Le 155e Régiment d'Infanterie de Ligne en 1814

Tous les sujets relatifs aux guerres de la Révolution et de l'Empire (1792-1815) ont leur place ici. Le but est qu'il en soit débattu de manière sérieuse, voire studieuse. Les questions amenant des développements importants ou nouveaux pourront voir ces derniers se transformer en articles "permanents" sur le site.

Modérateurs: FONTANEL Patrick, MANÉ John-Alexandre

Le 155e Régiment d'Infanterie de Ligne en 1814

Messagepar MANÉ Diégo sur 09 Déc 2019, 17:07

Un internaute me questionne directement après avoir tenté en vain de s'inscrire sur le forum afin d'y déposer ses questions.

Je vais le faire pour lui mais profite de la circonstance pour attirer l'attention de tous les velléitaires en mal ou difficulté d'inscription sur Planète Napoléon.

Le forum est assailli de spams cherchant à s'inscrire, actuellement près de 1000 ! Et les fonctions automatiques, probablement saturées, ne fonctionnent pas normalement.

La solution est donc, après avoir fait la démarche sur le site, de m'en informer (en précisant le nom ou pseudo utilisé) sur mon mail privé. Je puis de la sorte faire le nécessaire comme je viens de le faire pour notre nouveau membre, Nicolas KATARZYNSKI, dont je dépose ci-dessous le message.

-------------

Bonjour,

J’ai besoin de vos éclaircissements sur le 155e Régiment d’Infanterie de Ligne en 1814.

Mais d’abord, laissez-moi vous conter mes petites découvertes petit à petit.

Chapitre I

Tout commence lorsque je découvre un ancêtre qui était passé dans le 155e Régiment d’Infanterie de Ligne grâce aux relevés sur Généanet. Merci aux fourmis d’avoir fait les relevés. Le conscrit en question était arrivé au corps le 28/12/1813 et a été « congédié » le 27/04/1814. Il faisait partie du 5e Bataillon, 4e Compagnie, comme fusilier.

Bien évidemment, je n’allais pas me contenter de ça. Je voulais en savoir plus sur le contexte de sa situation au sein du régiment. J’ai donc fait quelques recherches, essentiellement sur Internet. Il n’y a malheureusement pas de bibliothèque spécialisée dans le coin où je vis. Les informations sont plus que maigres à proprement parler sur le 155e mais d’autres informations extérieures m’ont tout de même appris des choses.

Ainsi, les conscrits qui atterrissent dans les 4 premiers bataillons sont envoyés au casse-pipe ou sont plus actifs militairement tandis que le 5e bataillon sert en quelque sorte de « formation » le temps d’être envoyés plus tard sur des scènes de front. J’ignore la fiabilité de cette information. Mais elle me parait plausible car en parcourant le registre du contrôle de troupe du 155e, j’ai remarqué que tous ceux des 4 bataillons sont dits « en arrière », « blessés », « morts à l’hôpital » alors que je ne note rien de particulier pour les membres du 5e bataillon. Ils sont soit virés ou transférés dans d’autres unités entre autres. Mieux, j’ai constaté que passé avril 1814, beaucoup de nouveaux conscrits sont inscrits au 5e bataillon (en même temps qu’il y a eu une épidémie de désertions, sans surprise). Le registre est signé en 1815 et 1816 et plusieurs informations sur les conscrits peuvent être tardives et sujettes à des erreurs.

L’autre information que je voulais avoir est le lieu de dépôt du 155e. Je n’ai pas trouvé d’info officielle sur le contrôle de troupe. Cependant, j’ai remarqué que beaucoup sont à l’hôpital d’Orléans. J’avais donc supposé que le lieu pût être Orléans. Mais je n’étais sûr de rien.

A ce moment de la recherche, je supposais que mon ancêtre est resté au dépôt à Orléans, en formation. En gros, il n’avait sans doute pas participé aux combats et était rentré chez lui après avril 1814. Mais je n’étais absolument sûr de rien.

-----------------

Chapitre II

Puis un jour, une découverte bouleverse (et confirme) un peu mes hypothèses. Lors du passage aux archives départementales, j’ai pu mettre la main sur le contrôle de départ des conscrits du 155e. Il confirme le lieu de dépôt qui était bien Orléans. Les conscrits sont partis le 11/12/1813 et sont arrivés à Orléans le 28/12/1813.

Fort de ce fait, je suis retourné à la pêche. J’ai déniché une info intéressante. Le 17/02/1814, des Cosaques russes sont aux portes d’Orléans. D’après des renseignements de deux ouvrages du XIXe siècle (1842 et 1880), Orléans était gardée par le 153e et le 155e, une partie du 113e, la compagnie de réserve (« les Buttes du Loiret »), des gendarmes à pied ainsi que 60 dragons. Sans oublier des volontaires orléanais. Toutes ces troupes ont préparé la défense de la ville en prévision de l’attaque russe. Dans la nuit du 17 au 18 février, le général Chassereaux fit sortir plusieurs militaires de la ville dont ceux du 153e et 155e régiment. Ils ont livré un combat près de la ville et ainsi repoussé les Russes. En même temps, les nouvelles des premières victoires de Napoléon ailleurs ont obligé les Cosaques russes à partir des environs d’Orléans.

Ainsi ces renseignements ont changé ma vision des soldats du 5e bataillon. S’ils ont évidemment organisé la défense de la ville d’une manière ou d’une autre, j’ignore s’ils ont participé aux combats. J’ai relevé des blessures et des prisonniers des quatre premiers bataillons. Je n’ai pourtant rien remarqué de tel pour le 5e bataillon. J’imagine que dans une situation d’urgence, la « formation » du 5e bataillon était théorique. Ils pouvaient être à Orléans comme être en situation de combat. En regardant attentivement la situation des conscrits arrivés au corps le 28/12/1813, j’ai constaté quelques prisonniers ce qui montre que les nouveaux conscrits ont bien été envoyés d’une façon ou une autre au conflit contre les Russes. D’ailleurs, dans un ouvrage plus loin, il est mentionné une autre rencontre entre les Cosaques et un détachement de 200 hommes du 113e à Bellegarde. Les Russes ont fait plusieurs prisonniers (« 114 prisonniers »). Or, le contrôle de troupe du 155e signale 2/3 prisonniers le 20 février. Ce qui semble montrer une confusion de la situation où plusieurs soldats semblent être mélangés. Mais je peux me tromper, n’étant pas spécialiste de l’histoire militaire.

A part les événements de février, je ne sais pas d’autre chose. Le 155e Régiment aurait participé aux combats de Pagny et La Ferté-sous-Jouarre (à part Orléans bien entendu).

---------------

Je vous soumets donc quelques questions en espérant que vous puissiez m’éclairer.

- Est-il exact que les soldats rangés dans le 5e bataillon sont en formation pendant que les 4 autres bataillons sont envoyés plus loin sur les fronts en quelque sorte ?

- Est-ce que vous auriez l’historique du 155e de Ligne en 1814 ? Ou à défaut, est-ce que vous en savez plus sur le régiment jusqu’à la chute de Napoléon ?

- J’ai remarqué les mentions « en arrière », « rayés » ou « congédiés » sur le contrôle de troupe. Pouvez-vous m’indiquer ce que signifient exactement ces mentions sur le contrôle ?

Je vous remercie de m’avoir lu. Je vous remercie également d’avance pour votre réponse.

Cordialement,

Nicolas Katarzynski
MANÉ Diégo
 
Messages: 3303
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: Le 155e Régiment d'Infanterie de Ligne en 1814

Messagepar MANÉ Diégo sur 09 Déc 2019, 17:41

Bonjour Nicolas,

Actuellement accaparé par le debriefing de "Waterloo 2019 à Lyon" je ne peux que fournir des réponses sommaires, mais ferai mieux plus tard, et en attendant, le fait d'avoir déposé votre message ici le rend visible de tout notre lectorat, et souvent il s'y trouve quelqu'un à même d'apporter sa contribution.

-----------------
QNK
- Est-il exact que les soldats rangés dans le 5e bataillon sont en formation pendant que les 4 autres bataillons sont envoyés plus loin sur les fronts en quelque sorte ?

RDM
Le 5e bataillon de chaque régiment français de l'époque est le "bataillon de dépôt". Les nouvelles recrues y sont effectivement envoyées pour y être formées militairement. Dès qu'un contingent est considéré prêt il entre dans la constitution de détachements de marche qui sont acheminés vers leurs bataillons de guerre. Toutefois, en 1813-1814, il n'est pas rare que des soldats insuffisamment formés et/ou équipés soit envoyés combattre. D'autre part, si la ville où se situe le dépôt est attaquée ou assiégée, il est évident que les soldats présents, formés ou pas, participent à sa défense.

-----------------

QNK
- Est-ce que vous auriez l’historique du 155e de Ligne en 1814 ? Ou à défaut, est-ce que vous en savez plus sur le régiment jusqu’à la chute de Napoléon ?

RDM
Pour l'historique pas sous la main, mais je regarderai s'il existe en bibliothèque militaire.
Pour en savoir plus, probablement, et je gratterai dans mes sources dès que j'aurai le temps.

-----------------

QNK
- J’ai remarqué les mentions « en arrière », « rayés » ou « congédiés » sur le contrôle de troupe. Pouvez-vous m’indiquer ce que signifient exactement ces mentions sur le contrôle ?

RDM
"En arrière", signifie que l'individu n'est pas au régiment, soit qu'il se trouve en marche pour rejoindre ou détaché... Peut aussi masquer "diplomatiquement" un "traînard", voire un déserteur.

"Rayé", signifie que l'individu ne fait plus partie du régiment, soit qu'il ait été muté dans un autre, ou soit décédé. On peut constater ce genre de "ratures" sur les documents communiqués dans le post sur le 24e de Ligne, tant pour des décès, que pour la mutation du rôle-titre (Siffermann) du 24e au 40e.

"Congédié", signifie que l'individu a obtenu son "congé", soit sa libération du service et renvoi dans son foyer, que ce soit par suite de blessures invalidantes empêchant tout service... Ou, dans le cas de 1814, parce-que le Gouvernement royal ne savait que faire de tant de soldats qu'il ne pouvait en outre payer. Il exerça de même sa "mansuétude" à l'égard des déserteurs, "oubliant" d'abord de les rechercher, et régularisant à posteriori leur situation en leur délivrant un congé.


Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3303
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: Le 155e Régiment d'Infanterie de Ligne en 1814

Messagepar KATARZYNSKI Nicolas sur 20 Déc 2019, 16:58

En me renseignant sur le général Chassereaux, je découvre qu'il a fait les campagnes de Prusse et de Pologne. Il est blessé plusieurs fois. Il a été en Espagne où il est présent lors du siège de Badajoz en 1811. Ce n'est qu'en janvier 1814 que l'Empereur lui confie le commandement du département du Loiret.

Ce n'est donc pas une chèvre lorsque les cosaques russes se sont un peu trop frottés à lui. Il a pu les repousser avec des troupes inexpérimentées et 60 dragons.


Existe-t-il des témoignages faisant état des soldats (dans n'importe quelle troupe) envoyés combattre en 1813-1814 alors qu'ils n'étaient pourtant que dans le 5e bataillon ?


Cordialement.
KATARZYNSKI Nicolas
 
Messages: 15
Inscrit le: 07 Déc 2019, 14:28

Re: Le 155e Régiment d'Infanterie de Ligne en 1814

Messagepar MANÉ Diégo sur 21 Déc 2019, 12:15

Bonjour Nicolas,

Les Cosaques (majuscule requise car il s'agit d'une nation à part entière) ne sont pas des troupes "de bataille", et refusent de se "frotter" aux troupes régulières dès qu'elles font mine de résister, ce qui suffit, et fuient dès qu'elles les attaquent.

Le mérite de Chassereaux est d'avoir su leur donner "l'assurance" suffisante pour faire mine d'attaquer.

Sans chercher des "témoignages", qui doivent exister, j'ai fait une petite recherche dans mes OBs et trouvé ce qui suit en matière "d'engagement" de troupes de "dépôts".

-----------------

Le 29/03/1814 :
à Bondy Compans est rejoint par une colonne de renforts envoyée en toute hâte de Paris :
Colonne sur Bondy (effectifs dixit Clarke), 2.400 h, 6 pièces
VI/32e de Ligne, 1 bataillon, 400 h
VI/58e de Ligne, 1 bataillon, 400 h
Dépôt/135e de Ligne, 1 bataillon, 400 h
II/III/141e de Ligne, 1 bataillon, 400 h
Dépôt/2e Léger, 1 bataillon, 400 h
Dépôt/4e Léger, 1 bataillon, 400 h
Artillerie à Pied Polonaise, 6 pièces, 150 h

----------------

30/03/1814, «dépôts» ayant participé à la bataille de Paris

Corps du GD Compans
Brigade Chabert
Dépôt/2e Léger, 1 bataillon, 260 h
Dépôt 4e Léger, 1 bataillon, 260 h
Dépôt 135e de Ligne, 1 bataillon, 260 h

Corps des dépôts de la Garde : GD d’ORNANO, 4.190 h, 20 pièces
Dépôts d’infanterie de la Garde : GD MICHEL ß, 3.870 h
Brigades Colonel Secrétant ß, et GB Robert
Dépôts de cavalerie de la Garde : GB Dautancourt, 320 h
Dépôts d’artillerie de la Garde : CdB Pion, 130 h, 20 pièces

--------------------

01/04/1814 : «Armée de Fontainebleau»
Corps du duc de Raguse
Division Ledru des Essarts
Dépôt du 135e de ligne, 126 h

«Dépôts de la ligne», sous le Cel Vertilhac, 2.250 h
En retraite pour rejoindre depuis Versailles

-------------------

J'ai trouvé au passage la trace des "bataillons de guerre" du 155e :

25/01/1814, Réserve de Paris, GD GÉRARD
Division DUFOUR, Brigade LEFOL
III/155e de Ligne, 1 bataillon, 836 h

28/01/1814, Ve Corps, GD SÉBASTIANI
Division AMEY, Brigade Thévenet
I/II/155e de Ligne, 2 bataillons, 180 h

--------------------

Et ajoute, comme déjà dit, que les place assiégées utilisaient pour leur défense les unités de dépôts qu'elles contenaient. Je vous donne ci-dessous en exemple celui de Besançon :

Garnison française de Besançon au 15 avril 1814
(adaptation Diégo Mané © Lyon 1998)

GD MARULAZ, GB Pageot et Fajac, Cdt le génie : CdB Lafaille)

Infanterie : 4.374 présents, 1.306 malades, total 5.680 h
II, IV et Ve bataillons du 2e de ligne, 635 h, 191 h, 826 h
Dét du Ve bataillon du 24e de ligne, 206 h, 58 h, 264 h
II, IV et Ve bataillons du 37e de ligne, 796 h, 384 h, 1.180 h
IV et Ve bataillons du 64e de ligne, 771 h, 147 h, 918 h
II, IV et Ve bataillons du 93e de ligne, 911 h, 308 h, 1.219 h
Dét du Ve bataillon du 145e de ligne, 195 h, 17 h, 212 h
IVe et Ve bataillons du 154e de ligne, 696 h, 179 h, 875 h
Bataillon de Neuchâtel, 66 h, 6 h, 72 h
Dépôt suisse, 98 h, 16 h, 114 h

Cavalerie : 515 présents, 53 malades, total 568 h, 206 chevaux
7e dragons, 21 h, 9 h, 30 h, 8
28e dragons, 41 h, 1 h, 42 h, 20
30e dragons, 58 h, 3 h, 61 h, 25
6e lanciers, 7 h, 1 h, 8 h, 6
6e chasseurs, 55 h, 3 h, 58 h, 24
8e chasseurs, 22 h, 5 h, 27 h, 13
9e chasseurs, 78 h, 5 h, 83 h, 42
25e chasseurs, 85 h, 10 h, 95 h, 59
6e hussards, 27 h, 6 h, 33 h, 9
Cavalerie de réserve du Doubs, 71 h, 8 h, 79 h
Cavalerie franche du Doubs, 50 h, 2 h, 52 h

Artillerie, train et génie : 861 présents, 69 malades, total 930 h, 122 chevaux
Dépôt du 1er d'artillerie à cheval, 291 h, 28 h, 319 h, 5
Dépôt du 5e d'artillerie à cheval, 259 h, 8 h, 267 h, 5
du 6e bataillon principal du train, 164 h, 27 h, 191 h, 5
du 13e bataillon du train, 41 h, 6 h, 47 h, 40
Génie à pied, 31 h, ---, 31 h
Génie à cheval (?), 75 h, ---, 75 h, 67

Total général de la Garnison, 5.750 présents, 1.428 malades, total 7.178 h, 328 chevaux

------------------

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3303
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: Le 155e Régiment d'Infanterie de Ligne en 1814

Messagepar KATARZYNSKI Nicolas sur 22 Déc 2019, 17:07

MANÉ Diégo a écrit:Sans chercher des "témoignages", qui doivent exister, j'ai fait une petite recherche dans mes OBs et trouvé ce qui suit en matière "d'engagement" de troupes de "dépôts".


ça me va. Votre liste me donne une idée des engagements des troupes de dépôt aux côtés des autres. Merci pour la réponse.



J'ai trouvé au passage la trace des "bataillons de guerre" du 155e :

25/01/1814, Réserve de Paris, GD GÉRARD
Division DUFOUR, Brigade LEFOL
III/155e de Ligne, 1 bataillon, 836 h

28/01/1814, Ve Corps, GD SÉBASTIANI
Division AMEY, Brigade Thévenet
I/II/155e de Ligne, 2 bataillons, 180 h


Vu la date (25 et 28/01/1814), le 155e devait être constitué des conscrits incorporés avant fin 1813 ou 1814.

De mémoire, les nouveaux conscrits arrivés en décembre 1813 à Orléans semblent rapidement être répartis dans les quatre premiers bataillons (d'après ce que j'avais consulté le registre du contrôle de troupes).


Cordialement.
KATARZYNSKI Nicolas
 
Messages: 15
Inscrit le: 07 Déc 2019, 14:28

Re: Le 155e Régiment d'Infanterie de Ligne en 1814

Messagepar KATARZYNSKI Nicolas sur 19 Juil 2020, 16:03

Je remonte le topic.


D'après ce que j'ai lu sur Wikipédia le passage suivant :
Le 155e fait la campagne de 1813 au 14e corps de la Grande Armée et, durant la campagne d'Allemagne, combat à Weissig, Würschen, Goldberg, Katzbach, Drebnitz, Leipzig et Hanau et en 1814, durant la campagne de France il combat à Pagny, La Ferté-sous-Jouarre et Orléans.


https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9or ... 7ais_(1803)


Il mentionne Pagny. Or, malgré mes recherches, je n'arrive pas à situer exactement le lieu. Les lieux hypothétiques sont les suivants :

- Pagny-la-Ville (Côte d'Or)
- Pagny-le-Château (Côte d'Or)
- Pagny-lès-Goin (Moselle)
- Pagny-sur-Meuse (Meuse)
- Pagny-la-Blanche-Côte (Meuse)
- Pagny-sur-Moselle (Moselle)


Peut-être s'agit-il d'une erreur ? Peut-être est-ce que vous savez des choses sur le supposé combat à "Pagny" ?

Je vous remercie d'avance pour vos réponses.


Cordialement.

NK
KATARZYNSKI Nicolas
 
Messages: 15
Inscrit le: 07 Déc 2019, 14:28

Re: Le 155e Régiment d'Infanterie de Ligne en 1814

Messagepar MANÉ Diégo sur 20 Juil 2020, 08:56

Wikipedia ne dit pas grand chose, et en plus ce pas grand chose est faux. Le 155e ne fit pas la campagne de 1813 au 14e corps mais au 5e, et ces deux corps n'étaient pas du tout dans le même secteur, pour ne pas dire à l'opposé.

Du coup le reste de l'énoncé peut légitimement se considérer avec circonspection.
Combat de Pagny, je ne vois pas. Alors Lagny ou Magny ? Dans les deux cas aucun combat de ces noms n'est répertorié, mais peut-être ne s'agit-il que d'un obscur accrochage ne concernant que le seul 155e.

Magny est alors peut-être possible, de fait Magny-le-Fouchard (aujourd'hui Magny-Fouchard) qui abrita l'artillerie d'Oudinot, sous la garde d'un bataillon, pendant que le maréchal livrait sans elle et sans cavalerie dans le principe, une bataille à un contre trois de l'autre côté de l'Aube qu'il avait à dos, ne pouvant faire pire. C'était à Bar-sur-Aube le 27 février 1814.

Le III/155e (380 h) figurait à la division Dufour du 2e corps de Gérard, entraîné dans cette galère par Oudinot qui commandait en chef les 2e et 7e corps et les cavaleries Kellermann et Saint-Germain.
Peut-être était-ce le III/155e qui gardait l'artillerie, et peut-être fut-il amené à la défendre lors de la retraite qui suivit le revers d'Oudinot. Cela fait tout-de-même trois "peut-être", et c'est donc SGDM.

Autre nom possible, Lagny-sur-Marne (entre Meaux et Paris), qui vit passer les Coalisés pour la bataille de Paris, mais le 155e ne semble pas avoir été concerné par ces combats.

Difficile d'avancer davantage sans en savoir un peu plus. Maintenant, d'autres recherches "impossibles" ont abouti sur Planète Napoléon, il reste donc permis d'espérer.

DIégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3303
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: Le 155e Régiment d'Infanterie de Ligne en 1814

Messagepar KATARZYNSKI Nicolas sur 20 Juil 2020, 12:38

Merci D. Mané pour votre réponse.

Je me doutais un peu des informations aléatoires de Wikipédia mais faute d'informations non trouvées ailleurs, je ne peux rien faire de plus. ^^

Vous évoquez Lagny-sur-Marne. Il pourrait s'agir d'une faute de frappe. Je remarque que les lettres P et L sont proches sur le clavier. :) D'où Pagny mentionnée par erreur.

Mais pourquoi je n'habite pas à côté d'une bibliothèque spécialisée ? Elle aurait pu me fournir des ouvrages spécialisés sur les unités. ;_; Les médiathèques dans mon coin ne suffisent pas. :mrgreen:

Au fait, lorsque vous évoquez le chiffre romain III à côté du numéro de l'infanterie comme III/155e, s'agit-il du numéro du corps ?

Encore merci pour votre science militaire.


NK.
KATARZYNSKI Nicolas
 
Messages: 15
Inscrit le: 07 Déc 2019, 14:28

Re: Le 155e Régiment d'Infanterie de Ligne en 1814

Messagepar MANÉ Diégo sur 20 Juil 2020, 20:19

Sur un clavier le M est aussi près du P que le L, si c'est la cause de l'erreur les deux sont possibles.

III/155e signifie troisième bataillon du 155e régiment.

Le 155e RI alignait 2128 hommes en trois bataillons au Ve corps en 1813.

Il n'en a plus que deux, réunissant une centaine de survivants aux débris du même Ve corps début 1814.

Fin février les 380 hommes mentionnés au IIe corps à Bar-sur-Aube relèvent d'un nouveau troisième bataillon.

DIégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3303
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)


Retourner vers Histoire Militaire

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités