Carlos de España

Tous les sujets relatifs aux guerres de la Révolution et de l'Empire (1792-1815) ont leur place ici. Le but est qu'il en soit débattu de manière sérieuse, voire studieuse. Les questions amenant des développements importants ou nouveaux pourront voir ces derniers se transformer en articles "permanents" sur le site.

Modérateurs: FONTANEL Patrick, MANÉ John-Alexandre

Carlos de España

Messagepar BOUTTET Denis sur 23 Juil 2013, 11:55

Ce général d'une division espagnole était-il d'origine française ?

Il me semble que ce Charles d'Espagne se nommait en réalité Roger Bernard Charles d'Espagnac de Ramefort. Pouvez-vous me le confirmer ?

Par ailleurs, connaissez-vous d'autres Français d'origine passés au service de l'Espagne ou du Portugal, voire de l'Angleterre ?
Ils sont fous ces bretons, ils brassent la bière à l'eau de mer ...
BOUTTET Denis
 
Messages: 170
Inscrit le: 12 Mar 2004, 10:27
Localisation: Brest (29)

Re: Carlos de España

Messagepar MANÉ Diégo sur 24 Juil 2013, 10:15

Salut Denis,

Merci d'exciter notre curiosité de la sorte, nous forçant à trouver des réponses à des questions déjà posées souvent, au détour d'un ordre de bataille.

En effet, chaque fois que j'ai croisé l'individu dans mes travaux, je me suis demandé d'où il sortait, sans jamais me douter qu'avec un nom pareil il pouvait venir de France !

Je suis d'ailleurs allé "bêtement" chercher "Carlos de España" sur le web et vous ai traduit le wikipédia espagnol :

--------------------------------

Le général Carlos de España

(traduction de l’espagnol par Diégo Mané le 24/07/2013)

Carlos de España, de Comminges, de Couserans et de Foix (château de Ramefort, 15 août 1775 - Orgaña, 2 février 1839), fut un noble et militaire français au service de l’Espagne, marquis d’Espagne et baron de Ramefort en France, Grand d’Espagne et comte d’Espagne dans ce pays. Il se distingua pendant la Guerra de Independencia et au service de Ferdinand VII, durant la restauration absolutiste.

Né Roger-Bernard-Charles d’Espagne de Ramefort, il était le fils du marquis Henri d’Espagne, colonel et sénéchal de Couserans-Cominges-Nébouzan. Descendant des comtes souverains de Cominges, vicomtes de Couserans et comtes de Pallars par lignée paternelle, et des comtes souverains de Foix par lignée maternelle (il avait vraiment de qui tenir !).

En 1791, la famille fuit la terreur révolutionnaire, et s’installe à Palma de Mallorca en 1793.
En 1792 Charles d’Espagne entre dans l’armée espagnole, dans laquelle il atteindra le grade de général («plein», soit capitaine général, le plus élevé possible). Il participa aux batailles de Bailen et des Arapiles.

Lors de l’entrée des Alliés à Madrid (août 1812) il fut nommé gouverneur de la place, et ensuite participa aussi à la bataille de Vitoria, au siège de Pamplona (où il fut blessé) et à la bataille de Sorauren, entre autres.

La guerre finie il renonça à retourner dans son pays et se mit inconditionnellement du côté de Ferdinand VII pour réprimer le libéralisme. Le roi «espagnolisa» son nom qui jusque-là était donc «d’Espagne» et non «de España»), lui octroya le titre de «conde de España» et le fit «Grand d’Espagne» et le titre de vicomte de Couserans.

Il sera capitaine général de Catalogne, instaurant un authentique régime de terreur depuis son quartier général de la Citadelle de Barcelone, fortification haïe des Barcelonais car elle symbolisait la répression de leurs droits séculaires. Sa cruauté dans le gouvernement du Principat le fit surnommer «Le tigre de Catalogne».

Plus tard il se mit du côté du prétendant Carlos Maria Isidro de Borbon durant la première guerre carliste, mourant assassiné près d’Orgaña, sur le Pont de Espia, par sa propre escorte et d’après les instructions des principaux chefs carlistes en Catalogne, peu avant la Convention d’Orgaña. Son corps et surtout son visage, fut défiguré et jeté avec une pierre attachée au cou dans le fleuve Sègre.

-----------------------

... avant de m'apercevoir qu'il était proposé une version française*... je râle alors un peu avant de la lire... constatant qu'elle contient des informations absentes ou différentes** de l'espagnole traduite ci-dessus... mais et réciproquement, ce qui fait que je n'ai pas oeuvré en vain.

* Celle par ailleurs mise en lien par Denis... mais que je n'avais pas actionnée (il fait trop chaud !).

** notamment le nom du rôle titre, d'Espagnac au lieu d'Espagne, raison pour laquelle je ne l'avais pas trouvé avant !

-----------------------

Bref, pas fait exprès, mais tout de même fait avancer les choses. C'est pas du bol çà ?

Sinon, d'autres Français au service de l'Espagne, du Portugal où de l'Angleterre, bien sûr qu'il y en avait, mais certainement aucun qui en Espagne soit allé aussi haut dans la hiérarchie que d'Espagnac, sauf dans l'armée du roi Joseph, peu avare de titres ronflants, mais cela sort de ta recherche, non ?

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3299
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: Carlos de España

Messagepar MANÉ Diégo sur 12 Déc 2016, 21:12

Relisant ce post par hasard j'en profite pour ajouter deux noms de généraux espagnols d'origine française puisque je viens de les "reconnaître" comme tels à l'occasion de mes travaux pour "Tudela 2016 à Lyon".

Il s'agit de

Philippe Auguste Clément, chevalier de SAINT-MARCQ,
né à Taintegnies, près de Tournay en 1762 et mort à Madrid en 1832. Cadet aux Reales Guardias Walonas en 1776, il était Mariscal de Campo (Général de Division) à Tudela en 1808. Fait prisonnier à la capitulation de Zaragoza en 1809 et prisonnier en France jusqu'en 1814. Sera sous Ferdinand VII Capitan Général de Galicia (1814), de Valencia (1823), et d'Aragon (1826).

Pedro Maria Legallois GRIMAREST (1765-1841),
Né à Peniscila et mort à Manille. Son ascendance française est plus ancienne car son père et son grand-père étaient déjà au service de l'Espagne. Il était Mariscal de Campo (Général de Division) lors de la bataille de Tudela où ses troupes manquèrent par suite de son manque d'initiative.

Diégo Mané
"Veritas Vincit"
MANÉ Diégo
 
Messages: 3299
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: Carlos de España

Messagepar MANÉ Diégo sur 04 Aoû 2020, 18:10

Un correspondant britannique, venant sur la Division Carlos de España aux Arapiles, cherche bien évidemment plus précis que ce que j’ai indiqué sur mon OB relatif pour le 22 juillet 1812, soit :

Division espagnole Carlos de ESPAÑA, 3.200 S&B, 6 pièces
II/Regimiento de la "Princesa", 1 bataillon, 500 h
II/Regimiento de "Jaen", 1 bataillon, 500 h
Regimiento de "Tiradores de Castilla", 1 bataillon, 600 h
III/Regimiento "1ro de Sevilla", 1 bataillon, 500 h
Regimiento de "Cazadores de Castilla", 1 bataillon, 600 h
Rto "Lanceros de Castilla", Don Julian Sanchez, 4 escadrons, 500 h
Artillerie Divisionnaire : 1 batterie de 6 pièces, 160 hommes.

N'ayant subi que six pertes, on voit que la division n’a rencontré qu’un ou deux boulets perdus.
Elle était en effet en troisième ligne et son chef faisait profil bas, ne sachant pas comment annoncer à Wellington que ses troupes avaient abandonné le fort d’Alba de Tormes qu’elles devaient garder, ce qui aurait empêché les Français de fuir par là après leur défaite.

Le non-dit finit par avoir une autre conséquence. La poursuite tardive lancée par le Lord le fut en outre dans une autre direction que celle qu’il croyait verrouillée par ses alliés... Ce qui permit à Clausel de s’en tirer bien mieux ... Wellington la trouva saumâtre, et le futur (très) Grand d’Espagne dût se faire (tout) petit, pour éviter le courroux de son chef... Qui lui fera néanmoins porter le bicorne (chapeau de l'époque) de l'insuccès de la poursuite britannique.

Mais revenons aux Arapiles. En grattant un peu je trouve deux OBs de cette division espagnole, mais bien sûr pas à la bonne date. Les voici quand même.

En janvier 1812, stipulée 3a Division del 5° Éjército elle compte 221 officiers et 4.979 hommes présents en 7 bataillons* et 4 escadrons* (789 cvx). Si l'on défalque les cavaliers, cela laisse environ 4.200 fantassins et donc des bataillons moyens de 600 hommes.

Granaderos de Castilla, Mallorca, Princesa (2), Hibernia («Irlandais»), Tiradores de Castilla, Cazadores de Castilla.

** Lanceros de Castilla.

-----------------

En Octobre 1812 il n’y a plus que 143 officiers et 3.276 hommes en 4 bataillons :
1° de Sevilla, 1° de la Princesa, 2° de Jaen, Tiradores de Castilla, soit en moyenne 855 hommes par bataillon

-----------------

Ah, si, un troisième OB, au 1er novembre 1812, 172 officiers et 3.809 hommes en 5 bataillons, soit les quatre mêmes juste ci-dessus, plus les Cazadores de Castilla, que l’on peut donc chiffrer par différence a 29 officiers et 533 hommes.

-----------------

En cherchant je suis tombé sur un site de figurines qui propose et illustre les soldats de cette division, infanterie et artillerie. Je vous en parle car l’uniforme, fourni par les Anglais, est rigolo.

C’est pantalon et veste bleu foncé à revers rouge et retroussis blancs, mais surtout un casque à chenille noire de dragon léger britannique première période, avec plume rouge (respect de ce détail uniformologique traditionnel espagnol).

Cela ferait presque envie d’en faire un régiment si je n’en avais pas déjà plusieurs en trop.

-----------------

Si quelqu’un a mieux question effectifs aux Arapiles je suis preneur. Il y aurait aussi un couple de canons de 4 avec les lanciers de Don Julian, mais les OBs ci-dessus n’en parlent pas, et les OBs anglais, toujours diserts sur leurs «supplétifs», n’entrent pas dans des détails aussi «accessoires».

Diégo Mané
MANÉ Diégo
 
Messages: 3299
Inscrit le: 31 Jan 2004, 09:12
Localisation: Lyon (69)

Re: Carlos de España

Messagepar MASSON Bruno sur 12 Aoû 2020, 19:37

Un autre officier français au service de l'Espagne est le Conde de Pene-Villemur (Louis de Penne-Villemur, né à Montagut en Béarn et émigré en 1791, à l'Armée de Condé, puis l'Autriche, vient en Espagne le 20 octobre 1809 et demande l'autorisation à la Junta Central de servir contre les armées impériales; colonel de cavalerie le 11 mars 1810, brigadier le premier février 1811 et maréchal de camp le 23 Juin 1811 pour sa conduite à Albuera. Le tout à l'armée d'Estramadure, dont il commande "la cavalerie" après la bataille de la Gevora (à laquelle il a du participer en tant qu'officier régimentaire supérieur), une brigade de bric et de broc avec un effectif régimentaire. Il se rendra invivable aux Français, bien au delà de ce que ses effectifs permettaient, toujours poursuivi, jamais rejoint, jamais défait.

du côté anglais, il y a des officiers émigrés, souvent hors d’Europe, mais aussi aux commandes des Chasseurs Britanniques. Ils sont rares car ils ont un gros défaut, ils sont Catholiques ! Or jusqu'à l'Acte d'Union avec l'Irlande un Catholique ne peut recevoir de commission dans l'armée anglaise; les officiers desdits "Chasseurs" recevront une dispense royale d'assister aux offices religieux de "l'Established Religion" (IE l'Anglicanisme), et seront autorisés exceptionnellement à obtenir une commission "while confessing the Popish Religion".

Un "de Jonquière" commande un des dragons lourds KGL en Espagne, mais son ascendance française date plutôt de la révocation de l'Edit de Nantes.
MASSON Bruno
 
Messages: 347
Inscrit le: 17 Sep 2017, 16:29
Localisation: Villeurbanne (69)


Retourner vers Histoire Militaire

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invités

cron