Organisation de l'artillerie et batailles du Portugal

Tous les sujets relatifs aux guerres de la Révolution et de l'Empire (1792-1815) ont leur place ici. Le but est qu'il en soit débattu de manière sérieuse, voire studieuse. Les questions amenant des développements importants ou nouveaux pourront voir ces derniers se transformer en articles "permanents" sur le site.

Modérateurs: FONTANEL Patrick, MANÉ John-Alexandre

Organisation de l'artillerie et batailles du Portugal

Messagepar MELCHIOR Thierry sur 20 Oct 2020, 13:39

Un livre portugais numérisé au format PDF, très instructif !
———

Traductions de quelques extraits effectuées avec Deep-L. Je me suis arrêté à la page 300, n'ai pas tout corrigé et n'ai traduit que ce qui m'intéressait (fabrication des pièces portugaises, changement des affûts, calibres, portées, munitions, emploi, etc.)

L’armement (Page 271, en bas)
Les armes d'artillerie qui ont participé à la guerre de la Péninsule proviennent encore de l'école de Bartolomeu da Costa (décédé en 1801) et de Carlos Napion (qui s'est embarqué avec la famille royale au Brésil). Les bouches à feu portugaises (16) qui ont participé le plus activement à la guerre de la péninsule sont les canons de calibre 3 (17), 6 (18), 9 (19) et 12 (ou livres) (20) et les obusiers de 5 ½ et 6 pouces et les mortiers. Sur les nombreuses places disséminées dans tout le pays, on continuait à utiliser les bouches à feu disponibles (selon João Manuel Cordeiro, en 1808, il y avait, dans l'Arsenal de l'Armée, 248 bouches à feu de 16 calibres différents), dont beaucoup étaient en fonte et de différents calibres, en plus des obusiers et surtout des mortiers.

Notes :
16) Ou des canons, dont les calibres jusqu'à 12 livres étaient destinés à l'artillerie de campagne, étant les supérieur pour la guerre de position - place et carré. Le matériel de montagne avait, en maximum, 6 livres, la taille standard étant de 3 livres.
17) Calibre 3. Cette bouche à feu (7,5 cm) était extrêmement manœuvrable (poids du tube environ 150 kg) et avait une portée de l'ordre de 300 pas (250 m) en trajectoire tendue et de 1 200 pas (1000 m) à 10º. Comme munitions, il utilisait des lampes de poche et des sacs de mitrailleuses, 3 livres (1,4 kg), 4 à 5 onces de poudre noire, avec fusible et charge de poudre 1/3 F et 1 livre de noir granulé.
18) Calibre 6. Cette bouche à feu (9,9 cm) avait une portée d'environ 275 m en tir direct et 1 280 m à la 4e. Le tube pesait environ 200 kg et utilisait les munitions suivantes : 6 livres (3 kg) ; cartouche de mitrailleuse de 22 livres ; charge de poudre noire (cartouche) de ½ ou 1 livre (230 g ou 460 g).
19) Calibre 9. Avec un poids de tube de l'ordre de 400 kg, cette bouche de feu (10,9 cm) avait une portée de 330 m en trajectoire tendue et de 2 200 m à 15º. Comme munitions, elle utilisait des balles de fer de 9 livres (4 kg), des lampes de poche et des éclats d'obus, des balles pour battre les navires et des boulettes de poudre noire (en sacs) jusqu’à 3,5 livres (1,6 kg).
20) La possibilité d'opter pour les calibres 4 et 8 d'origine française a même été discutée, mais la décision a été favorable au maintien des calibres impairs, en fonction du facteur économique (leur remplacement impliquerait la reconstruction de la plupart des pièces portugaises, la fabrication de nouvelles armes et de nouvelles munitions et outils), mais aussi du facteur fonctionnel (nos alliés ont maintenu les calibres 3 et 6, il y aurait donc de grands avantages à l'interchangeabilité en campagne).
———
Les obusiers (une sorte de pièce courte, plus longue que le mortier), inventé par les Allemands, se distinguait des mortiers par le fait que les tourillons étaient placés presque en deux, et étaient assemblés en réparation comme les pièces de campagne. Au Portugal, celles de 5 ½ et 6 pouces, avaient des portées maximales de l'ordre de 800 m. Ils ont été utilisés à la fois dans le cadre de la campagne et des opérations sur le terrain. Ils ont rempli l'espace d'intervention à la frontière de la et les mortiers, parce qu'ils faisaient de la grenaille courbe (également de la grenaille de ricochet) et étaient facilement transportables.
———
La gestion des armements et des munitions commença à être plus rigoureuse à partir de 1809, ayant pour référence l'école anglaise et pour acteurs les commandants des unités d'artillerie, pour la plupart d'origine britannique. À la fin de la campagne contre Soult, en mai et juin 1809, le matériel a été amélioré. Un nouvel affût anglais a alors été adoptée (plus léger et plus résistant) et l'obusier de 6" a été remplacé par un 5"½ plus léger, également de conception anglaise. Plus tard, après la campagne de 1811, les pièces calibre 3 seront mises de côté du service de campagne et plus orientées vers l'artillerie de montagne. De nouvelles réparations ont également été effectuées sur les pièces de 6 c.
(Photo d'une maquette : Pièce de campagne de calibre 6, où sont visibles les armes nationales de l'époque de D. João VI.)
———
ARTILLEURS AU COMBAT
"Il est de ma plus grande satisfaction d'avoir pu observer la grande constance, la valeur et la fermeté de l'artillerie portugaise tout au long du conflit de la bataille, sous un feu très actif et considérable qui a rendu les ennemis de leur position fortifiée contre celle dans laquelle l'artillerie portugaise était placée, ce qui a également été observé par tous les officiers de l'armée alliée avec beaucoup d'admiration et de goût…" (21) Alexandre Dickson
21) Botelho, José Justino Teixeira, Novos Subsídios para a História da Artilharia Portuguesa, vol. II, p. 150. Extrait d'une lettre d'Alexandre Dickson à Brito Mozinho, du quartier général de Toulouse, trois jours après la bataille de Toulouse (10 avril 1814).
———
En termes d'organisation, l'évolution de l'Artillerie portugaise a été significative, car elle est passée de l'Artillerie de Lippe aux portes de Rossilhão, à une nouvelle Artillerie très différente en 1814, réformée à l'image de l'Artillerie anglaise, sans les sous-unités du Génie, mais avec un caractère technique renforcé, qui allait marquer son cours dans les décennies suivantes. Dans ce cadre, les quatre régiments d'artillerie (n° 1 de Lisbonne, n° 2 de Lagos, n° 3 d'Estremoz et n° 4 de Porto) a joué un rôle particulier dans la enquête sur les "brigades volantes" (dont la plupart avec cinq pièces de 6 livres et une coquille de 5 ½ pouces) des brigades de montagne (avec le calibre 3) et dans la défense et l'attaque de sites (avec les calibres 9 et 12, les obus et mortiers), mais aussi dans la formation de l'artillerie militaire et la création d'un un esprit du corps authentique et distinct, qui s'étendrait jusqu'à nos jours.
En termes d'uniformes et comme dans le reste de l'armée, les artilleurs étaient la cible du nouveau règlement de 1806, qui allait marquer, dans un sens positif, une évolution qui se faisait déjà sentir dans d'autres armées, et qui apportait une contribution importante à la discipline et à l'estime de soi des artilleurs.
En ce qui concerne les armes (principalement des pièces de 3, 6 et 9 livres), des réorganisations et des normalisations successives ont eu lieu, outre une production intense à l'Arsenal, qui allait entraîner un nombre très élevé de bouches à feu dans les lignes de Torres (atteignant 628 bouches à feu, les armes des brigades volantes étant collectées en position) et des pourcentages anormalement élevés de bouches à feu d'artillerie dans les unités alliées elles-mêmes.
———
Avec la réorganisation de Beresford lors de la deuxième invasion française en 1809, les brigades volantes d'artillerie ont été organisées au Portugal avec des pièces légères et obèses. A Tomar, neuf (9) brigades d'artillerie ont été formées : quatre (4) brigades d'artillerie basées sur les forces du régiment d'artillerie n°1, quatre (4) autres basées sur le régiment d'artillerie n°2 et une (1) brigade d'artillerie basée sur le régiment d'artillerie n°4. Pour l'artillerie, l'une des grandes difficultés était de satisfaire le besoin en chevaux et en mulets, car elle avait besoin de nombreux animaux. Une brigade d'artillerie de calibre 6, dotée de six bouches à feu et d'autres organes, comprenait 107 mulets et 26 chevaux et les brigades de calibre 9 avaient besoin d'encore plus d'animaux. Dans la bataille du Buçaco ont participé 5 brigades d'artillerie portugaise, étant de toutes les batailles celle dans laquelle plus de brigades d'artillerie portugaise ont été impliquées, en plus des 6 brigades d'artillerie étrangères (4 artillerie anglaise et 2 artillerie allemande) dans un total de plus de 50 bouches de feu.
———
Pendant la guerre de la Péninsule, l'artillerie anglaise a utilisé le plus ancien modèle de pièce de calibre 6 (livres) adopté en 1790 (2). Les calibres 3 et 6 (livres) ont été conçus pour soutenir de petites formations d'infanterie en explorant la combinaison d'un faible poids avec une bonne maniabilité des matériaux. Mais pendant la guerre de la Péninsule, il a été reconnu plus tard que les formations d'infanterie plus nombreuses, exigeaient une plus grande préparation de l'Artillerie, face aussi à l'artillerie française étant plus lourde et donc le calibre 9 (livres) a commencé à être adopté, étant également considéré comme avantage dans l'organisation des unités de base de l'Artillerie, la combinaison d'un obus avec les pièces dans la même sous-unité, dans laquelle il pourrait effectuer des missions avec des grenades incendiaires, d'éclairage et de munitions communes.
2) En dehors de la péninsule, l'artillerie anglaise a utilisé un modèle plus récent de 1793 de la pièce de calibre 6, mais pendant la guerre de la Péninsule, elle a utilisé le modèle de 1790 mis en œuvre par le général Thomas Blomefield.
———
L'artillerie française utilisait en théorie environ 4 à 5 bouches à feu pour mille hommes, mais en pratique cette proportion était peut-être de l'ordre de 3 à 4 bouches à feu pour mille hommes. Mais pendant la guerre de la péninsule, le nombre de bouches à feu des Français était plus élevé que l'artillerie des Anglo-Portugais qui pratiquaient essentiellement le ratio de 1 à 2 bouches à feu pour mille hommes, mais concrètement, au Portugal, ce ratio était différent étant encore plus favorable aux forces anglo-portugaises. Dans la péninsule ibérique, les bouches à feu de 4 et 8 livres étaient les modèles les plus utilisés par les Français, étant donné qu'une compagnie d'artillerie était normalement constituée de 2 pièces de 4 livres (portée effective de l'ordre de 600 m) 2 pièces de 8 livres (portée effective de l'ordre de 800 m) et deux obus de 6 pouces5. Cet organique était basé sur le système Gribeauval du 18ème siècle, qui établissait qu'une compagnie d'artillerie de campagne était composée de 8 bouches à feu (pièces) et que les compagnies d'artillerie à cheval étaient composées de 6 bouches à feu (pièces), bien que cet organique ait connu quelques changements au début du 19e siècle.
———
La principale différence entre l'Artillerie française et anglaise n'est pas la qualité technique de leur artillerie ou la qualité de leurs matériels mais le concept d'emploi de l'Artillerie de Napoléon, qui maintient une posture plus offensive alors que pour les alliés la mission principale de l'Artillerie est de défendre les forces de manœuvre (Inf. et Cav.) Les alliés assignaient et positionnaient les unités d'artillerie selon les besoins des commandements subordonnés des Divisions ou selon le concept du commandant de la Division et utilisaient l'Artillerie de réserve ou de Corps pour faire face aux situations qui s'avéraient critiques pendant le combat. Au contraire, les Français ont préparé l'artillerie pour que son action soit décisive dès le début des batailles afin que son action contribue de manière décisive à la résolution de la bataille.
Les feux obliques (croisades) sont les plus efficaces et la tactique de l'artillerie française considère cette technique de feu comme décisive dans la phase initiale du combat.
Le tir oblique et de flanc était le plus efficace. "Les tirs croisés et les enfilades ont toujours été au premier plan dans l'esprit des artilleurs, et lors des guerres napoléoniennes, les Français sont devenus experts dans leur réalisation. ... Lorsque l'artillerie était utilisée pour soutenir une attaque, elle tentait une fois de plus de tirer sur le flanc de l'ennemi ... Plus l'artillerie s'approchait, mieux c'était ; et les Français devinrent très audacieux dans ce rôle".
———
Dans la tactique de l'Artillerie française, la priorité était donnée à la destruction de l'Infanterie ennemie et seulement en seconde priorité, il s'agissait d'attaquer l'Artillerie ennemie dans une attitude normalement de contre-batterie réactive, en attaquant les unités qui étaient actives au combat contre des objectifs importants. Les Français utilisaient un Bataillon d'Artillerie qui était un échelon avec 8 bouches de feu de 8,4 cm (calibre 4) étant employé avec l'Infanterie, agissant en première ligne en 1er échelon dans l'intervalle entre les bataillons. Une compagnie d'artillerie était normalement le grade attribué à une brigade d'infanterie (qui comptait normalement 4 bataillons) et donc, dans certains cas où l'unité était divisée, chaque bataillon pouvait compter sur le soutien de deux bouches à feu.
———
L'artillerie anglaise était également organisée en classes d'artillerie à six bouches, pour agir avec l'infanterie, en utilisant des pièces de 3 ou 6 livres. Pendant la guerre de la Péninsule, l'Angleterre utilisait principalement des pièces de calibre 3, 6, 9 et 12 et utilisait des obus de 5 1/ 2 pouces qui faisaient des tirs verticaux, étant utilisés pour attaquer des bâtiments et faire des tirs d'éclairage. Chaque division se voyait généralement attribuer une brigade d'artillerie qui était utilisée comme formation complète, positionnée sur les flancs pour effectuer des tirs croisés devant les troupes d'infanterie qu'elle soutenait. Une brigade d'artillerie pouvait être positionnée devant et sur les flancs de chaque brigade d'infanterie, il était donc parfois nécessaire de diviser la brigade d'artillerie en deux parties, pour effectuer des tirs croisés. Une partie peut être constituée d'une seule section (chaque section ayant deux bouches à feu) et l'autre rang de quatre bouches à feu.
À Buçaco, à cause du terrain, les bouches à feu étaient dispersées tout le long du front anglais. Une brigade d'artillerie de calibre 6, si elle est positionnée avec toutes les pièces ensemble, occuperait un front de l'ordre de 50 à 90 mètres et comprendrait les organes suivants :
6 Bouches à feu
8 wagons de munitions
3 wagons de train
2 voitures d’entretien
145 hommes d’artillerie
100 conducteurs
204 chevaux
(croquis dans le livre)
———
Page 300 :
Selon la doctrine anglaise pour l'utilisation de l'artillerie, pour les plus grandes portées (au-delà de 650 mètres) étaient utilisées les grenades sphériques sur l'infanterie et la cavalerie. Les munitions "Shrapnel "9 pouvaient déjà atteindre 900 à 1000 m et étaient très efficaces sur des objectifs dispersés tels que les formations d'infanterie, les garnisons d'artillerie et les postes de commandement.
Pour les portées intermédiaires entre 350 m et 650 mètres, la "round-shot" ou "cannonballs" tirés par les pièces de 6 livres, qui pouvait atteindre 600 mètres et lorsqu'il était tiré par les pièces de 9 livres a atteint les 800 mètres.
Pour des distances plus courtes, jusqu'à 350 mètres, la grenade a été utilisée de cartouche, constituée de balles de mousquet. Les pièces de 6 et 9 livres pouvait utiliser la lanterne jusqu'à 400 m tandis que les pièces françaises de 12 livres étaient déjà à plus de 600 mètres avec ces munitions.
———
« Ce ne sont pas les événements qui troublent le cœur des hommes, mais les jugements qu'ils portent sur les événements. »
Épictète (Stoïcien)
Site
Forum
MELCHIOR Thierry
 
Messages: 357
Inscrit le: 23 Déc 2008, 20:34
Localisation: Amance (10)

Retourner vers Histoire Militaire

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron