Russie. La " surprise d' Inkowo ", le 8 août 1812

Tous les sujets relatifs aux guerres de la Révolution et de l'Empire (1792-1815) ont leur place ici. Le but est qu'il en soit débattu de manière sérieuse, voire studieuse. Les questions amenant des développements importants ou nouveaux pourront voir ces derniers se transformer en articles "permanents" sur le site.

Modérateurs: FONTANEL Patrick, MANÉ John-Alexandre

Russie. La " surprise d' Inkowo ", le 8 août 1812

Messagepar MANÉ Diégo sur 31 Aoû 2020, 11:49

J'ai d'abord publié la première partie du texte ci-dessous dans le post relatif au 6e Chevau-légers lanciers en 1812, ici :

posting.php?mode=edit&f=1&p=14064

Avant de m'aviser que le sujet particulier Inkowo méritait son post à lui. Dont'acte !
------------

La surprise d' Inkowo, le 8 août 1812

Souvent présenté ainsi (une surprise), le combat d'Inkowo est aussi une curiosité, une de ces actions "originales" de bout en bout, dont on se demande encore comment cela a pu arriver en ces termes.

La Division Sébastiani, dont le chef est malade, dépend du 2e corps de cavalerie dont le chef, Montbrun, est également malade. Ah que voilà un mauvais début ! Et ce n'est pas fini. Leur chef à tous deux est le maréchal Murat, roi de Naples et commandant de toute la cavalerie, qui vient de s'absenter pour rencontrer Napoléon à Vitebsk. Malgré sa "position dominante" Murat ne dispose pas formellement du 3e corps de cavalerie de Grouchy... Ni clairement, à l'analyse postérieure, des cavaleries des Ier corps de Davout et IIIe corps de Ney auxquelles il donne pourtant des ordres alors que leurs généraux continuent d'adresser des rapports à leurs maréchaux respectifs.

Il s'ensuit que le maréchal Ney, désireux de passer sa cavalerie en revue, la retire sans préavis de la première ligne où elle flanquait la Division Sébastiani qui formait l'avant-garde de l'armée... Cette dernière avait toutefois perdu absolument tout contact avec l'armée russe que l'on croyait en retraite pendant que l'Empereur attendait en vain à Vitebsk une réponse à ses proposritions de paix, faute qu'il renouvellera à Smolensk, puis encore, une fois de trop, à Moscou. Nous tenons déjà une triple faute, dont les Russes ne profiteront que par le hasard, qui fait parfois bien les choses, là pour eux ! Ils avaient en effet décidé de prendre l'offensive sur Vitebsk, et donc d'attaquer d'abord Sébastiani qui se trouvait en pointe à leur portée.

La concentration soudaine de troupes russes sur son front le 7, là où il n'y avait rien depuis des jours entiers, attire l'attention de Sébastiani et l'inquiète assez pour qu'il tienne sa division à cheval toute la nuit du 7 au 8 août, épuisant sa troupe pour rien puisque rien ne se passe avant qu'il ne l'autorise à desseller. Alors, et seulement alors, les Cosaques de Platov surgiront et surprendront Sébastiani qui, encore surpris à Winkowo (à un "W" près c'était la même !) le 18 octobre prochain, gagnera le sobriquet de "général surprise" que lui décernera sa belle mère qui disait : "à la guerre mon gendre vole de surprise en surprise".

Bref, cela partit mal pour les brigades Burthe et Saint-Genies qui étaient en première ligne et furent donc "surprises" par deux régiments cosaques. Arrine alors Montbrun, parvenu à enfiler ses bottes malgré la goutte. Il rallie et lance en avant ses 2.000 cavaliers, voulant savoir ce qu'il y a derrière ce "rideau" de Cosaques qu'il pousse devant lui. Ces derniers démasquent une batterie de 12 pièces du Don, mais les Français disposent d'un peu d'infanterie, trois compagnies du 24e léger dont celle de voltigeurs est sur le point d'enlever les canons. Platov lance alors trois régiments dans le flanc des cavaliers français, les faisant lâcher prise en désordre, tandis qu'arrivent aussi Kalmoucks et Bashkirs qui se chargent de les poursuivre en déroute deux lieues durant. Les voltigeurs sont pris.

La brigade Subervie qui arrive stoppe un temps la poursuite russe. Un temps seulement car 2.000 hussards russes, appuyés par six pièces à cheval, viennent sous Pahlen renforcer Platov. Débordés sur leurs flancs par les Cosaques, les Français reculent sous les boulets devant les hussards, perdant bien du monde dans le processus. Il faudra, pour sauver la situation, la désobéissance aux ordres de Ney par la brigade Beurmann qu'il avait rappelée. Au bruit du canon le général fit demi-tour et put former un élément de recueil aux trois brigades de Sébastiani, tandis que les six pièces wurtembergeoises dont il disposait démontèrent deux pièces russes et forcèrent les autres à se replier. Cela suffit à stopper l'offensive jusque-là victorieuse des Russes.

Pourquoi donc ? C'est une bonne question dont la réponse est assez savoureuse pour figurer ici...

Où je vous la donnerai la prochaine fois !

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3299
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: Russie. La " surprise d'Inkowo ", le 8 août 1812

Messagepar MANÉ Diégo sur 31 Aoû 2020, 12:21

Il est en effet également intéressant de rapporter une circonstance passée souvent sous silence mais qui explique le comportement, apparemment "erratique", de l'état-major russe.

Depuis le début de la campagne Napoléon cherche la bataille qu'il n'obtient pas, les Russes retraitant sans fin. L'arrêt prolongé à Vitebsk n'est qu'une des manifestations de sa déception de ne pas recevoir de réponse à ses propositions de paix. Prenant cela pour un aveu de faiblesse les "vrais Russes" exercent sur Barclay de Tolly une pression telle qu'il s'est résigné à contre-coeur à prendre l'offensive sur Vitebsk et, "voyons large", Varsovie ! Rien ne pouvait mieux servir les intérêts de l'Empereur, et nous savons que l'entreprise eut été un désastre pour l'armée russe.

Mais la chose est tellement inattendue qu'elle surprend les Français, en plus au mauvais endroit et mauvais moment pour eux, puisque la Division Sébastiani est offerte aux Russes "sur un plateau" (oui, un plateau aussi, celui d'Inkowo) en guise de bonne entrée en matière... Mais les indéniables succès initiaux du combat d'Inkowo ne sont ni soutenus, alors que c'était prévu, ni suivis d'effet. Pourquoi donc ?

Et la petite histoire vient se mêler à la grande de façon inattendue. Les Russes apprennent que le secret de leur offensive est connu des Français, qui donc, pensent-ils, leur tendent probablement un piège. L'offensive sur Vitebsk est annulée et la retraite sur Smolensk décidée. La suspiction se met de la partie. Comment les Français ont-ils appris le plan des Russes ? Qui les a informés ? Qui est la "taupe", l'ignoble traître ?

Il s'avérera que "l'indic", bien réel, mais toutefois involontaire, était un prince russe de l'état-major dont la famille vivait à Vitebsk. Voyant la ville désignée comme cible de l'offensive et craignant pour la vie des siens, il leur écrivit une lettre les informant d'avoir à quitter le palais familial sans délai. Mais ledit palais, assurément l'un des plus beaux de la ville, avait alors, pour cette raison, un résident occasionnel de marque et qui aimait bien les palais, le roi de Naples, auquel le message parvint...

Aussitôt informé Napoléon retarda sa "Manoeuvre de Smolensk", le temps de voir que la menace sur Vitebsk était sans fondement... Mais le temps perdu qui, encore plus à la guerre que dans d'autres circonstances, ne se rattrape jamais, le fera arriver devant Smolensk un jour trop tard pour s'emparer de la ville sans coup férir, entraînant la perte de 15.000 bons soldats supplémentaires.

Petite cause, grands effets, donc !
Je l'aime beaucoup et la cite souvent, mais là elle me paraît de rigueur :

"Sic transit Gloria Mundi" !

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3299
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)


Retourner vers Histoire Militaire

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités