Campagne 1813-1814 à l'ouest de l'Espagne - Murray et Suchet

Tous les sujets relatifs aux guerres de la Révolution et de l'Empire (1792-1815) ont leur place ici. Le but est qu'il en soit débattu de manière sérieuse, voire studieuse. Les questions amenant des développements importants ou nouveaux pourront voir ces derniers se transformer en articles "permanents" sur le site.

Modérateurs: FONTANEL Patrick, MANÉ John-Alexandre

Re: [Espagne 1813] Murray à Tarragona - un échec exemplaire

Messagepar MASSON Bruno sur 24 Mar 2021, 09:36

      c) Court compte-rendu du procès de Murray

      Revenons à Murray, qui a été déchu de son poste de commandement le 17 juin 1813 à l’arrivée de Lord Bentinck, et s’est retrouvé à Alicante le 22, prévenu par Whitehall de se tenir prêt à revenir en Angleterre pour répondre de ses actes devant un tribunal militaire. Il va ainsi rester à quai, dans le plus complet désœuvrement, non seulement jusqu’à la fin du conflit, mais encore la quasi totalité de l’année 1814.

      Ce n’est que dans les derniers jours de décembre de cette année qu’il va recevoir enfin l’ordre de revenir à Londres, et son procès ne commencera qu’en janvier 1815. Le haut commandement s’excusera d’ailleurs des délais indus pour le démarrage de cette procédure, au départ prévus pour que ses juges soient d’anciens généraux de l’armée principale en Péninsule, sous Sir Lowry Cole (président). Le conflit avec les États-unis ne permettra pas cette composition, et, à l’exception de Lord Paget, aucun de ses juges n’aura eu la moindre expérience du conflit espagnol (voire même d’un conflit quelconque).

      Autre problème, durant le procès, si les témoignages des subordonnés de l’Armée d’Alicante et l’amiral Halliwell seront entendus, personne ne sera appelé du côté espagnol, et seules quelques lettres choisies feront partie du dossier.

      L’amiral fera preuve d’un tel parti pris et de tels biais à l’encontre du général en chef, que Murray aura beau jeu de réduire ses arguments à de la mesquinerie, de l’esprit de corps et des préjugés sans fondement, ledit général, de son côté, mentant effrontément et falsifiant les dates, rejette tout ce qu’il peut sur ses alliés espagnols qui, étant absents, ne peuvent le confondre.

      Tout cela fat que le procès se terminera par un acquittement du général sur la majorité des charges, la seule chose étant retenue sera une erreur de jugement au moment de la levée du siège de Tarragona, ayant entraîné la perte de canons et de matériel de siège.

      Preuve que Murray ne voit vraiment rien de répréhensible dans sa conduite, il protestera sur l’iniquité du jugement, et cherchera vainement à faire attribuer à l’ensemble des participants au 2e Castalla une médaille d’or (donc à lui), mettant "sa" bataille au même niveau que Barrosa, essuyant un premier refus net et sans appel. Il cherchera ensuite, à la mort de Sir Edward Packenham, à être nommé à son siège de Knight Commander of the Bath (il y en a 36, et pas un de plus), puis profitant de la réforme de cet ordre en 1815, avoir au moins la distinction de Companion of the Bath, et la possibilité de porter le ruban rouge qui va avec, essuyant deux nouveaux refus humiliants.

      Suite à cela, il est fort possible que ses amis hauts placés lui aient fait comprendre qu'il fallait se calmer un peu, et se satisfaire de son sort. (du genre "On t'a couvert dans tes erreurs, mais si tu continue à faire du bruit comme ça, les Amis de nos Amis pourraient bien ne plus être les tiens...).

      En 1818 il est réélu aux communes pour Melcombes Regis, ce qui diminue un peu son acrimonie ; et à la réduction du 3rd West India regiment est nommé Colonel du 56th foot, sinécure qu'il gardera jusqu'à sa mort.

      En 1825, Georges IV récompense enfin ses « services méritoires » en lui octroyant l’Ordre Guelphique qui, n’étant pas réservé aux anciens et actuels officiers, et ne devant son attribution qu’au bon vouloir du Prince, n’est pas tenu en haute estime en Angleterre (ce n'est pas du tout le cas au Hanovre, où elle a servi a récompenser de nombreux officiers, sous-officiers et soldats du rang méritoires de la KGL).

      Cette distinction douteuse, et la façon dont il a été relativement épargné durant sa carrière militaire, semblent indiquer des soutiens politiques puissants dans l’entourage de l'ancien Prince-Régent et nouveau Roi.

      Il meurt en 1827, dans un relatif anonymat lui aussi.
MASSON Bruno
 
Messages: 445
Inscrit le: 17 Sep 2017, 16:29
Localisation: Villeurbanne (69)

Re: [Espagne 1813] Murray à Tarragona - un échec exemplaire

Messagepar MASSON Bruno sur 24 Mar 2021, 10:02

    Épilogue:

    Voilà, cette "troisième-et-demie" narration est terminée, et une fois encore j'ai dérapé dans le très proche hors-sujet sur la fin, mais j'espère que vous ne m'en voudrez pas. la fin de campagne ne méritait de toutes façon pas vraiment un sujet différent, car elle n'a qu'un intérêt très marginal. (je devrais faire réviser mes freins, ça fait quand même trois fois que je n'arrive pas à m'arrêter :mrgreen: )

    Néanmoins, pour nous amateurs belliludistes, cette campagne accessoire de 1813-1814 peut permettre de préparer au moins une douzaine de petites oppositions historiques ou pseudo-historiques à l'échelle de la brigade renforcée jusqu'à l'échelle "division-plus", toutes bien sûr asymétriques, et donc nous sortant du bête "on se rentre dedans, et c'est celui qui a le moins mal à la tête à la fin qui gagne"

    En plus, du côté français on a la chance de pouvoir mettre en place des cuirassiers en Espagne, des Polonais, Italiens, des Napolitains motivés, en plus de Français vétérans et habitués à gagner.
    Du côté coalisés, les armées espagnoles sont bigarrées, comprenant des troupes motivées ou pas, il y a des Anglais, des Allemands, des Italo-Siciliens, le bonheur assuré pour tout peintre de miniatures.

    Donc saurez-vous sauver la division Miyares de Yecla ? Ferez-vous aussi bien qu'Adam à Biar ? Saurez-vous percer le front hispano-anglais à Castalla ? Punirez-vous Suchet de son attaque inconsidérée desdites pentes de Castalla ? Percerez-vous le front de Copons à Villafranca s'il a été renforcé comme prévu par Murray ? Arriverez-vous à percer avec Paris à Alcubierre avant que Mina et Duran ne tombent sur vos bagages ? Capturerez-vous la brigade Adam à Ordal ? Les anglais sous Bentinck arriveront-ils à retraiter de Villafranca à Arbos face à toute la cavalerie française ? etc...
MASSON Bruno
 
Messages: 445
Inscrit le: 17 Sep 2017, 16:29
Localisation: Villeurbanne (69)

Re: [Espagne 1813] Murray à Tarragona - un échec exemplaire

Messagepar MELCHIOR Thierry sur 24 Mar 2021, 10:42

Merci Bruno pour le récit de cette « épopée », tu as ouvert une belle voie aux peintres, aux reconstitueurs et autres amateurs de : « Que… si… » ! :grin:
« Ce ne sont pas les événements qui troublent le cœur des hommes, mais les jugements qu'ils portent sur les événements. »
Épictète (Stoïcien)
Site
Forum
MELCHIOR Thierry
 
Messages: 376
Inscrit le: 23 Déc 2008, 20:34
Localisation: Amance (10)

Re: [Espagne 1813] Murray à Tarragona - un échec exemplaire

Messagepar MASSON Bruno sur 27 Mar 2021, 09:07

    Post-Scriptum

    Pour en revenir aux différences de réactions entre Robert à Tortosa et Lamarque à Lerida, je crois qu'il ne faut pas trop encenser le premier et accabler le second.

    Car sans l'arrivée impromptue du vrai message du QG de Suchet, les règles de la subordination militaire n'auraient laissé aucune autre solution à Robert que d'obéir à la missive reçue par l'intermédiaire de van Halen, et qui cochait toutes les cases de l'authentification possible (chiffre, signatures, annonce préalable, communication s'y référant de la part du général ennemi, et confirmant la lettre du traité de Valençay qu'il connait au moins partiellement).

    J'irai même plus loin, la perte de Tortosa aurait très bien pu entraîner la perte de Sagunto, dont le commandant est encore plus coupé du QG français, et qui aurait ainsi confirmé la convention de Tarrasa par l'évacuation de la grande forteresse de l'Ebro sans combats. En poussant encore un peu, il aurait été possible de demander à Robert un petit mot explicitant la raison de son départ à son homologue de la plaine de Valencia (qui est son inférieur en grade, en plus), et arranger un point de rencontre pour ces deux garnisons près des bouches de ce fleuve....
MASSON Bruno
 
Messages: 445
Inscrit le: 17 Sep 2017, 16:29
Localisation: Villeurbanne (69)

Précédent

Retourner vers Histoire Militaire

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités

cron