanet.org/ mburckel?n=cherrier&oc=&p=claude+dieudonne, Registre d'état civil de la paroisse de Sarrebourg de 1754 à 1762-page 209)
---------------

MAÎTRE SELLIER
Henry Benoît Joseph CHAUDRON


Né le 20/06/1782 à Cambrai (Nord), fils de Philippe François Joseph (marchand tanneur) et de Marie Josèphe Henriette Demoutier. Il entre au service comme maître sellier, enrôlé volontaire, au 2e de Gardes d'Honneur le 02/06/1813. A la première Restauration, il est probablement licencié.
Aux Cent-Jours, il est admis comme maître sellier dans le petit état-major de l'Artillerie à cheval de la Garde le 28/05/1815. A la seconde Restauration, il sera licencié.

(N° matricule 470 du GR 20 YC 187 et matricule 19 du GR 20 YC 170, son père à gw.geneanet.org/ patrickbaelen?n=caudron&oc=&p=philippe+francois+joseph, Registre d'état civil de la paroisse Sainte- Croix de Cambrai de 1780 à 1791-page 157).
-------------

MAÎTRE ARMURIER
Louis FRANCION


Né le 24/03/1773 à Avignon (Vaucluse), fils de Jean et de Suzanne Pouchol. Il entre au service comme soldat au 39e d'Infanterie ci-devant Dauphiné-Infanterie le 20/07/1789 et intègre le 1er Bataillon des volontaires du Vaucluse le 15/01/1791 et participe aux campagnes de l'Armée d'Italie de 1790 à l'an II. Muté le 03 brumaire an III (24/10/1794) à l'arsenal de Nice comme ouvrier armurier, il passe dans la 1ère Cie d'Ouvriers Armuriers en tant qu'armurier le 15 thermidor an V (02/08/1797) pour participer aux campagnes de l'an VI à l'an XI à l'armée d'Orient. Nommé caporal le 03 ventôse an VIII (22/02/1800) et sergent le 26 floréal suivant (16/05), il revient en France après la capitulation d'Alexandrie et se trouve employé à la 15e Cie d'Ouvriers d'Artillerie le 10 messidor an X (29/06/1802).

Admis le 16 messidor an XI (05/07/1803) dans l'Artillerie à cheval de la Garde Consulaire, il est fait chef armurier le 1er fructidor suivant (19/08) et participe à la campagne de l'an XIII à l'Armée des Côtes-de-l'Océan et à celle de l'an XIV en Autriche. Puis il sert contre la Prusse en 1806, en Pologne en 1807 et en Espagne l'année suivante avant de revient en Allemagne pour la guerre contre l'Autriche de 1809. Il sert ensuite en Russie en 1812, en Saxe en 1813 et en France en 1814.

Aux Cent-Jours, il incorpore comme maître armurier le petit état-major de l'Artillerie à cheval de la Garde le 01/05/1815 et fera la campagne de Belgique de juin suivant (Waterloo).

A la seconde Restauration, il sera congédié le 28/10/1815 et retrouvera un poste dans l'Artillerie à pied de la Garde Royale le 01/11/1815. Maintenu au régiment d'Artillerie de la Garde Royale à l'organisation du 01/09/1829, il sera mis à la suite de la batterie de réserve de Paris le 01/09/1830 et incorporera le 11e d'Artillerie le 06/02/1831 en tant que chef armurier. Il obtiendra sa retraite par l'ordonnance royale du 21/12/1836 avec jouissance au 31/08 précédent et rentrera dans ses foyers à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) où il décédera le 17/09/1839.

(N° matricule 471 du GR 20 YC 187 à Francillon et matricule 322 du GR 20 YC 183, La base Léonore du Ministère de la Culture, gw.geneanet.org/jfconne?n=francion&oc=&p=louis, Bulletin des Lois du Royaume de France-IXe Série-Partie supplémentaire-Tome X-1837-page 844).
----------------

MAîTRE MARÉCHAL-FERRANT
Jacques Frédéric TERLEZ


Né le 09/03/1784 à Billancourt (Somme), fils de Jacques (maréchal-ferrant) et de Scolastique Gadiffet.

Il entre au service comme maréchal-ferrant à la 14e Cie du 7e escadron du 1er régiment de Garde d'Honneur le 15/09/1813 pour la fin de la campagne de Saxe et fait ensuite celle de France de 1814. A la première Restauration, il est congédié le 21/06/1814.


Aux Cent-Jours, il reprend du service comme maître maréchal-ferrant au petit état-major de l'Artillerie à cheval de la Garde le 10/06/1815 et fera la campagne de Belgique de juin suivant (Waterloo). A la seconde Restauration, il sera de nouveau congédié le 28/10/1815.

(N° matricule 472 du GR 20 YC 187 à Terlez et matricule 83 du GR 20 YC 168 et matricule 2095 du GR 20 YC 167, Registre d'état civil de la paroisse de Billancourt de 1778 à 1792-page 63, https:// gw.geneanet.org/annemadeline?n=terlez&oc=&p=jacques+frederic).
------------

VÉTÉRINAIRES
Vétérinaire en premier Édouard Louis GÉRARD


Né le 20/08/1783 à Épernay (Marne), fils d’Édouard (maréchal-ferrant) et de Marie Françoise Dudé.
Il entre comme élève militaire à l’École d'Alfort le 1er vendémiaire an XI (23/09/1803) et passe aide- vétérinaire au 3e Dragons le 15/01/1808 pour faire la campagne de cette dernière année à l'Armée d'Espagne. Revenu en France par la suite, il devient vétérinaire en premier au 3e d'Artillerie à cheval le 01/05/1810 et entre avec son grade à l'Artillerie à cheval de la Garde Impériale le 13/03/1813. Il participe alors à la campagne de Saxe de cette dernière année, recevant la croix de Membre de la Légion d'honneur le 06/11 à Mayence et fait encore la campagne de France de 1814. A la première Restauration, il est placé au 3e d'Artillerie à cheval le 01/08/1814.

Aux Cent-Jours, il est appelé à l'Artillerie à cheval de la Garde Impériale le 20/05/1815, intégrant comme vétérinaire en premier le petit état-major du Corps le 28/05 et fera la campagne de Belgique de juin suivant (Waterloo). A la seconde Restauration, il sera licencié le 28/10/1815 puis ré-intégré comme artiste-vétérinaire à l'Artillerie à cheval de la Garde Royale le 16/11/1815 et passera ensuite au 2e d'Artillerie. Il obtiendra sa retraite par l'ordonnance royale du 04/01/1835 avec jouissance au 11/10/1834 et se retirera dans ses foyers à Vincennes (Seine) où il décédera le 28/04/1859.

(d'après La base Léonore du Ministère de la Culture, Bulletin des Lois du Royaume de France-IXe série-IIe Partie-IIe section-Tome VII-1835-page 22, N° matricule 465 du GR 20 YC 187).
-----------

Vétérinaire en second
Louis Hippolyte LEVASSEUR


Né le 17/08/1783 à Versailles (Seine-et-Oise), fils de Louis Clément (maître maréchal-ferrant) et de Marie Louise Augustine Baudran. Il entre comme élève militaire à l’École vétérinaire d'Alfort en 1809 et obtient son brevet d'aide vétérinaire en 1813.

Aux Cent-Jours, il intègre comme vétérinaire en second le petit état-major de l'Artillerie à cheval de la Garde le 01/06/1815 et semble rester au dépôt du Corps. A la seconde Restauration, il sera licencié le 28/10/1815 et exercera sa profession à Versailles. Il décédera le 16/08/1840 des suites de l'opération d'un anévrisme de l'artère poplitée droite à l'Hôtel-Dieu de Paris (Seine).

(N° matricule 466 du GR 20 YC 187, École Impériale Vétérinaire d'Alfort-Procès Verbal du 26/04/1812-page 37, Quarante années de pratiques chirurgicales-Volume II-page 141, Registre des baptêmes de la paroisse Saint-Louis de Versailles de 1783-page 63, Registre des décès de la commune de Versailles de 1840-page 208,). 
---------------
---------------

À suivre, les compagnies...
MANÉ Diégo
 
Messages: 3300
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: Le Régiment d'Artillerie à Cheval de la Garde en juin 1815

Messagepar MANÉ Diégo sur 18 Jan 2021, 14:06

L’ARTILLERIE À CHEVAL DE LA GARDE EN JUIN 1815
(Communiqué par Jean-Marc Boisnard, adaptation Diégo Mané pour Planète Napoléon © juin 2020)

1er ESCADRON

1ère COMPAGNIE D'ARTILLERIE À CHEVAL
(Artillerie des Chasseurs à cheval de la Garde)

Capitaine en premier Jean Guillaume HUET

Né le 17/03/1785 à Saint-Symphorien (Eure), fils de Robert Guillaume et de Catherine Moulin. Mort le 13/06/1848.

Il entre comme élève à l'École polytechnique le 1er frimaire an XII (23/11/1803) et est admis le 01/10/1806 comme élève sous-lieutenant à l'École d'application de l'Artillerie. Obtenant son brevet de lieutenant en second le 01/06/1808, il intègre le 2e d'Artillerie à pied qu'il rejoint à l'Armée de Naples pour la campagne de 1808. À l'Armée d'Italie en 1809, il est promu lieutenant en premier le 09/09 de cette année et prend rang dans le 1er d'Artillerie à cheval. Capitaine en second au 4e d'Artillerie à pied le 30/07/1811, il entre dans l'Artillerie à cheval de la Garde en tant que lieutenant en second le 25/11 suivant.

Participant à la campagne de Russie de 1812, il reçoit la croix de Membre de la Légion d'honneur le 23/09 et est promu au grade de lieutenant en premier sous-adjudant-major le 01/10 suivant.
Revenu du désastre de la retraite de Moscou, il fait la campagne de Saxe de 1813 quand il est nommé capitaine en second le 07/11 de cette dernière année après avoir été blessé à la bataille de Hanau le 30/10 précédent. Il fait encore la campagne de France de 1814. A la première Restauration, il est mis en non-activité avec le grade de chef d'escadron.

Aux Cent-Jours, il est rappelé à l'activité le 11/04/1815 comme capitaine en premier commandant la 1ère Cie d'Artillerie à cheval de la Garde Impériale à l'âge de 30 ans et après 11 ans et 4 mois de services et fera la campagne de Belgique de juin suivant (Waterloo). Il sera licencié le 15/09/1815 à la seconde Restauration puis replacé comme chef d'escadron commandant de l'artillerie du département de la Sarthe.

(d'après Périodique ABN N°82, La base Léonore du Ministère de la Culture, État militaire du Corps royal de l'artillerie de France-1815-pages 108 et 363, cité dans le Registre XAB74-Artillerie de la Garde).
-----------------

Capitaine en second Joseph Marie SAVARIN

Né le 18/02/1777 à Paris (Seine), fils de Pierre Philippe et de Marie Cécile Lambert.
Mort le 07/03/1831 à La-Fère (Aisne).

Il entre au service comme soldat au 1er bataillon du 18e d'Infanterie ci-devant Royal-Auvergne Infanterie le 15/03/1792 et fait les campagnes de 1792 à l'an IV à l'Armée du Nord. Son bataillon est incorporé dans la 35e demi-brigade de Bataille le 30 thermidor an II (17/08/1794) à Bruxelles, elle même intégrée dans la 106e demi-brigade de Ligne le 23 pluviôse an IV (12/02/1796) à Deux-Ponts.
Admis au 7e d'Artillerie à cheval le 1er vendémiaire an V (22/09/1796), il participe aux campagnes de l'an V à l'an IX à l'armée du Rhin. Incorporé comme second canonnier dans la 1ère Cie d'Artillerie à cheval de la Garde le 17 prairial an IX (06/06/1801), il devient brigadier fourrier le 28 floréal an X (18/05/1802) et maréchal-des-logis le 1er prairial an XI (21/05/1803).

Promu lieutenant en second le 4e jour complémentaire an XIII (21/09/1805) après avoir reçu la croix de Membre de la Légion d'honneur le 13 thermidor précédent (01/08), il sert à la Grande Armée pour la campagne d'Autriche de l'an XIV et fait celles de Prusse de fin 1806 et de Pologne l'année suivante, étant lieutenant en second sous-adjudant-major s'occupant des fourrages le 28/03/1807. Promu lieutenant en premier le 27/08/1808 à la 3e Cie d'Artillerie à pied de la Garde, il fait partie du détachement de la Maison Impériale qui part pour l'Espagne et revient en Allemagne en 1809 pour la guerre contre l'Autriche.
Resté en Allemagne en 1810, il est nommé capitaine en second dans la Ligne le 12/07 et passe capitaine en second dans l'Artillerie à cheval de la Garde le 06/05/1811, rejoignant l'armée d'Espagne cette dernière année. Rappelé à la Grande Armée pour la campagne de Russie de 1812, il revient de la terrible retraite de Moscou et passe chef d'escadron dans la Ligne, capitaine commandant la 3e Cie d'Artillerie à cheval le 19/03/1813 à l'âge de 36 ans et après 21 ans de services. Il obtient la croix d'Officier de la Légion d'honneur le 16/05 suivant et sert en Saxe puis à l'Armée du Nord du Comte Maison qui couvre la Belgique en 1814. A la première Restauration, il est incorporé comme chef d'escadron au 2e d'Artillerie à cheval le 12/05/1814.

Aux Cent-Jours, il est rappelé comme capitaine en second à la 1ère Cie d'Artillerie à cheval de la Garde probablement pour remplacer le capitaine Deniset envoyé à l'état-major général et il fera la campagne de Belgique de juin 1815, étant blessé par un coup de boulet au genou gauche le 18/06 à la bataille de Mont-Saint-Jean (Waterloo). A la seconde Restauration, il sera licencié et placé en non-activité puis retraité le 25/12/1815.

(d'après La base Léonore du Ministère de la Culture, Périodique ABN N°82 et N°110, Bulletin des Lois du Royaume de France-IXe série-IIe Partie-IIe section-Tome IV-1834-page 130, N° matricule 204 du GR 20 YC 183-page 211, cité dans le Registre XAB74-Artillerie de la Garde, Tableau par Corps et par batailles des officiers tués...-Martinien-page 107, https://gw.geneanet.org/gautlang? n=savarin&oc=&p=joseph+marie).

Ajout DM le 18/01/2021

Le CdE Savarin a fait l'objet d'un poste dédié particulièrement étoffé, ici :

viewtopic.php?f=1&t=1998

Je souligne à nouveau qu'il était plus ancien en grade que le CdE Huet son chef de 1815, qui est listé plus haut. Savarin fut nommé CdE et Capitaine Commandant dans la Garde le 19/03/1813, alors que Huet ne fut nommé Capitaine en second que le 07/11/1813, et reconnu CdE par la 1ère Restauration. C'est donc Savarin qui aurait du commander sur Huet la 1ère compagnie de la Garde et non l'inverse. La précipitation des nominations aux postes en 1815 en décida autrement.
--------------

Lieutenant en premier
Charles Ambroise THIRY

Né le 19/12/1791 à Nancy (Meurthe), fils de François Mansuy et de Catherine Charlotte Régnier de Massa.
Mort le 31/08/1868 à Nancy.

Il entre comme élève à l’École polytechnique le 28/10/1808 et passe élève sous-lieutenant à l’École d'Application d'Artillerie de Metz le 01/10/1810. Sorti avec son brevet de lieutenant en second en 1811, il est intégré au 1er d'Artillerie à cheval et participe à la campagne de Russie de 1812, recevant le grade de lieutenant en premier le 18/10. Revenu de la terrible retraite de Moscou, il sert en Saxe en 1813, étant blessé le 05/05 dans un engagement par un coup de boulet au pied. Il est promu capitaine en second le 31/08/1813 à l'âge de 21 ans et après 4 ans et 10 mois de services.
A la première Restauration, il est placé en non-activité comme capitaine en second à la suite du 1er d'Artillerie à cheval.

Aux Cent-Jours, il est rappelé au service à la 1ère Cie d'Artillerie à cheval de la Garde en tant que lieutenant en premier le 11/04/1815 et fera la campagne de Belgique de juin suivant (Waterloo). À la seconde Restauration, il sera licencié et deviendra capitaine en second, inspecteur de la raffinerie de salpêtre de Nancy le 31/07/1818 puis passera capitaine en premier à l'ancienneté en 1820. Promu chef de bataillon le 01/05/1832 puis lieutenant-colonel du 2e d'Artillerie le 28/07/1840 à l'Armée d'Algérie, il prendra rang au 8e d'Artillerie par la suite et sera élevé au grade de colonel le 03/04/1845. Il deviendra général de brigade le 10/07/1848 pour servir au siège de Rome en 1849 et sera élevé au grade de général de division le 22/12/1851 avant d'être versé dans la réserve en 1856.

(d'après La base Léonore du Ministère de la Culture, État militaire du Corps royal de l'artillerie de France-1815-pages 168 et 346, Le pays Lorrain-1974-page 220 et suivantes, cité dans le Registre XAB74-Artillerie de la Garde, https://gw.geneanet.org/herutten?n=thir ... s+ambroise).
------------------

Lieutenant en second Jacques Maurice HERBET

Né le 20/12/1788 au Mesnil-Martinsart (Somme), fils de François (meunier) et de Marie Anne Guilbert Mort le 14/06/1832 à l'hôpital militaire de Bourbonne (Haute-Marne).

Il entre au service comme canonnier au 3e d'Artillerie à cheval le 29/07/1807 pour être employé au bureau du trésorier du 01/09/1807 au 01/07/1809, passant brigadier le 01/05/1808 et rejoignant l'Armée du Nord en 1809. Nommé aux fonctions de fourrier le 01/05/1810 et fait maréchal-des-logis-chef le 01/01/1811, il participe avec la Grande Armée à la campagne de Russie de 1812.
Revenu de la retraite de Moscou, il remplit les fonctions de garde d'Artillerie dans la place de Thorn pendant le siège du 21/01 au 15/04 suivant puis entre comme maréchal-des-logis-chef au 4e d'Artillerie à cheval le 12/07. Promu lieutenant en second le 19/09 après la bataille de Kulm du 30/08 précédent, il fait partie des troupes de la garnison de Dresde qui sont forcées de capituler le 12/11 suivant. Fait prisonnier de guerre à cette date, il retrouve France et son Corps le 28/05/1814, à la première Restauration.

Aux Cent-Jours, il est promu au grade de lieutenant en premier le 15/04/1815 à l'âge de 26 ans et après 7 ans et 8 mois de services, entrant comme lieutenant en second dans l'Artillerie à cheval de la nouvelle Garde Impériale le 22/05 et fera la campagne de Belgique de juin suivant (Waterloo). À la seconde Restauration, il sera licencié et retrouvera un poste de lieutenant en second au régiment de Rennes Artillerie à cheval le 15/04/1816. Promu lieutenant en premier le 06/02/1819, il fera partie du Corps des Pyrénées servant de cordon sanitaire en 1822 puis participera à la campagne d'Espagne de 1823 et 1824, passant capitaine en second à l'état-major de l'Artillerie le 27/07/1823 pour combattre au blocus de Cadix puis à la division d'occupation qui assiégera Tarifa.
Revenu en France, il sera placé au 2e d'Artillerie à cheval puis prendra en charge comme capitaine commandant la 14e batterie du 8e d'Artillerie après la révolution de Juillet 1830 mais devra entrer à l'hôpital militaire de Bourbonne, souffrant du choléra.

(d'après La base Léonore du Ministère de la Culture, État militaire du Corps royal de l'artillerie de France-1815-pages 232 et 352, remy-godbert80.eklablog.com/herbet-jacques-maurice-a108149124, cité dans le Registre XAB74-Artillerie de la Garde, Annuaires de l'état militaire de France).
----------------

À suivre... Les sous-officiers de la 1ère compagnie...
MANÉ Diégo
 
Messages: 3300
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)


Retourner vers Histoire Militaire

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités