Colonne par Bataillon - D' Erlon, le 1er Corps à Waterloo

Tous les sujets relatifs aux guerres de la Révolution et de l'Empire (1792-1815) ont leur place ici. Le but est qu'il en soit débattu de manière sérieuse, voire studieuse. Les questions amenant des développements importants ou nouveaux pourront voir ces derniers se transformer en articles "permanents" sur le site.

Modérateurs: FONTANEL Patrick, MANÉ John-Alexandre

Colonne par Bataillon - D' Erlon, le 1er Corps à Waterloo

Messagepar CHAZOTTES Eric sur 23 Juil 2020, 20:26

Bonjour a tous,

Je souhaite remercier tout d' abord Mr Mané pour son accompagnement et son aide pour m' inscrire sur ce forum !

Ayant lu il y a peu les nouveaux éléments sur l' attaque du 1er Corps (Operations of the Armee du Nord: 1815» -par Mr. Beckett) et les commentaires de Mr. Mané,

viewtopic.php?f=1&t=1394&start=15#p13628

je souhaitais échanger sur le thème : colonne par bataillon - colonne par bataillons.

"il (Napoléon) ordonna au Comte d’Erlon de faire ses dispositions pour attaquer l’ennemi par la gauche (2), de former à cet effet chacune de ses divisions en Colonne par Bataillon (3) et de les faire marcher en échelon, en dirigeant celui de droite de manière à attaquer la gauche de l’ennemi ..."

la note n° 3 (de Diégo Mané)> "3) Voici reconnue sans aucune espèce d’ambiguïté la paternité impériale de la formation vicieuse qui conduisit au désastre de l’attaque du Corps d’Erlon. Il manque ici pour river le clou auprès des néophytes le terme «déployé» après celui de bataillon, mais il se trouve confirmé par bien d’autres témoignages, et d’ailleurs, pour ceux qui sont coutumiers de la terminologie militaire de l’époque, la «colonne par bataillon» ne peut que succéder à la «colonne par division» qui suit elle-même la «colonne par compagnie», etc..., cette dernière étant formée sur trois rangs d’hommes de «profondeur». Le terme qui suit celui de «par» détermine le front de la formation ainsi désignée donc ici un bataillon déployé en ligne."

A - Comme point de départ sur cette colonne spécifique, on peut citer la définition de Bardin (page 1391) :

COLONNE PAR BATAILLONS (F).

Sorte de COLONNE ÉPAGOGIQUE qui avait, pour SUBDIVISIONS, des BATAILLONS espacés de trente à quarante pas. Le prince EUGÈNE passe pour avoir inventé, à la fin du dix-septième siècle, cette ORDONNANCE. LEBLOND (1758, B) et TRAVERSE (1758,D) en parlent comme d'une COLONNE usitée de leur temps. Depuis la GUERRE DE SEPT ANS, Les REGLEMENTS D'EXERCICE y avaient substitué la COLONNE PAR DEMI-BATAILLON ; mais les règlements les plus modernes n'admettent ni l'une ni l'autre de ces COLONNES.
— Cependant I'INFANTERIE FRANÇAISE combattait, à JEMAPPES, en Colonne par bataillon.
—BONAPARTE a fait emploi des Colonnes par bataillon ; la bataille d'AUSTERLITZ (Journal des Sciences militaires, t. XXII, p. 205) en donne plus d'un exemple.
— Il est croyable que quand il sera créé une ÉCOLE DE BRIGADE et DE DIVISION, on adoptera ce moyen d'ÉVOLUTION, la GUERRE DE LA RÉVOLUTION et la manière de former les RÉSERVES en ont prouvé l'utilité en TACTIQUE.
— Au camp de Kalish, en 1836, la formation primitive d'une DIVISION RUSSE de seize BATAILLONS s'ordonnait à raison d'un front de quatre BATAILLONS, chaque RÉGIMENT étant en Colonne par BATAILLON. Les premier et second bataillons formaient PREMIÈRE LIGNE, les troisième et quatrième BATAILLONS, à vingt pas de distance des autres, formaient SECONDE LIGNE.

> un schéma abstrait de cet exemple :
R4-1 - R3-1 - R2-1 - R1-1
R4-2 - R3-2 - R2-2 - R1-2
-
20 pas de distance
-
R4-3 R3-3 R2-3 R1-3
R4-4 R3-4 R2-4 R1-4


B- Pour suivre, il semble utile de donner un "cadre" pour situer les grandes catégories de colonnes de troupes

1- COLONNE SKEUOPHORIQUE
2- COLONNE STRATEUMATIQUE
3- COLONNE TACTIQUE

C- Ensuite, on peut détailler la sous catégorie de la colonne tactique

3-1 : Colonne Compacte
3-2 : Colonne Epagogique

D - On poursuit avec les sous-sous catégories de colonnes Epagogique

3-2-1 : colonne Directe
3-2-2 : colonne Renversée
3-2-3 : colonne D' attaque
3-2-4 : colonne Sub-Divisionnaire

-------3-2-4-1 : colonne par Section
-------3-2-4-2 : colonne par Peloton
-------3-2-4-3 : colonne par Division
-------3-2-4-4 : colonne par Demi-Bataillon (?)

3-2-5 : - Colonne d' attaque formée sur le centre
3-2-6 : - Colonne de Retraite formée sur le centre

3-2-7 : colonne d' aile
3-2-8 : colonne de Route

3-2-9 : Colonne Ouverte
3-2-10 : Colonne Demi-Ouverte
3-2-11 : colonne Serrée

3-2-12 : colonne Double
3-2-13 : colonne Mésoplésionaire
3-2-14 : colonne par Bataillon (?)
3-2-15 : colonne par Régiment (?)
3-2-12 : colonne d' attaque par Bataillons


Pour revenir a la colonne par bataillon, avez vous un lien vers un ouvrage qui en donne une definition, precise, technique, sans zone d' ombres et éventuellement des planches / diagrammes, etc. On beau essayer d' étudier ce sujet des colonnes depuis quelques lunes, on finit souvent par se dire que l' on n' a rien compris ou pas grand chose. j' ai toujours pensé, que la colonne par bataillon avait les *sub-divisions de colonne* selon un alignement de profondeur, et formées en colonne par peloton ou par division, avec une distance de 30-40 pas entre ces subdivisions. Et que ce type de colonne s' appliquait a un grand corps de troupes (regiment, brigade, division).

Le dispositif adopté par D' Erlon pour ses Divisions ("de former à cet effet chacune de ses divisions en Colonne par Bataillon") est il réellement une colonne par bataillon ?

Instructions de Schérer pour l' armée d' Italie :

"Je supposerai qu'une division composée de 4 demi-brigades de ligne et une légère soit chargée d'attaquer de front une partie de la ligne ennemie; voici l'ordre d'attaque que je lui prescrirais: les 3 bataillons d'infanterie légère se porteraient en avant, formés sur deux rangs, les files éloignées l'une de l'autre à deux ou trois pas de distance [1,3 ou 1,9 m], de manière à ce que ces trois bataillons couvrent le front des 12 bataillons de la division et masquent ses mouvements. Au moment de l'attaque, les 12 bataillons se ploieraient en colonne par bataillon, [...] la colonne étant composée de 4 divisions [ainsi chaque division d'un front de 2 pelotons] [...] à 3 pas [1,9 m] de distance. [...]"

Il semble que le dispositif final soit différent d' une colonne par bataillon. On a peut être un corps d' armée déployé sur une seule LIGNE de Bataille, chaque Division d' infanterie correspondant a une colonne par peloton, et chaque *subdivision de colonne* (un bataillon en bataille sur 3 rangs) ou *Fraction Tactique*, equivalent a un peloton.

ci apres une exemple de colonne par bataillon (Meunier)

Image

Par ailleurs, le lien vers lr livrre de Carl Von Decker sur les Manoeuvres du camp de Kalish en 1835

[url]https://books.google.fr/books?id=rAGRBswsJkcC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q=colonne%20par%20regiment%20&f=false
[/url]

voir page 51-52 pour colonne par regiment et page 66 pour colonne par bataillon. colonne par regiment semble obéir au principe de l' alignement de front et
la colonne par bataillon semble obéir a l' alignement de profondeur.

la description de la colonne par bataillon, page 66 : (R1-4 = regiments et a-d = battalions) (idem que dans Bardin)

R4a - R3a - R2a - R1a (1ere LIGNE de bataille )
R4b - R3b - R2b - R1b (1ere LIGNE de bataille )
-
distance de 20 pas
-
R4c - R3c - R2c - R1c (Seconde LIGNE de bataille)
R4d - R3d - R2d - R1d (Seconde LIGNE de bataille)


Cordialement, Eric
CHAZOTTES Eric
 
Messages: 26
Inscrit le: 18 Juil 2020, 06:16
Localisation: Toulouse (31)

Re: Colonne par Bataillon - D' Erlon, le 1er Corps à Waterloo

Messagepar CHAZOTTES Eric sur 23 Juil 2020, 20:48

pour essayer de comprendre plus avant cette colonne et son utilisation, voici un cadre possible ..

N° 1 CRÉATION.
N° 2 DENOMINATION.
N° 3 FONCTIONS.
N° 4 TACTIQUE.
CHAZOTTES Eric
 
Messages: 26
Inscrit le: 18 Juil 2020, 06:16
Localisation: Toulouse (31)

Re: Colonne par Bataillon - D' Erlon, le 1er Corps à Waterloo

Messagepar MANÉ Diégo sur 24 Juil 2020, 11:14

Bienvenue à Éric,

Pour ma part, n'ayant pas fait Grec cinquième langue, je viens déjà d'apprendre trois nouveaux mots :

EPAGOGIQUE, SKEUOPHORIQUE, STRATEUMATIQUE, c'est dire le niveau relevé de cet échange !

J'engage toutefois Éric à préciser, si c’est utile à son propos, la signification de ces termes que dans le principe beaucoup ne comprendront pas plus que moi.

Plus simplement j'avais déjà brièvement répondu à une question générique d'Éric :

QEC : "Est-ce que la colonne par compagnie est la même chose que la colonne par peloton ? ou bien est-ce un autre type de colonne ?"

RDM : Oui, il s'agit de la même chose. La compagnie est le terme "administratif", mais le matin d'une bataille on avait soin d'"égaliser" les pelotons pour faciliter les manoeuvres.

"PELOTON. Subdivision d'un bataillon sur le champ de bataille ou en marche. On égalise autant que possible la force des pelotons, ce qui a rarement lieu dans la subdivision par compagnies." (Dictionnaire des armées de terre et de mer, Paris, 1881.

"... ; on égalisera les pelotons dans chaque bataillon, en reversant à cet effet, s'il y a lieu, les hommes d'une compagnie dans l'autre." (Règlement de 1791..., Paris, 1814).

------------

Et répond à une à ma portée de son message ci-dessus :

QEC : Le dispositif adopté par D' Erlon pour ses Divisions ("de former à cet effet chacune de ses divisions en Colonne par Bataillon") est il réellement une colonne par bataillon ?

RDM : Absolument. Chaque division, du moins les deux du centre, dans l'ordre 3e et 2e, formèrent bien tous leurs bataillons en ligne les uns derrière les autres. C'est ce qu'ordonna Napoléon venu sur place, et qu'exécuta d'Erlon sans rechigner (on ne discute pas un ordre de l’Empereur). La 1ère Division ne forma de la sorte qu'une de ses deux brigades, l'autre se portant sur la Haie-Sainte, et la 4e Division ne forma que trois régiments, le quatrième (le 85e) restant de sa propre initiative à flanquer l'extrémité de la Grande batterie.

Ce qui n'est pas clair c'est si l'espace entre chaque bataillon, presque "bite-à-cul" comme on dit à l'armée encore aujourd'hui, relevait aussi de la volonté impériale où fut un "détail d'exécution" laissé à l'appréciation de d'Erlon. Quoi qu'il en soit quelqu'un (peut-être le même) fit là aussi le mauvais choix.

-----------

COLONNE. ... Disposition de troupes dont l'étendue est beaucoup plus considérable en profondeur qu'en largeur" dit le "Dictionnaire des armées de terre et de mer" de 1881...

Qui ne répond pas au cas des colonnes de d'Erlon à Waterloo, plus larges que profondes.

Démonstration : Division Marcognet, 3.900 hommes en 8 bataillons, - 650 voltigeurs déployés ou supposés tels (mais cela ne change pas la démonstration, bien au contraire) restent 3.250 h en O.S.

Donc disons 400 par bataillon, soit environ 130 par rang, occupant donc, à raison de 50 cm x h (Thiébault), environ 65 mètres de front.

Or les donc 24 rangs de ces huit bataillons occupaient une profondeur de seulement 35 mètres !
1 pas par homme = 3 pas par bataillon x 8 bataillons = 24 pas + 4 pas d'intervalle entre chaque bataillon* x 7 intervalles = 28 pas. Total 52 pas, soit environ 35 mètres. CQFDM !

* La troisième (division), celle de Marcognet, dont faisait partie notre régiment, devait marcher comme les autres par bataillons déployés, se suivant à quatre pas de distance seulement : disposition étrange qui allait nous coûter cher, ..." (Lt Martin du 45e de ligne).

------------

On le voit bien, la formation du corps d’Erlon à Waterloo, est une "disposition étrange" qui ne figure dans aucun règlement de manoeuvre, non plus que quelques autres aussi «monstrueuses» essayées au cours de la période, et que vous pouvez trouver sommairement décrites ici (pages 10+) :

http://www.planete-napoleon.com/docs/ORGDIV2.pdf

Vous y trouverez aussi déclinées en figurines 15 mm au 1/1 les formations usuelles des bataillons de l'époque. Les cinq compagnies du bataillon de ligne déployé vous donnent une idée assez précise de ce que donna à Waterloo une division de 8 bataillons accolés les uns derrière les autres... Et des dégâts terribles que provoquait un seul boulet traversant les 24 rangs d'hommes, en couchant de 24 à 48, voire plus si "affinités" (angle de pénetration "favorable", écharpe, etc...).

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3303
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: Colonne par Bataillon - D' Erlon, le 1er Corps à Waterloo

Messagepar CHAZOTTES Eric sur 24 Juil 2020, 20:13

Bonjour Diego,

Merci pour le message de bienvenue et l' aide apportée. "c'est dire le niveau relevé de cet échange !" > pas trop en fait, tous ces termes grecs, on finit par être habitué, familier avec eux. rien de bien terrible. Ci après les définitions, si cela peut aider et intéresser les lecteurs. Je me borne a indiquer les termes utilisés par Bardin. Le mieux est peut être de ne considérer que les colonnes tactiques, les autres étant notées pour le contexte global des branches et sous branches.


EPAGOGIQUE - EPAGOGUE > voir Bardin, page 2126

[b]ÉPAGOGIQUE, subs. fém. (F), ou ÉPAGOGE.
[/b]

Ce mot tout grec, épagoge, induction, dont on a formé l'adjectif ÉPAGOGIQUE, provient de épagô, ajouter, réunir, introduire , transporter, conduire sur ou vers un point. Il rappelle une des ÉVOLUTIONS de I'INFANTERIE de la MILICE GRECQUE. — On donnait, disent GUISCHARDT (1758 H) et HAUBERT (1762 F) en termes identiques, le nom d' Epagogue à la phalange, soit qu'elle partît tout entière et qu'elle s'avançât en front de bandière, soit qu'elle marchât par sections plus ou moins grandes. Alors la section qui était à l'une ou à l'autre aile marchait en avant; les autres , après avoir fait à droite ou à gauche défilaient successivement vers la place que la première venait de quitter, se remettaient et suivaient en queue, ce qui formait la colonne. Il y a ici une confusion d'idées, puisque ces AUTEURS exprimaient sous une même appellation une marche en bataille , ou une MARCHE en COLONNE; nous ne regarderons l' epagogue que comme une MARCHE en COLONNE un moyen de transport, une forme pour le voyage. — Quand on rompait, dit M. le colonel CARRION , par le front d'une Dilochie , d'une Tétrarchie, d'une Taxiarchie, d'une syntagme , cette manoeuvre s'appelait Epagogue ; mais la définition n'est pas claire; car rompre, c'est opérer une dislocation d'une ligne par CONVERSIONS simultanées, ce qui etait impossible a une DILOCHIE. — Nous supposons , sans l'affirmer, que TORDRE EN ÉPAGOGUE était une COLONNE formée par PLOIEMENT, ou par rompement au moyen de CONVERSIONS ; à cet effet, la PHALANGE se partageait en SUBDIVISIONS ayant le PREMIER RANG en avant; elle se ROMPAIT par TÉTRARCHIE, XÉNAGIE, etc., suivant que le chef de la troupe voulait donner à sa COLONNE un front plus ou moins étendu. —
Cette ORDONNANCE était une des MANOEUVRES pratiquées par opposition à la CLISE OU à la PARAGOGUE.
— Probablement l'Epagogue changeait d'AspECT par CONVERSIONS. — On peut croire que nos COLONNES D'INFANTERIE et les CHARGES en COLONNE sont une imitation des COLONNES ÉPAGOGIQUES des GRECS, quand ils se portaient au COMBAT CORPS A CORPS, sur un front d'une certaine largeur. — Nos CONTRE-MARCHES TACTIQUES ne se font qu'en Epagogue. ARRIEN M. le colonel CARRION(1824 A), GUISCHARDT (1758, H), M. LISKENNE ( t. I, p. 512, gravure), MAIZEROY (1771 A), MAUBERT (1762, F), MONTÉCUCULI (1704, D), ROBINSON , traitent de l'Epagogue; mais la définition en est restée obscure.

---

ÉPAGOGIQUE.

v. ABDUCTION ÉPAGOGIQUE
V. COLONNE ÉPAGOGIQUE
V. CONTRE-MARCHE ÉPAGOGIQUE
V. CIRCULATION ÉPAGOGIQUE
V. CONVERSION ÉPAGOGIQUE
V. DIVISION ÉPAGOGIQUE
V. ÉPAGOGUE
V. MARCHE ÉPAGOGIQUE
Dernière édition par CHAZOTTES Eric le 24 Juil 2020, 21:02, édité 1 fois au total.
CHAZOTTES Eric
 
Messages: 26
Inscrit le: 18 Juil 2020, 06:16
Localisation: Toulouse (31)

Re: Colonne par Bataillon - D' Erlon, le 1er Corps à Waterloo

Messagepar CHAZOTTES Eric sur 24 Juil 2020, 20:43

Voir Bardin page 4889

SKEUOPHORE subs. masc. (F).

Mot tout GREC, skeuophoros, qui signifiait VALET D'ARMÉE, OU VALET de SOLDAT, ou porteur de bagage, de vases, d'écuelles, de HAVRE-SACS, d'ustenciles militaires. Ce mot a servi à combler une des lacunes fâcheuses de la LANGUE FRANÇAISE et du CODE MILITAIRE, en produisant les mots SKEUOPHORIE, signifiant TRANSPORT D'EFFETS, conformément aux règles de l'ADMINISTRATION MILITAIRE , et l'adjectif SKEUOPHORIQUE, exprimant ce qui a rapport a ce genre d'OPÉRATION ADMINISTRATIVE. ——Les simples OPLITES des MILICES GRECQUES avaient à leur suite, à titre de DOMESTIQUES, Un ou même plusieurs Skeuophores. Dans les MILICES ROMAINES, ces VALETS s'appelaient vasifer, ou sarcinator, et obéissaient au VAGUEMESTRE , qu'on nommait Les BASTAGAIRE. Les ITALIENS ont appelé, dans le même sens, bagaglione, ou hommes de BAGAGES, ceux que les TROUPES FRANÇAISES, jusqu'à Louis QUATORZE, ont appelés GOUJATS.

SKEUPHORIE, subs. fém. (B, 1).

Partie ou fonction analogue à celle des SKEUOPHORES de l'antiquité. C'est une des
BRANCHES de l'ADMINISTRATION MILITAIRE, une des subdivisions importantes du CODE de L' ARMEE. c'est l'application des systèmes légaux et des moyens réguliers qui réunissent, déplacent, rendent à destination tout le MATÉRIEL portatif des TROUPES, soit à l'aide de CHEVAUX et de COLLIERS, soit par la voie de terre ou des cours d' eau. Ainsi la Skeuophorie est le rameau auquel se rattachent BAGAGES, CONVOIS, ÉQUIPAGES, TRANSPORT.

SKEUOPHORIQUE, adj.

v. BALLE S.
V. BILLET S.
V. CHARGE S.
V. CHEMINEMENT S.
V. COLLIER S.
V. COLONNE S.
V. CONVOI S.
CHAZOTTES Eric
 
Messages: 26
Inscrit le: 18 Juil 2020, 06:16
Localisation: Toulouse (31)

Re: Colonne par Bataillon - D' Erlon, le 1er Corps à Waterloo

Messagepar CHAZOTTES Eric sur 24 Juil 2020, 20:58

COLONNE STRATEUMATIQUE (colonnes)

Sorte de COLONNES DE TROUPES ainsi désignées par opposition aux COLONNES SKEUOPHORIQUES et aux COLONNES TACTIQUES. — Les Colonnes strateumatiques
agissent soit comme destinées isolément et spécialement à une EXPÉDITION MILITAIRE quelconque, soit comme faisant partie d'une ARMÉE AGISSANTE soit comme AVANT-GARDE, OU ARRIÈRE-GARDE, etc; elleS Sont OU COLONNES DIRECTES OU COLONNES RENVERSEES, suivant qu'elles se portent à l' ENNEMI OU qu'elles l'évitent. — M. le général ROGNIAT (1816, B), dans un passage dont le fond est sensé, mais dont la forme manque de clarté, a avancé une opinion que BONAPARTE(Mém, de Sainte-Hélène) a prétendu erronée sans en déduire les preuves : La longueur d'une Colonne est fixée par le temps quelle peut se promettre pour se déployer en bataille, avant d'être attaquée, dès qu'elle a des nouvelles de la marche de l'ennemi, par son avant-garde; cette longueur ne peut s'étendre au delà de deux à trois lieues, ce qui comprendra environ trente mille hommes avec l'artillerie et les bagages sur une grande route. — On voit qu'ici le mot Colonne est pris pour le mot ARMÉE, ce qui prouve combien est vague l'expression. — Ici la Colonne va être distinguée en COLONNE COMBINÉE et en COLONNE MOBILE.
CHAZOTTES Eric
 
Messages: 26
Inscrit le: 18 Juil 2020, 06:16
Localisation: Toulouse (31)

Re: Colonne par Bataillon - D' Erlon, le 1er Corps à Waterloo

Messagepar MELCHIOR Thierry sur 25 Juil 2020, 09:48

Bonjour Éric :)

Suite à ta demande sur le forum de S&B, j'ai récemment relu quelques documents historiques (papier et numérique) antérieurs au règlement de Bardin mais je n'ai trouvé aucun de ces termes ?
J'ai juste trouvé le mot « stratagêmatique » dans l'« Essai sur l'usage de l'artillerie, par un officier du corps » (E.J.A. Du Puget, 1771), page 77.
Mot repris par Mesnil-Durand dans « Observations sur le canon, par rapport à l'infanterie en général et à la colonne en particulier, suivies de quelques extraits de l'"Essai sur l'usage de l'artillerie" [de Dupuget], avec les réponses » (1772) qui répondait à Dupuget et à un jeune artilleur !

As-tu trouvé ces termes ailleurs que dans le Bardin ? Et, surtout, chez des auteurs antérieurs à Bardin (en excluant les Grecs, évidemment) ?

J'ai l'impression que le pédant Bardin s'est fait mousser en employant ces termes grecs ! Non ? :|

Amicalement,
Thierry
« Ce ne sont pas les événements qui troublent le cœur des hommes, mais les jugements qu'ils portent sur les événements. »
Épictète (Stoïcien)
Site
Forum
MELCHIOR Thierry
 
Messages: 357
Inscrit le: 23 Déc 2008, 20:34
Localisation: Amance (10)

Re: Colonne par Bataillon - D' Erlon, le 1er Corps à Waterloo

Messagepar CHAZOTTES Eric sur 25 Juil 2020, 17:24

Bonjour Thierry,

Merci beaucoup pour avoir pris le temps de chercher sur ces termes / éléments. Je ne pense pas que Bardin ait cherché a se faire mousser.

pas plus tard que hier soir j' ai recupéré l' atlas de Liskenne (référence donnée par Bardin) et qui détaille ces termes venant de l' antiquité, des Grecs.
a mon sens c'est juste un pan de l' histoire militaire tactique qui est pass a la trappe car ce n' est plus d' "actualité". Cela ne signifie pas que cela etait les cas
pour les militaires de la période 1700s - 1815, en terme de patrimoine et de "traditions".

J' ai indiqué dans ce fil de discussion la totalité des colonnes de troupes, avec des termes anciens, pour donner le contexte global, pas pour étaler la confiture
bien entendu. il me semble intéressant de pouvoir recadrer chaque colonne dans le schéma global.

Qui a a l' esprit la "colonne compacte" ? c 'est une des deux branches des colonnes tactique, est ce que les commentaires de Bardin concernant celle ci peuvent trouver un echo quand on analyse le dispositif de D ' Erlon pour ses 4 grands corps de troupes ? cela rejoint 'il les commentaires techniques de Rullieres ?

Ayant lu et relu récemment les divers articles concernant le 1er Corps, il est évident que beaucoup d' efforts ont été fournis sur les rapports, mémoires, eyewitness account etc., mais assez peu sur la partie technique proprement dite concernant les colonnes, les grandes manoeuvres, etc.

Bien que n' étant pas exactement un néophyte sur ces questions, je reste dans le doute sur plusieurs éléments concernant la colonne par bataillon et la colonne par regiment. ce qui est sur est que ces deux types de colonnes s' appliquent au grand corps de troupes, avec un schéma spécifique concernant le bataillon directeur directeur, sa position dans la colonne, en tete, en queue ou au milieu, savoir si c'est une colonne directe ou renversée, avec quels intervalles et avec quelles distances, quelles sont les subdivisions de colonne, quelles sont les fractions tactiques ...

Chaque élément de compréhension apporte son rayon de lumière ... chaque rayon de lumière apporte sa zone d' ombre projetée ... deux pas en avant, trois pas en arrière ... le fait "nouveau" (2019) > le journal du 1er Corps indique clairement et précisément : "colonne par bataillon" > est ce que le dispositif de D' Erlon constitue une "colonne par bataillon" ? qu' est ce qu 'une "colonne par bataillon" exactement et précisément, sa formation, son utilité, son emploi sur le champ de bataille, dans quel but, directe ? renversée ? position du bataillon directeur ? etc. je suis preneur !! et c 'est quelque part l' objet de ce thread.

a y regarder, on a quoi ? un corps d' armée, entièrement déployé (au sens de ligne de bataille) sur une seule LIGNE de Bataille, avec comme éléments des Divisions d' infanterie organisées chacune comme une colonne par Peloton, serrée en masse. Cela ressemble plus a "colonnes serrées par regiment" comme a Albuera. avec colonne qui signifie un grand corps de troupes et pas une colonne tactique. sauf que cela s' applique a une Division entière et que chaque sous élément est en bataille ! que peut on trouver dans les traditions militaires Françaises qui puisse se rapprocher de cela ? la colonne compacte ?

il y a aussi l' evolution de rompement par la queue (ordonnance de 1776 ?)

deux pas en avant, trois pas en arrière. plus on projette de la lumière, plus on génère d' ombres portées ! : )
CHAZOTTES Eric
 
Messages: 26
Inscrit le: 18 Juil 2020, 06:16
Localisation: Toulouse (31)

Re: Colonne par Bataillon - D' Erlon, le 1er Corps à Waterloo

Messagepar CHAZOTTES Eric sur 25 Juil 2020, 17:38

ayant bénéficié d' une initiation a la philologie au collège/lycée, je n' ai moi meme pas fait grec mais j' aurais du !

Blague a part, voici le lien vers l' atlas de LISKENNE / SAUVAN, qui permet de visualiser les notions militaires grecques, pour lesquelles j' ai retranscrit
les définitions hier soir. voir page 11 pour les Grecs.

"Bibliothèque historique et militaire : dédiée à l'armée et à la Garde nationale de France. Tome septième / publiée par MM. Ch. Liskenne et Sauvan"

[url]https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k22709w.r=CH.%20LÏSKENNE?rk=21459;2[/url]

Image
CHAZOTTES Eric
 
Messages: 26
Inscrit le: 18 Juil 2020, 06:16
Localisation: Toulouse (31)

Re: Colonne par Bataillon - D' Erlon, le 1er Corps à Waterloo

Messagepar CHAZOTTES Eric sur 25 Juil 2020, 20:46

"Ce qui n'est pas clair c'est si l'espace entre chaque bataillon, presque "bite-à-cul" comme on dit à l'armée encore aujourd'hui, relevait aussi de la volonté impériale où fut un "détail d'exécution" laissé à l'appréciation de d'Erlon. Quoi qu'il en soit quelqu'un (peut-être le même) fit là aussi le mauvais choix."

option 1 : formation serrée en masse ordonnée par NAPOLEON (mission a caractère général + détail d' exécution ?)
option 2 : formation serrée en masse ordonnée par NEY (detail d' exécution ajouté a la mission a caractère général comme fixée par N. ?)
option 3 : formation serrée en masse ordonnée par D' ERLON (détail d' exécution)

---

il ordonna au Comte d’Erlon de faire ses dispositions pour attaquer l’ennemi par la gauche (2), de former à cet effet chacune de ses divisions en Colonne par Bataillon (3) et de les faire marcher en échelon, en dirigeant celui de droite de manière à attaquer la gauche de l’ennemi vers Smohain, en ayant soin de masquer aussi longtemps qu’il serait possible le mouvement
(...)
Le Comte d’Erlon s’empressa d’exécuter les changements qu’apportaient ces nouvelles dispositions dans celles déjà prises ; il forma les colonnes sur le versant du mamelon à droite de la Bonne Alliance (8). La colonne de gauche formant le premier échelon était composée de la 1° Division, venaient ensuite la 3° Division, la 2° et la 4°

disposition pour une attaque d' infanterie, basée sur le choc
les Divisions sont a former en colonne par bataillon
Marche en échelon > quelle est l' intérêt de marcher en echelon ? rendre le feu de l' artillerie ennemie plus difficile ?
masquer le mouvement : comment masquer le mouvement de 4 divisions d' infanterie ? les tirailleurs déployés en avant ?
---
D’après cette disposition primitive pendant que tout le 1er Corps se portait sur la gauche de l’ennemi
(...)
Toutes les dispositions étaient faites (dispositif) et le mouvement allait commencer quand le Maréchal prince de la Moskowa vint dire au Comte d’Erlon que d’après de nouvelles dispositions(ordre de N ?), son attaque au lieu de s’exécuter sur la gauche de l’ennemi devait s’opérer sur son centre (6) ; que les divisions marcheraient dans l’ordre de colonne déjà indiqué, (colonne par bataillon) mais que l’échelon de gauche qui serait celui de direction se porterait sur la ferme de la Haye Sainte
---

j' ai tenté de mettre en relief les termes / éléments techniques que donne le journal du 1er corps.
cela donne l' idée d' une disposition initiale (primitive) modifiée par une nouvelle intention (nouvelles dispositions) avec un changement d' axe d' attaque (cible sur le centre) mais sans changement sur la formation tactique deja définie (dans l' ordre deja indiqué). Le choix initial de ladite formation, ou du dispositif initial n est donc pas remis en cause. comme indiqué dans l' autre message, la Division d' infanterie est organisée comme une colonne par peloton, donc aucune idée du principe endivisionnement appliqué a l' aggregation tactique de la Division. cela implique egalement que le dispositif n' est pas formé sur le centre.
---
l’attaque commencera pour s’emparer du village du Mont-Saint-Jean (...) le comte d’Erlon commencera l’attaque, en portant en avant sa division de gauche et la soutenant, suivant les circonstances, par les divisions du 1er. corps. (...)
Le Comte d'Erlon comprendra que c'est par la gauche que l'attaque commencera, au lieu de la droite.

deux images pour visualiser ceratains éléments >

Image

Image
CHAZOTTES Eric
 
Messages: 26
Inscrit le: 18 Juil 2020, 06:16
Localisation: Toulouse (31)

Re: Colonne par Bataillon - D' Erlon, le 1er Corps à Waterloo

Messagepar CHAZOTTES Eric sur 25 Juil 2020, 22:26

Une autre piste, peut être plus intéressante, est de regarder la partie grandes manœuvres, et plus spécifiquement ce qui concerne le dispositif en Echelon.
A l'égard de L'ATTAQUE EN ÉCHELON, on peut consulter le général LAROCHE - AYMON (1817, C), colonel OKOUNEF (1S31), - le Spectateur militaire (t XIII, p. 572).
au moins ce dispositif est relié aux usages militaires "récents" (Prusse) vis a vis de 1815 .. a quelque chose de connu et utilisé. a creuser peut etre
je n' ai pas souvenir d' avoir vu point étudié en detail dans les divers articles sur l' attaque du 1er corps. Et la on est sur que c 'était l' intention de Napoleon.

ECHELON (échelons) OBLIQUE (G, 6).

Sorte d'ÉCHELON considéré par opposition à I'ÉCHELON DIRECT; au lieu d'être perpendiculaire à la primitive BASE D'ALIGNEMENT, l'Echelon oblique dévie vers un des points extrêmes de la LIGNE; il en résulte CROISEMENT, c'est-à-dire disposition des arriére-Echelons ou ÉCHELONS SUBORDONNÉS SUR UN TERRAIN qui ne se rapporte pas au terrain que leur rentrée en ligne exigerait ; de là cette locution : DÉCROISER L'ÉCHELON ( Evolutions de ligne, N° 817). Celte manoeuvre, qui ne s'applique qu'aECHELON (échelons) OBLIQUE (G, 6).

Sorte d'ÉCHELON considéré par opposition à I'ÉCHELON DIRECT; au lieu d'être perpendiculaire à la primitive RASE D'ALIGNEMENT, l'Echelon oblique dévie vers un des points extrêmes de la LIGNE; il en résulte CROISEMENT, c'est-à-dire disposition des arriére-Echelons ou ÉCHELONS SUBORDONNÉS SUR UN TERRAIN qui ne se rapporte pas au terrain que leur rentrée en ligne exigerait ; de là cette locution : DÉCROISER L'ÉCHELON ( Evolutions de ligne, N° 817). Cette manoeuvre, qui ne s'applique qu'aux ÉCHELONS SUBORDONNÉS, et dont le but est de permettre, ultérieurement à l'Echelon de se porter perpendiculairement sur sa place de bataille, consiste à le rompre par peloton en arrière à gauche ou à droite, selon que les Echelons ont été formés par la droite ou par la gauche, à lui faire, regagner, par une marche en colonne sur le prolongement de ses guides, un intervalle de vingt- quatre pas de l'Echelon précédent, et dans cette position à le reformer en bataille. — Ces règles sont une amélioration des principes de l'ORDONNANCE DE 1791 (1er AOUT), et ont été tracées par I'ORDONNANCE DE 1831 (4 mars) 4 MARS), qu'on peut consulter sur la formation des Echelons obliques.

Bien cordialement, Eric
CHAZOTTES Eric
 
Messages: 26
Inscrit le: 18 Juil 2020, 06:16
Localisation: Toulouse (31)

Re: Colonne par Bataillon - D' Erlon, le 1er Corps à Waterloo

Messagepar MELCHIOR Thierry sur 29 Juil 2020, 13:11

J'ai posté un message dans mon forum à propos de « la colonne par régiment » en réponse à une question d'Éric. 8)
Je le mets ci-dessous pour Diégo et les personnes intéressées. :)

Colonne par régiment :
En lisant ce message d'une vieille discussion sur le forum de Napoleon Series, je me demande si « colonne par régiment » ne signifie pas tout simplement que les deux bataillons du régiment (en 1805) se suivent pour former deux lignes (dans le sens : lignes de bataille successives) : un bataillon dans chaque ligne ce qui donne peut-être plus de force morale à celui en tête (soutenu par son bataillon « frère »).
Ceci, qu'ils soient déployés en ligne ou formés en colonne, puisque de toute façon, sur le champ de bataille, les bataillons doivent conserver autour d'eux un espace leur permettant de changer de formation, espace qui forme un carré dont le côté est égal au front du bataillon déployé en ligne plus l'intervalle réglementaire.
La formation des unités n'a donc aucune espèce d'importance puisque chacune occupe son carré, ce qui compte dans la « colonne par régiment » est que les bataillons se suivent !
« Ce ne sont pas les événements qui troublent le cœur des hommes, mais les jugements qu'ils portent sur les événements. »
Épictète (Stoïcien)
Site
Forum
MELCHIOR Thierry
 
Messages: 357
Inscrit le: 23 Déc 2008, 20:34
Localisation: Amance (10)

Re: Colonne par Bataillon - D' Erlon, le 1er Corps à Waterloo

Messagepar MANÉ Diégo sur 12 Aoû 2020, 11:55

Thierry,

Pardon de n'avoir pas répondu plus vite, mais j'ai été "happé" longuement par un autre sujet passionnant (l'artillerie française aux Arapiles), ce qui ne constitue pas une excuse mais seulement une explication.

Ceci dit, revenant au sujet du post, qui a bien dérapé puisqu'il nous a fait remonter à la plus haute antiquité, merci de l'avoir ramené à plus "proche" de nous et des réalités avec ta référence à 1805.

Ceci dit (bis) ce qui pour moi compte le plus, pour ne pas dire exclusivement, ce n'est pas l'appellation que Pierre ou Paul, ou l'un quelconque des apôtres de l'art militaire théorique, ont donné à telle ou telle formation, mais bel et bien sa réalité pratique sur le terrain.

Or donc, pour ramener les choses dans les rails de ce post, la formation de chacune des divisions du Corps d'Erlon à Waterloo est désormais bien définie, et NE CORRESPOND À AUCUN RÈGLEMENT.

Si bien, ou plutôt si mal, que les belles et bonnes définitions que tu indiques dans ton deuxième paragraphe, n'ont manifestement pas été "retenues" par Celui ou ceux qui ont ordonné la chose.

Tu écris notamment : "... sur le champ de bataille les bataillons doivent conserver autour d'eux un espace leur permettant de changer de formation...", ce qui est frappé au coin du bon sens.

Mais ce dernier semble s'être absenté du champ de bataille de Waterloo, et même durant toute la campagne de Belgique, alors ?

Alors je laisse le mot de la fin (provisoire, rassurez-vous) à de Marbot, colonel du 7e de hussards en 1815, et qui avait le sens des formules.

"Je ne reviens pas de notre défaite !... On nous a fait manoeuvrer comme des citrouilles."

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3303
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: Colonne par Bataillon - D' Erlon, le 1er Corps à Waterloo

Messagepar MELCHIOR Thierry sur 12 Aoû 2020, 12:40

Diégo,
Les braves ne sont jamais en retard ! 8)

MANÉ Diégo a écrit:"Je ne reviens pas de notre défaite !... On nous a fait manœuvrer comme des citrouilles."
Excellent ! :lol: J'adore Marbot.

Oui, tu as raison bien sûr, je tentais une explication à la question d'Éric. 8)
Il est certain que Napoléon n'avait pas ou plus les maréchaux manœuvriers des débuts ayant assez de caractère pour ne pas obéir à un ordre idiot ou étant capables de le rattraper ! :roll:
« Ce ne sont pas les événements qui troublent le cœur des hommes, mais les jugements qu'ils portent sur les événements. »
Épictète (Stoïcien)
Site
Forum
MELCHIOR Thierry
 
Messages: 357
Inscrit le: 23 Déc 2008, 20:34
Localisation: Amance (10)

Re: Colonne par Bataillon - D' Erlon, le 1er Corps à Waterloo

Messagepar MANÉ Diégo sur 12 Aoû 2020, 13:44

Oui Thierry,

Très vrai même, on voit mal, pour ne pas dire pas du tout, Lannes ou Davout se prêter à une telle "bêtise" comme le fit si servilement d'Erlon, que ses soldats appelaient toujours "le Comte", et jamais "le général".

Même Soult, pourtant "un cran en dessous" de la paire d'as plus haut, avait "désobéi" à Austerlitz, ordonnant une autre formation divisionnaire que celle demandée par l'Empereur... Et Saint-Hilaire "désobéi" de même à Soult, pourtant plus près que le Maître et à même de voir qu'il n'était pas obéi...

Voir page 17, ici :

http://www.planete-napoleon.com/docs/ORGDIV2.pdf

Cette intéressante comparaison entre théories (au pluriel, de Napoléon puis Soult) et pratique (de Saint-Hilaire) illustre fort bien la "liberté" de manoeuvre (donnée ou "prise") existant encore en 1805...

... Comme l'application aveugle, et peut être en partie fautive* par d'Erlon malgré les récriminations de Durutte (le seul divisionnaire à avoir protesté) montre bien qu'en 1815 il n'y avait plus d'initiative, même au niveau d'exécution le plus bas, dès lors que l'Empereur avait donné un ordre.

La formation de chaque division en colonne par bataillon est à n'en plus douter ordonnée par Napoléon en personne et sur place ; aucune erreur de transmission n'est donc possible.

* En revanche pas de précision sur la profondeur de la colonne. Qui donc a ordonné qu'elle soit "serrée" avec seulement quatre pas d'intervalle entre chaque bataillon, ce qui constitue la faute majeure et létale ? Napoléon n'en a jamais parlé et on peut le comprendre. D'Erlon pas davantage... Et si ce "détail qui tue" fut de lui on peut aussi le comprendre.

Si l'espace "normal" avait été observé entre chaque bataillon et celui le suivant, soit celui stipulé "à distance entière" (égal au front de l'unité déployée), ou au moins "à demi-distance" (la moitié du front de l'unité déployée), les problèmes rencontrés par l'unité de tête n'auraient pas entraîné les conséquences dramatiques que l'on sait sur les unités la suivant.

Or cet espace "normal" serait "allé de soi" si personne n'en avait disposé autrement. Ajoutons qu'en outre les pertes subies du fait de l'artillerie ennemie en auraient été sensiblement diminuées.

Ceci dit nous sommes là en pleine "recherche de responsabilité secondaire", la principale étant avérée.

Diégo Mané... Qui a toujours souscrit à ce que dessous !

"Napoléon a perdu la bataille de Waterloo. La défaite n'est imputable ni aux folies de Ney, ni aux hésitations de Grouchy, ni à l'incapacité de d'Erlon, ni à la mollesse de Reille, ni au mauvais emploi de l'artillerie. La responsabilité de la défaite, comme de la victoire, incombe au Chef".

Commandant Lachouque, "Le secret de Waterloo", Paris, 1952, page 289, dans sa conclusion, chapitre très justement intitulé "La fin d'un monde".

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3303
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Suivant

Retourner vers Histoire Militaire

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités